Le HTML5 bat-il vraiment Flash ? Les résultats surprenants de nouveaux tests

[ 14 ] Commentaires
Share

Avec le lancement récent et la sortie imminente de l’iPad, Apple a clairement fait comprendre ne pas vouloir dépendre du player Flash dans le but de faire profiter à ses utilisateurs de l’expérience du web. Or, si l’absence de Flash était techniquement compréhensible sur des smartphones comme l’iPhone, celle-ci n’est plus aussi valable pour les tablette-pc, dont la puissance est tout à fait comparable aux netbooks.

Les Apple-fanboys n’en veulent pas pour autant à Apple d’avoir pris une telle décision, argumentant que Flash consomme beaucoup de CPU, et donc qu’il est un mauvais point quand on veut faire un produit de mobilité, tel que l’iPad.

Toutefois, des tests récent ont mis Flash en face de HTML5, qui est le standard ouvert pouvant potentiellement remplacer le plugin d’Adobe. Les résultats de ces tests montrent que le problème n’est pas aussi simple, et que tout n’est pas blanc (pour l’HTML5) et pour Flash. Flash est-il un aspirateur à CPU ? Oui, dans certain cas. Mais de façon surprenante, pas dans tous les cas. En fait, dans certains cas, HTML5 s’est montré plus lent.

Test de Flash vs HTML5

Jan Ozer est un expert en technologies d’encodage vidéo, et a travaillé dans le secteur de la vidéo numérique depuis 1990. Il est l’auteur de 13 livres sur le sujet (certains lecteur ont signalé que Ozer avait fait des séminaires et écrit des livres sur Flash, et que donc il gagnerait de l’argent tant que Flash aura du succès. Mais nous ne pensons pas que cela puisse influer particulièrement sur les résultats du test). Récemment, il a fait une séries de tests impliquant HTML5 et Flash, et à chaque fois a réalisé ces test sur différents navigateurs (IE8, Chrome, Safari, Firefox), et différents OS (Mac & PC).

Les résultats des tests ont été publiés entièrement sur StreamingLearningCenter.com. En un mot : Flash n’est pas toujours un gouffre à CPU, et quelquefois même HTML5 est pire.

Ci-dessous, une partie des résultats qu’à trouvé Ozer, divisé en Mac et PC.

Tests sur Mac :

  • Avec Safari, le HTML5 a été le plus efficace et a moins consommé de CPU (12,39% d’utilisation CPU) que Flash 10.0 (37,41%), ou que Flash 10.1 (32,07%).
  • Avec Google Chrome, Flash et HTML5 ont été tous deux aussi inefficaces (les deux aux alentours de 50%)
  • Avec Firefox, le bilant est à peu près le même que pour Chrome (HTML5 à 40%, Flash est à 42%)

Tests sur Windows :

  • Sur Windows, Safari ne supporte pas les vidéos HTML5, donc pas de test. Par contre, Flash 10.0 est à 23,22% d’utilisation CPU et Flash 10.1 à 7,43%.
  • Google Chrome s’est révélé plus efficace su Windows que sur Mac : le HTML5 prenant 25,66% de CPU, Flash 10.0 prenant 19,55% et Flash 10.1 prenant 10,73%.
  • Firefox a quant à lui montré une utilisation de 22% du CPU pour Flash 10.0 et 6% pour Flash 10.1 (pas de test réalisé pour le HTML5).
  • Pour IE8, Flash 10.0 a utilisé 22,41% et Flash 10.1 14,62%.

La clef des performances de Flash : l’accélération matérielle

Dans l’analyse des résultats des tests, Ozer a déterminé que la clef des meilleures performances de Flash dépendait de l’accès ou non à l’accélération matérielle. Cette amélioration, lancé dans Flash 10.1, permet au plugin d’utiliser le GPU de certains ordinateurs pour décoder la vidéo. En fonction de la carte vidéo et des drivers (NVIDIA, AMD/ATI et Intel permettent cela sur leurs produits), le processus de décodage des vidéos dans Flash 10.1 peut fonctionner maintenant pour toutes les configuration de lecture de la vidéo (et non plus seulement quand celle-ci est en plein écran, comme c’était le cas pour Flash 10.0).

D’après Adobe, l’accélération matérielle n’est supporté ni sur Linux ni sur MacOS, car ce dernier ne permet pas d’accéder aux API correspondantes. Adobe continue en expliquant que « l’équipe de développement du player Flash continuera d’améliorer le supports de l’accélération matérielle (notamment pour Linux et MacOS X) dans les futures versions de Flash ».

Ce que cela signifie, c’est que Apple ne permet pas à Flash d’accéder au GPU directement sur la plateforme MacOS X (et donc également sur les iPod/iPohne/iPad), et donc ne fait rien pour que Flash devienne plus efficace sur les Mac. De son côté, Adobe attend que Apple avance sur ce point, mais en d’autres terme, Ozer explique que « la balle est dans le camps d’Apple ».

La firme à la pomme changera-t-elle de position ? A l’heure actuelle, c’est peu probable. En fait, en bloquant Flash sur les matériels Apple, le constructeur peut facilement se plaindre que Flash n’est tout simplement pas une technologie assez efficace pour l’instant… ce qui est vrai, si on regarde comment il fonctionne. Mais si Apple voulait vraiment autoriser Flash à accéder au GPU, on peut penser qu’ils le feraient, et que cela ne prendrait pas tant de temps. C’est la raison pour laquelle beaucoup de gens pensent que la décision de bloquer Flash est davantage politique que technologique : après tout, si vous pouviez facilement visiter Hulu.com pour voir vos séries TV en streaming, alors à quoi cela vous servirait de les acheter sur l’iTunes Store ?

Ainsi, l’idée selon laquelle « Flash est un gouffre à CPU » pourrait contribuer à ce que Apple décide de ne pas le supporter sur ses machines, n’est certainement pas la seule raison qui explique cette décision

Ce billet est une traduction libre du billet de ReadWriteWeb

Vous serez peut-être intéressé :

14 commentaires sur ce billet

  1. pierre dit :

    « Firefox a quant à lui montré une utilisation de 22% du CPU pour Flash 10.0 et 6% pour Flash 10.1 (pas de test réalisé pour le HTML5). »

    c’est quand meme dommage d’arriver à faire de l’html 5 sousmac+firefox et pas sous windows…

    et sous linux?

    RépondreRépondre
  2. Guizmo.7 dit :

    J’ai lu un peu en travers mais comment on peut comparer l’utilisation du CPU alors que Flash utilise également le GPU ?

    RépondreRépondre
  3. Je trouve ça extrêmement dommage que Adobe ne parvienne pas à satisfaire Apple avec une version de Flash convenable… pourquoi ? et bien tout simplement parce que je suis totalement contre la concentration.. et que si Apple fait passer son html 5 en standard d’ici quelques années, il y a de fortes chances pour que le Flash disparaisse… ce qui à mon avis serait une grande perte au niveau des libertés informatiques.

    Apple va prendre de plus en plus de poids dans l’économie numérique en équipant chaque jour quelques dizaines de foyers supplémentaires…

    RépondreRépondre
  4. j’ai oublié de préciser que il est fort probable également que cette décision ne soit qu’un enjeu financier et politique… ce qui serait encore plus dommage, car j’y vois là un véritable abus de position (comme en son temps Microsoft à pu le faire) de la part de Apple !

    RépondreRépondre
  5. Guizmo.7 dit :

    Je ne pense pas que le Flash soit une grande perte pour le web… Pour Adobe peut-être mais sinon…

    RépondreRépondre
  6. Louis dit :

    @pierre: Le gars qui a fait les test a fait ce qu’il veut, RWW a redonné ses résultats, rien de plus… En même temps, on ne sais pas exactement tous les tests qu’il a fait, donc faut aller voir le billet original pour voir.

    @Guizmo.7: Justement, c’est pris en compte ! Le but c’est de comparer par rapport à l’utilisation CPU, en négligerant l’utilisation GPU car elle ne ralentit pas l’ordinateur (surtout que les GPU récents gèrent très très bien le décodage d’une pauvre vidéo…).

    @depannage informatique paris: Oui, mais justement, le HTML5 n’appartiens à personne, puisqu’il n’est qu’une spécification (même pas une technologie !). Donc il n’appartient pas plus à Apple qu’à Google, Firefox ou Opéra. Il n’y a que Adobe qui a un monopole, avec Flash. C’est donc contre Flash Flash qu’il faut se battre et pas contre HTML5.

    @Guizmo.7: Je suis d’accord avec toi, surtout que si Google, Firefox, Apple et Opéra se mettent à optimiser leurs navigateurs pour le HTML5, les technos devraient avancer beaucoup plus vite.

    RépondreRépondre
  7. Guizmo.7 dit :

    @Louis: Je ne comprends pas pourquoi on devrait négliger l’utilisation du GPU. C’est une ressource tout comme le CPU donc il faudrait afficher son taux de charge à lui aussi. Sinon, forcément, la technologie qui utilise le GPU a un énorme avantage. Il faudrait peut-être refaire les tests lorsque toutes les technologies comparées sauront profiter de cet atout.
    Ou alors, c’est pour montrer que Flash sur Windows sait tirer profit du GPU et pas les autres.

    RépondreRépondre
  8. Commentaires très interesants; <merci

    RépondreRépondre
  9. casinos dit :

    Intéressant tout ceci, je n’était point au courant 🙂 Merci pour le partage, reste plus qu’a attendra la suite pour connaitre le destin de flash !

    RépondreRépondre
  10. Je ne pensais pas qu’il y aurait autant de différences d’après ces config et suis tout autant surpris !
    merci du moins pour cette info

    RépondreRépondre
  11. Bonsoir.

    Le gros handicap du flash c’est la difficulté de le mettre en avant sur les moteur de recherche.
    La conversion des sites en flash vers HTML aura pour bénéfice d’éviter l’ornière de la 6é page de Google pour beaucoup de propriétaires de sites-web qui ont commandé des site et se retrouve avec une version flash…

    Bye
    François

    RépondreRépondre
  12. Article intéressant , c’est sur que le flash … pour voir le code c’est un peu galère donc bye bye les moteurs de recherche .

    C’est dommage car un site en flash c’est super joli .

    RépondreRépondre
  13. Dépannage informatique dit :

    Flash est une surcouche logicielle pour les navigateurs. En tant que tel, Flash requiert forcément plus de CPU. Il est tout-à-fait possible de réaliser des applications «Flash like» en HTML5 et même des applications beaucoup plus jolies qu’en Flash…
    Les inconvénients du HTML5 :
    • les navigateurs ne sont pas tous encore optimisés pour HTML5 et ils ne supportent pas encore totalement l’ensemble des possibilités offertes par HTML5
    • l’absence de logiciel véritablement compétent pour le développement d’applications HTML5 : n’importe qui peut développer une application Flash sans toucher au code, ce qui n’est pas le cas d’une application HTML5
    En clair, les inconvénients du HTML5 feront d’ici peu de temps du domaine du passé. Adobe semble sur la voie du HTML5 : le logiciel Flash sera capable d’exporter en HTML5. Il y a fort à parier qu’à l’avenir il existera des IDE trois-tiers qui permettront le développement d’applications HTML5… Adieu Flash!

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *