Travailler dans le monde de l’internet : quelles entreprises sont tentantes ?

[ 4 ] Commentaires
Share

Je me posais récemment la question de ce que je voulais faire de ma vie (notez la question pas forcément useless), et j’en suis arrivé à la conclusion que ce que j’aime plus que tout, c’est participer à la création de logiciels utilisables dans le navigateur, de préférence via une « technologie d’affichage » ouverte et standardisée. J’entends par là que faire des applications par navigateurs c’est bien, notamment pour la portabilité de l’application. Or, on perd cette portabilité dès l’instant qu’il faut un plugin particulier (Flash, Silverlight, et même Java) pour exécuter cette application.

(Attention : ce que je dis dans ce billet n’est pas vérifié, n’hésitez donc pas à remettre en cause ce que j’y écris)

J’ai eu la chance de travailler sur SAP NetWeaver durant mon dernier stage, et je dois dire que c’était plutôt passionnant, parce que toute exécution du logiciel se faisait dans le navigateur (sachez que c’est plutôt bizarre, comme motivation, à expliquer à ses supérieurs/patrons, qui souvent se contentent très bien de travailler avec IE6…).

Bref, pour avancer dans ma réflexion, le but de ce billet est de tenter de rassembler les différentes entreprises qui proposent des « logiciels par navigateurs » ou logiciels en ligne (mais je n’aime pas trop cette expression, car on peut utiliser un logiciel qui fonctionne avec Internet, mais pas avec un navigateur : voyez tous les logiciels qui ont absolument besoin d’une connexion internet pour fonctionner, mais qui restent des « clients lourds » : beuark).

Plus exactement, l’idée est de lister les éditeurs de logiciels en lignes qui font des applications suffisamment sympa pour être tentantes, et donc pour « appeler à la candidature ». Vous noterez que la problématique de l’ouverture relative du code ou du fonctionnement m’est chère. Tout simplement, j’ai la conviction qu’une technologie « propriétaire » (par exemple Adobe Flash/Flex ou Silverlight) n’a pas vocation a durer très longtemps, à l’inverse de technologies « ouvertes et libres » (HTML, CSS, JavaScript, mais aussi PHP, Perl, Python, Ruby, etc), qui le sont tellement qu’elles sont reconnues comme des standards et donc sont bien plus pérennes que les autres. En bref : si vous travaillez pour des standards, vous n’aurez pas à réapprendre de zéro votre métier tous les quinze ans, et donc vous pourrez « tranquillement » vous spécialiser dans votre branche.

Je commence :

Google : Soit-disant grand méchant loup du web, mais au final, belle entreprise, très en avance sur les méthodes de travail, et surtout vraiment beau rendu du travail à l’arrivée. Citez-moi un seul produit de chez Google qui est complètement « sale » (je n’en vois pas : que ce soit Blogger ou Wave, ils ont tous des aspects innovants qui en font des produits « corrects » pour le moins). Évidemment, c’est le genre d’entreprise pour laquelle on a du mal à dire non (c’est l’une des entreprises au monde où les jeunes diplômes veulent le plus aller).

Zoho : Beaux produits, offre prometteuse : j’aurais du mal à refuser une offre de leur part.

37signals : Pareil que Zoho : leurs produits sont propres, et ils ont de surcroît une façon de penser à laquelle j’adhère.

Yahoo! : Pour l’application de mails, pour Flickr, bref, pour un certain nombre de beaux produits, je serais bien tenter pour postuler chez eux.

Aviary : De très bons logiciels également, mais (si je ne dis pas de bêtise) dans des technologies propriétaires.

Pour le reste (je n’en ai listé que 5), je ne vois pas grand monde d’autre en terme d’éditeur de « logiciels par navigateurs » (si vous avez d’autres noms, je prends). (oui, je sais, il y aurait aussi Saleforce.com, mais je n’ai jamais vu leur produit, donc j’évite d’en parler. Pareil pour tous les éditeurs d’ERP/CRM en ligne, mais ils ne sont pas à mes yeux de la taille des entreprises listées ci-dessus. Je peux me tromper.)

Pour conclure, donc, je ne vois pas d’entreprise française proposant des logiciels du même niveau que les américaines que j’ai listées ci-dessus (à part Zoho qui est indienne, si je ne me trompe pas). Pour autant, je ne demande qu’à connaitre de tels éditeurs, donc je fais appel à ceux qui auraient en tête un éditeur de logicielS en ligne (le « S » à logicielS indique que je recherche un éditeur de plusieurs logiciels) qui serait basé en France, de me l’indiquer en commentaire.

PS : Non, je n’ai pas inscrit Microsoft, parce que j’ai beau chercher, je ne vois pas quel service ou logiciel en ligne proposé par eux qui me donnerait envie d’aller candidater chez eux.

Vous serez peut-être intéressé :

4 commentaires sur ce billet

  1. adriangaudebert dit :

    Tu dis :
    voyez tous les logiciels qui ont absolument besoin d’une connexion internet pour fonctionner, mais qui restent des « clients lourds » : beuark

    Et ça me fait un peu tilter tout de même… Spotify est une appli lourde connectée, et pourtant je trouve l'expérience utilisateur et la qualité de service bien meilleure que celle de Deezer par exemple… De même, je ne suis pas fan du tout des clients Twitter web, je préfère les clients lourds comme Twhirl…

    En plus de cela, j'ai un peu de mal avec le SaaS depuis que j'ai vu Richard Stallman en conférence. Stallman explique en gros qu'il n'y a pas pire que le SaaS en ce qui concerne le respect des libertés des utilisateurs, car on n'a absolument aucun moyen de vérifier ce que fait l'application. Je t'invite à lire le billet compte-rendu que j'ai publié sur mon blog : http://adrian.gaudebert.fr/blog/post/2010/01/13… , la partie sur les SaaS se trouve sous « D'autres points abordés ».

    RépondreRépondre
  2. Louis dit :

    Salut Adrian,

    Alors, ton commentaire est intéressant, voilà pourquoi.

    Spotify/Deezer : J'ai failli prendre cet exemple, mais je ne voulais pas citer Deezer parce qu'il n'est pas « éditeur » de logiciel (pas plus que Spotify d'ailleurs) et parce que Deezer = Flash (= bueark). Mais je maintiens : je préfère largement Deezer parce que il s'utilise dans un navigateur, même si j'aime Spotify (technologiquement) parce qu'il utilise le P2P (de la même façon que je crois que BitLet est le futur ! cf http://www.abricocotier.fr/4168-bitletorg-montr… ). Donc même si Spotify est une très belle techno, pour l'utilisabilité, je préfère Deezer.

    Ensuite, Twhirl, c'est ce que j'utilisais. Au début. Puis ça m'a méchemment saoulé de devoir changé de logiciel à chaque fois que j'ouvrais un lien. Pour moi, les tweets sont des « recommandations + lien », et donc ils sont plus pratiques à utiliser dans un navigateur, car le navigateur est ce qui est fait pour ouvrir des liens et naviguer entre différents onglets. En d'autre termes, si j'ouvre un lien, je ne veux pas avoir à attendre le démarrage du navigateur, ni à changer d'appli.

    Enfin, pour le SaaS, oui c'est vrai qu'on ne voit pas ce que fait le logiciel, et donc potentiellement ça peut être pire.

    MAIS : niveau utilisabilité, je reste sur le fait qu'utiliser mes logiciels dans un navigateur (= depuis n'importe quel ordinateur qui dispose d'un navigateur) est plus simple et plus rapide à installer/porter.

    Ensuite, mais ça n'est qu'une conviction personnelle, je considère le SaaS comme une méchante tromperie : pour moi, SaaS ne signifie pas forcément « logiciel externe », mais peut très bien signifier « logiciel online ». Et je crois d'ailleurs que beaucoup d'entreprises font l'amalgame. Exemple : utiliser Horde comme client mail pour une entreprise avec hébergement sur des serveurs appartenant à l'entreprise n'est pas du SaaS, et pourtant le logiciel n'est pas sur l'ordinateur de chaque employé, et s'utilise par navigateur. Tu as plein d'autres logiciels libres (type EyeOS, etc, ou VTiger/SugerCRM à la place de SalesForce) qui peuvent s'installer sur des serveurs qui t'appartiennent, et s'utiliser par navigateur, tout en te laissant totalement maitre de tes données, tout en fonctionnant en mode « online ».

    En tout cas, merci pour ton commentaire, ça m'a permis d'expliquer un peu plus ma position sur la question.

    Au plaisir de te relire 🙂

    RépondreRépondre
  3. adriangaudebert dit :

    Youhou, j'ai encore plein de trucs à dire ! 😀

    En ce qui concerne la partie « Twhirl », je constate que c'est très dépendant de nos usages. Personnellement, j'ai toujours (toujours !) au moins une fenêtre de Chromium ouverte. Donc, quand je clique sur un lien dans Twhirl, il s'ouvre dans la fenêtre chromium juste derrière, ce qui en terme d'utilisabilité n'est pas dérangeant. (Bien entendu, ici Twhirl = tout client Twitter en application lourde. ) Et j'aime surtout le système de notifications (à peu près identique à celui de Echofon sous Firefox), chose qui n'est pas possible avec un client web.

    Il y a donc des pour et des contre, dans ce cas le combat appli web / appli lourde dépend surtout des habitudes d'utilisation.

    Ensuite, pour les SaaS, je suis à moitié d'accord avec toi. Si on se place dans une optique extrémiste comme le ferait Richard Stallman, l'exemple de Horde est caduc. Au final, l'utilisateur de Horde n'a pas le contrôle du logiciel qu'il utilise : c'est son boss / responsable informatique / whoever qui l'a, et si cette personne décide de tracer les utilisateurs, il peut le faire sans que l'utilisateur ne le sache. Le problème reste donc le même, tant que l'utilisateur n'a pas un accès direct au logiciel et à son exécution.

    Cependant, je comprend tout à fait ton point de vue ! Les « logiciels par navigateur » (ça parait bien comme nom, non ? ) offrent beaucoup d'avantages en terme de simplicité d'installation (facile, y en a pas… ), d'utilisation, de portabilité, etc. Et moi-même, j'en utilise (GMail pour ne citer que le premier qui me vient à l'esprit). Mais, il reste ce problème du respect des libertés de l'utilisateur… =)

    RépondreRépondre
  4. epommate dit :

    Je pense pour ma part que les « logiciels » web vont enterrer les clients lourds pour une bonne raison : la pauvreté de leur interface ! En effet, celle-ci implique de faire des « logiciels » le plus simple possible qui ne propose pas des tonnes de fonction qui ne serviront jamais, mais qui vont directement au coeur de la fonctionnalité.

    Un autre énorme avantage des interface web est qu'elle sont unifié. Il y a tellement peu de controle (bouton, zone de texte, lien,…) que l'apprentissage en est ultra facile et une fois que je sais me servir d'un site web, je sais me servir de tous les autres sans devoir regarder dans un manuel.

    (bon, un petit bémol avec AJAX qui permet hélas d'être tenter de faire des choses lourdes)

    Je n'utilise quasiment plus de logiciels « lourds » et les deux seuls choses qui sont ouvertes sur mon PC sont un navigateur et un shell 😉 Qui a parlé de Browser Abuse Syndrome (http://c2.com/cgi/wiki?BrowserAbuseSyndrome) ?

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *