Pourquoi Chrome OS a déjà gagné la guerre des PC spécialisés

[ 5 ] Commentaires
Share

Comme je l’ai déjà fait il y a quelques temps, je vais à nouveau parler d’un article de Robert Scoble, parce que son contenu me semble intéressant, et je pense qu’il est utile d’en faire profiter les lecteurs de ce blog. Dans ce billet, il explique notamment pourquoi il pense que Chrome OS a déjà gagné la guerre des OS sur les PC légers et low-costs. Je suis assez d’accord avec son avis sur la question, les arguments qu’il développent sont très intéressants, même si je reste persuadé que le marché des netbooks en temps qu’ordinateur mobile ne va pas voir déferler une vague de Chrome OS.

Chrome OS Netbook

En fait, Robert Scobble base son avis de réussite sur le prix et la parfaite adéquation de Chrome OS avec son temps.

Il explique que Chrome OS est l’OS idéal pour des machines très peu chères, et hyper spécialisées, comme par exemple des petites tablettes tactiles de cuisine, ou plus simplement des ordinateurs servant juste à se connecter à Internet. En effet, au niveau des université, des écoles, et des lycées, il faut pouvoir mettre à disposition un grand nombre d’ordinateurs pour les élèves, à priori en accès plus ou moins libres, et la seule chose qui compte dessus est un accès à internet. Là dessus, je trouve que Robert Scobble a tout a fait raison : quand on regarde à quoi servent les ordinateurs laissés à disposition dans les bibliothèques ou les universités, ils sont souvent bloqués sur un navigateur, et la seule chose accessible sur ceux-ci est… l’accès au net. En un mot, Chrome OS est un OS qui irait très bien pour ces types d’ordinateurs (qui représentent déjà un marché conséquent), parce qu’il est sécurisé (donc on peut le laisser accessible à tous), il ne demande pas beaucoup de ressources (donc on peut le mettre sur des PC low-costs, et donc a bas prix, ce qui arrangerait bien les organismes, qui les achètent par centaines), et qu’il est très optimisé pour le net (Chrome étant un des navigateurs les plus aboutis actuellement).

C’est vrai que vu sous cet angle, Chrome OS devient très avantageux. Il se place sur le secteur des PC spécialisés, et il y a vraiment un gros potentiel.

Si je prend le QOOQ, par exemple (une tablette tactile pour faire la cuisine), je remarque qu’il leur suffirait de passer tout leur contenu sur un site internet, et de faire des abonnements à leur service, en fonction du contenu accessible. De cette manière là, un ordinateur embarquant un Chrome OS accèderait à son application QOOQ sur le web, et pourrait réaliser les même choses que la solution proposée à l’heure actuelle.

Bien sûr, QOOQ, c’est aussi une tablette tactile. Mais pour être franc, il ne va plus se passer très longtemps avant que les écrans des netbooks deviennent tactiles.

Donc Chrome OS va être la base d’application très spécialisées, s’il est installé sur des plateformes type netbooks tactiles, ou PC « robuste » mais low-cost (pour les bibliothèques, les universités, etc). Ne reste plus aux éditeurs de réaliser des services web, ou bien de devenir constructeur et installer l’OS sur la machine.

AU delà de cela, on peut voir de façon assez grinçante que avec Chrome OS, Google founit au web un OS comparable à Android : dans le rôle du smartphone, vous mettrez les netbooks ou les PC spécialisés dont on a parlé plus haut, dans le rôle des applications, vous mettez le web, et dans le rôle de l’Android Market, vous mettez… Adsense et Adwords.

Vous serez peut-être intéressé :

  • Chrome OS et Android vont-ils fusionner ?
    Il y a moins d'une semaine que la démonstration publique du nouvel OS de Google pour netbook, Chrome OS, a eu lieu. Cette nouvelle avait alors été largement commentée sur la toile, et nous n'y avions ...
  • Google Chrome OS : le système d’exploitation basé sur du Web 3.0
    Si vous avez lu vos flux RSS ce matin, vous n'avez pu passer à côté. Google vient d'annoncer la sortie d'un Système d'exploitation maison appelé Google Chrome OS. Je vous recommande tout de même la le...
  • Google Chrome OS : un minitel 2.0 ?
    Je réagissais tout à l'heure sur le blog de Philippe Scoffini (oui parce que j'aime bien déposer des commentaires, je trouve que c'est une forme de remerciement, une forme de respect envers celui qui ...
  • Google Chrome OS : les premières images ?
    Moins de 24 heures après avoir été annoncé, il semble que les premières images du Google Chrome OS apparaissent sur le web. L'OS aurai été installé sur un vieux dual core Acer Extensa 4620Z lors d'un...
  • Google Chrome entame une sévère campagne pour couler Internet Explorer
    Google avait commencé par être le premier partenaire financier de Firefox. Mais ça ne fonctionnait pas assez vite. Le navigateur étant le point d'entrée des clients vers chez Google, ils ont par la su...

5 commentaires sur ce billet

  1. TiBo dit :

    Très bon papier 🙂

    RépondreRépondre
  2. Louis dit :

    @Tibo : Venant de la part de quelqu’un qui a travaillé chez Ecran (que je considère comme partie intégrante de Libé), j’aurai la prétention de prendre ça comme un beau compliment.

    Merci 😉

    RépondreRépondre
  3. ricord dit :

    Si on pousse le Cloud Computing jusqu au bout,meme l OS n a plus besoin d etre installe,le navigateur est disponible en ligne.Le terminal devient une simple console connectee qui gere des donnees entrantes et sortantes.Pour les pays en voie de developpement,le cout des terminaux doit baisser radicalement.Le projet O3b de Google qui doit connecter les 3 autres milliards d habitants , futurs utilisateurs de ses services necessite une solution radicale.Chrome OS n est sans doute que le debut .Google nous donnera un acces plus complet a ses ressources informatiques a la fois logicielles et hardwares.

    RépondreRépondre
  4. Dreyfus dit :

    Un qooq multi os multinavigateur et multi device , j’en ai révé, cookineo l’a fait : j’ai essayé c’est plutôt bien fait et ça coûte pas un bras

    RépondreRépondre
  5. shaunlemouton dit :

    Sur l’analyse de fonds je suis d’accord. A ceci près que Chrome OS n’apporte rien aux netbook puisqu’il s’est contenté de copier les versions Linux du Eepc par exemple ou plus simplement Ubuntu. C’est une grosse comme pour quelquechose que d’autres font déjà aussi bien. Espérons simplement que le poids de la marque Google poussera des organismes à lâcher Windows (mais c’est déj) le cas avec les Ubuntu de l’assemblée Nationale et de la gendarmerie française…)

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *