La différence entre un DVD légal et un DVD piraté

[ 1 ] Commentaire
Share

C’est rigolo, parce que le sujet de ce billet a été pas mal traité aujourd’hui, hors c’était justement le billet auquel je réfléchissais ce matin (sans avoir vu l’image ci-dessous bien sûr). Je me disais qu’il y avait une sorte de somme de « pour » et de « contre », qui faisaient qu’on achète ou non un DVD (ou que dans le cas contraire, on choisit de le pirater). Les « pour » sont : la possibilité de l’acheter, et donc cela implique d’avoir le pouvoir d’achat suffisant. La rapidité et la propreté du contenu : un DVD assure une image propre, des sous-titres déjà calés et normalement sans fautes. Les « contre » : un DVD coute cher, et on n’est pas sûr d’aimer le film avant de l’acheter. De plus, il y a souvent pleins de publicités avant, comme l’ont montré des internautes ayant fait un joli schéma (voir ci-dessous).

Je rajoute de surcroît que j’ai pas mal téléchargé il y a quelques années, mais aujourd’hui, je ne le fait quasiment plus pour les raisons suivantes :

  • J’ai désormais le pouvoir d’achat de pouvoir me payer les DVD qui me plaisent.
  • J’en ai marre de caler les sous-titres (mais je le fais encore, quand il le faut).
  • Ma connexion internet est extrêmement mauvaise, donc impossible de télécharger depuis chez moi. Les seuls contenus piraté que je visionne (et sur lesquels je cale des sous-titres) proviennent de connaissances qui les auraient téléchargées.

Aujourd’hui, le non-téléchargement est donc un confort (c’est plus propre), mais le téléchargement reste un bon moyen de « tester » un film, car il est hors-de-question de mettre 5, 10 ou 20 euros dans un DVD dont je n’ai aucune idée de la qualité.

Si ce sujet vous intéresse : j’ai écris hier un article intitulé : L’idiotie de la chronologie des média fait perdre des millions aux auteurs.

Pour le reste, Guillaume Champeau a fait un article sur l’image ci-dessus, que je me permets de reproduire ici (il est sous licence CC BY-NC-ND) :

Insolite : pourquoi le piratage est aussi apprécié ?

Si les raisons du piratage sont multiples, l’une d’entre elles concerne les messages d’avertissement diffusés sur un DVD vendu dans le commerce. Pourquoi diable l’industrie du divertissement s’obstine-t-elle à culpabiliser les consommateurs légaux ?

Parfois, une image vaut mieux qu’un long discours. Dénichée sur Reddit et relayée par Freakbits, le blog de Torrentfreak, cette illustration met en exergue l’une des raisons (ce n’est évidemment pas la seule) qui poussent certains consommateurs à privilégier des solutions illégales plutôt que de s’en remettre aux produits vendus par l’industrie du divertissement.

Alors que nous pourrions croire que l’industrie cinématographique fasse tout son possible pour dorloter ses honnêtes consommateurs, c’est tout l’inverse qui se produit. En effet, et les amateurs de DVD pourront le confirmer, avant d’accéder au film le spectateur doit subir une multitude de messages plus ou moins intéressants, et surtout très culpabilisants.

D’ailleurs, le même phénomène peut se retrouver au cinéma. Avant la projection d’un film, un message d’avertissement est régulièrement diffusé pour prévenir les éventuels pirates qu’ils risquent de s’exposer à de très lourdes sanctions. Problème, cela ne dissuadera sans doute pas une personne déterminée à filmer dans une salle.

Comme nous l’écrivions il y a quelques années, la meilleure arme contre le piratage n’est pas le bâton, mais la carotte. « Malgré l’évidente simplicité du propos qu’un enfant de CM2 serait capable de comprendre, l’industrie croit toujours qu’elle peut se dispenser de vendre des produits de qualité au moins égale à ceux offerts gratuitement sur les réseaux P2P« . Et cela concerne aussi ces messages.


Article diffusé sous licence Creative Common by-nc-nd 2.0, écrit par Guillaume Champeau pour Numerama.com

Vous serez peut-être intéressé :

Un commentaire sur ce billet

  1. Perpignan dit :

    <Sans oublier le manque de qualité des films d'aujourd'hui avec les suites de films américains à gogo… On est loin d'Audiard et ce dernier, dur d'en trouver les films légalement !

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *