Google & Facebook proposent aussi des URL raccourcies

[ 8 ] Commentaires
Share

Les URL raccourcies gagnent du terrain et font des émules, tous les services veulent leur outils de réduction d’URL. Les derniers entrants ne sont pas des moindres : Facebook et Google viennent chacun de lancer leur propre service. Pourquoi faire ? Pour la pérennité des liens : n’oublions pas que chaque lien raccourcis est autant de billes laissées entre les mains de l’intermédiaire qui les raccourci (sorte de proxy de lien), et donc lorsque celui-ci disparait, le lien n’est plus valide.

feedburner_googl_url_shortener

Le plus prompte à réagir parmi les grands acteurs du Web à été Flickr, qui dès juillet a intégré l’interface de programmation de Twitter. Cela permet à l’utilisateur de publier sur Twitter un message, accompagné d’une photo hébergée sur Flickr. La photo sera « traduite » dans le message de 140 caractères par un lien de cette forme : www.flic.kr/xxx.

Le suivant, à mettre en place un service de réduction d’URL, aura été Facebook. A l’aide du domaine fb.me, un utilisateur peut maintenant publier directement une photo hébergée par Facebook, car elle est directement transformée en lien/url puis raccourci.

Le petit dernier à rejoindre la compagnie, c’est Google, qui vient d’annoncer la création d’un service spécialisé depuis le domaine goo.gl. Cependant, ce service est encore réservé à certaines fonctionnalités de partage de la barre d’outils Google sur les navigateurs IE et Firefox et de publication de flux via Feedburner. Il n’est pour l’heure pas encore sûr que Google élargira l’utilisation de ce service à un plus large public (c’est à dire via la création directe et manuelle de lien raccourci). Et si jamais ils franchissent le pas et libèrent son utilisation, c’est certainement Chrome, le navigateur de Google qui sera servi en premier. Via les liens raccourcis et Feedburner, c’est TwitterFeed qui est touché, étant donné que ce service servait majoritairement aux blogueur à twitter automatiquement leurs billets de blog sur leur compte Twitter. Aujourd’hui ce ne sera plus vraiment nécessaire, étant donné que Feedburner le propose (il est plus haut dans la chaine, et donc c’est plus simple à utiliser que Twitterfeed).

Edit de Louis : Pour ma part, je ne l’utiliserai pas car sur ce blog, nous sommes deux à écrire, et j’ai mis en place une publication des billets séparés selon leur auteur. En gros, quand je publie un billet, cela apparait sur mon compte twitter, et quand Caroline en publie un, cela apparait sur le sien. Donc Feedburner n’est pas forcément parfait pour notre utilisation.

Bon ce qui est sûr, avec cette succession d’annonce d’implication des grands du web dans le domaine des réducteurs d’URL, c’est que cela marque un peu plus l’importance que prennent, dans nos sociétés, les réseaux sociaux. Mais c’est aussi un gage de sécurité pour les utilisateurs, notamment en ce qui concerne les filtres de spam (les URL raccourcies, en cela qu’elles « cachent » les URL cibles, sont des parfaits repères à spam). Les gros acteurs sauront préserver leur crédit de confiance en s’assurant que toutes les URL raccourcies sont des URL « propres », et que donc cliquer sur un lien goo.gl ou fb.me n’est pas dangereux.

Vous serez peut-être intéressé :

8 commentaires sur ce billet

  1. Bonjour Louis, je rebondis sur « ’est aussi un gage de sécurité pour les utilisateurs ». Côté URL spam je veux le croire. Après il y a pas mal de raisons qui font que je ne suis pas un fan des URL raccourcies qui si on y réfléchit bien ne devraient pas avoir lieu d’exister. Pourquoi les programmeurs de Twitter ou d’autres réseaux sociaux n’ont-ils pas développé des systèmes permettant de détecter les URL dans les messages et de les « raccourcir » visuellement comme le font tous les bons logiciels de forums qui génèrent un lien en « raccourcissant » visuellement le lien.
    Qu’on ne me dise pas que c’est par souci d’économies d’espace disque :-). J’ai bien l’impression qu’on a créé un besoin pour ce type d’outils. Mais techniquement les raccoursisseurs d’URL n’apportent rien. Pour ceux que ça intéresse, j’avais développé ce sujet dans cet article en évoquant les travers induits pas ces services et leur capacité à casser le Web.

    RépondreRépondre
  2. farid dit :

    merci @louis pour ce script que je viens de tester en local sur mon serveur
    , j’ utilisais un service de racourçi url chez bravenet depuis 2001 jusqu’à cette année ils ont stoppé ce service gratuit ;o( , avec ce script je suis enfin indépendant des autres , reste plus qu’à me créer un petit nom de domaine ;o) pratique une url à 10 caractères pour s’en servir partout surtout dans un cyber ;o)

    RépondreRépondre
  3. PiGui dit :

    Avec cette annonce de Google, c’est Twitterfeed qui risque de couler. Quand on pense à la possible combinaison Feedburner+Analytics permettant à une gestion avancée concernant les stats du flux, on voit mal comment les services concurrents pourront s’en sortir.

    Après tout dépend de l’utilisation qu’on veut en faire… mais dans la plupart des cas, ce sera Feedburner qui sera le plus approprié (surtout pour son aspect rapidité/automatisation)

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *