Critique du film Rien à déclarer

Dans l’avion nous amenant sur notre lieu de vacances, Caroline et moi avons pu avoir la mal-chance de voir le film Rien à déclarer, avec Dany Boon et Benoît Poelvoorde. J’aimerais bien dire ici à quel point je trouve ce film gentillet, sans être d’une grande profondeur. C’est plutôt étonnant d’ailleurs, car j’avais beaucoup aimé Les Ch’tis quand c’était sortit, mais là je dois avouer que j’ai voulu crier à la niaiserie pendant tout le film.

Certes, c’est pas trop mal joué. Enfin, c’est pas horrible. Pour autant, j’ai l’impression que le scénario n’est pas beaucoup réinventé par rapport à celui des Chtis. Peu de nouveautés, une morale pas très fine (« il ne faut pas être raciste »), bref, c’est un peu plat.

Alors, peut-être que le fait que j’étais dans l’avion (et que quand on regarde un film dans l’avion, y’a beaucoup de bruit autour), donc j’avais du mal à m’immerger, mais je n’ai pas trouvé beaucoup de choses allant vers le film.

Je me souviens en particulier d’une scène, où le curé dit à Poelvoorde que le français est comme le belge, et que c’est un paroissien comme un autre. J’ai du mal à accepter cette scène, parce que je ne suis pas sûr que les gens d’Eglise étaient les premiers à prêcher l’acceptation de l’autre (même si le « pardon de son prochain » est inscrit partout dans la Bible…). Bref, ça sent l’hypocrisie ou le mensonge.

L’avis de Caroline

J’ai passé un bon moment à voir ce film. Les acteurs sont tous très bons, et le couple Poelvoode-Boon fonctionne à merveille. L’histoire est sommaire, et ce sont les jeux des acteurs ainsi que les gags qui portent le film. En clair il s’agit d’une bonne petite comédie comme le cinéma français sait nous en faire.

Les infos sur le film

Le synopsis:

Synopsis : 1er janvier 1993 : passage à l’Europe. Deux douaniers, l’un belge, l’autre français, apprennent la disparition prochaine de leur poste frontière situé dans la commune de Courquain France et Koorkin Belgique.
Francophobe de père en fils et douanier belge trop zélé, Ruben Vandevoorde (Benoît Poelvoorde) se voit contraint et forcé d’inaugurer la première brigade volante mixte franco-belge.
Son collègue français, Mathias Ducatel (Dany Boon), considéré par Ruben comme son ennemi de toujours, est secrètement amoureux de sa soeur. Il surprend tout le monde en acceptant de devenir le co-équipier de Vandevoorde et sillonner avec lui les routes de campagnes frontalières à bord d’une 4L d’interception des douanes internationales.

La fiche Allociné.

1 réflexion sur « Critique du film Rien à déclarer »

  1. Franco belge (euh franco wallon), il ya deux, trois fintes qui m’ont bien fait marrer, le reste bof….
    De plus le film se veut bcq plus français et j’ai l’impression qu’on se moque plus des belges, ce qui est dommage car sur les français, il y avait moyen de faire pas mal de blagues aussi.

    Ca ne vaut évidemment pas un poil des chtis….

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.