5 conseils pour améliorer le temps de chargement de votre WordPress

[ 14 ] Commentaires
Share

Ce matin, je me suis fait très peur, en voyant le temps de chargement moyen de mon WordPress sur Google Site Performance. Celui-ci m’a appris que mon blog se chargeait plus lentement que 89% des sites ! C’est très mauvais. Heureusement, l’outil de Google fournissait des conseils via son site Webmaster Tools ; je les ai traduis en moyens techniques pour la plateforme WordPress, et je vais vous les donner ci-dessous.

abricocotier_site_performance

1. Diminuer les requêtes DNS

A chaque fois que votre site affiche une image externe (qui n’est pas hébergée sur votre site web), le navigateur doit faire une requête supplémentaire pour résoudre le DNS associé à l’URL de l’image externe. Attention, ceci se passe également quand vous affichez un fichier JS ou CSS externe. Donc : repérez (par exemple via le site Google Site Performance) les fichiers externes (images, CSS, JS) qui sont téléchargés à chaque fois, et transférez-les sur votre propre hébergement. N’oubliez pas également de changer votre code source pour dire au site d’aller chercher le fichier sur la nouvelle URL (sinon, ça ne sert à rien). Pour ma part, j’avais au moins 7 requêtes DNS par affichage de page. En déplaçant 4 images (qui sont les boutons d’abonnement au flux RSS de AbriCoCotier), j’ai supprimé 4 requêtes DNS. D’un seul coup.

2. Combiner les CSS et les JS

Très souvent, en fonction des widgets utilisés sur votre site, des plugins qui génèrent un affichage, cela rajoute des fichiers Javascript externe et des fichiers CSS. Le mieux est de les combiner pour n’en faire, chez le client, qu’un seul, et de surcroît lui envoyer ce fichier de manière compressée, afin de diminuer la quantité de donnée à télécharger. Pour cela, je vous conseille le plugin WP-Minify, ou bien, séparément, d’utiliser les plugin WP-CSS et WP-JS.

3. Mettre en place un cache au niveau du serveur

Je l’ai déjà dit plusieurs fois, mais il vaut mieux le répéter. Le serveur fait par défaut à chaque fois un appel à la base de donnée pour récupérer le contenu d’une page web. Si vous mettez en place un cache au niveau du serveur, celui-ci ne génèrera plus qu’une seule fois la page (ceci durant la durée de validité du cache), et ainsi vous économisera le temps d’accès à la base de donnée. Je vous recommande le plugin WP-Super-Cache pour faire cela. Un moyen encore plus efficace peut-être de mettre le cache dans la RAM, mais je ne l’ai pas fait pour ma part, n’ayant pas accès à mon serveur pour configurer cela. On peut aussi rappeler l’astuce de remplacer une page d’erreur lors de la connexion à la BDD par le cache Google.

4. Compresser le contenu de son site

Google Site Performance conseille également de compresser ses fichiers texte, afin de diminuer significativement la quantité de données transférées. C’est ce que j’ai fait, et on peut diviser facilement par trois ou quatre la taille de nos pages de cette façon là. Dans le plugin WP-Super-Cache, activez la compression de vos page, et ce sera fait.

5. Mieux compresser les images affichées

N’hésitez pas à regarder à chaque fois la taille des images que vous afficherez. Utilisez des moyens de compression avec perte, tels que les formats JPEG ou GIF. Regardez le taux de compression de votre image JPEG, et n’hésitez pas à le pousser assez loin pour avoir une image peu lourde à charger. Pour cela, je vous recommande le logiciel Paint.NET sous Windows.

Avec ces différents conseils, il est possible que vous gagniiez jusqu’à 20% de visiteurs en plus, dans la mesure où vos pages se chargeront plus rapidement, et donc que moins de visiteurs s’en iront directement.

Je peux aussi vous conseiller de changer votre code de tracking Google Analytics, par celui décrit à la page suivante.

Vous serez peut-être intéressé :

14 commentaires sur ce billet

  1. Guimove dit :

    Si je peut donner mon avis:
    Pour la compression d’image, il y a le plugin WP Smush.it qui utilise la service Smush.it afin de compresser automatiquement les images lors de l’upload via wordpress
    Sinon merci pour tout ces conseils.

    RépondreRépondre
  2. Louis dit :

    Merci pour ce conseil ! Je vais regarder ça.

    RépondreRépondre
  3. FOx15 dit :

    C’est où la compression des pages dans le super cache ?

    Sympa ces petits conseils 🙂

    RépondreRépondre
  4. FOx15 dit :

    smush it réduit même les images du thème. pas mal çà apparemment

    RépondreRépondre
  5. Guimove dit :

    Pour la compression des pages j’utilise PHPspeedy
    qui prend tout les fichiers css pour les combiner en 1 seul ( de même pour les js )
    ce qui fait que le lecteur ne reçoit qu’un seul fichier css et un js compresser.

    RépondreRépondre
  6. Louis dit :

    A propos de PHPSpeedy, je me permets de mettre le lien ici : http://aciddrop.com/2008/07/15/php-speedy-wp-version-047-works-with-wp26/

    RépondreRépondre
  7. hsz dit :

    Merci, je vais tenter d’aplliquer ces conseils !

    RépondreRépondre
  8. CedricADW dit :

    idem que FOx15 : c’est où la compression des pages dans WP-Super-cache ??

    Au passage, est-ce que quelqu’un a activé « Super Cache Compression » dans ce plugin ??

    RépondreRépondre
  9. Louis dit :

    Je pense que la compression se fait en activant « Super Cache Compression ». Je l’ai fait, et je crois que mes pages sont maintenant plus légèrent (et donc peut-être compressées), mais pas sûr.

    RépondreRépondre
  10. Google frappe fort avec son rapport intégré à webmaster tools. Une pub gratuite pour ses bonnes pratiques en matière de performances. Mais attention à ne pas prendre tous ces conseils au mot et bien comprendre ce que l’on fait.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *