La génération gadget n’est pas la génération informatique

[ 5 ] Commentaires
Share

Je note de plus en plus une différence de taille entre la génération de nos parents (je parle à ceux qui ont moins de 30 ans), et la notre.

D’abord et avant tout, ne généralisons pas : tout le monde n’est pas pareil. Je vais cependant vous relater une histoire assez classique, et je suis sûr que plus d’un se reconnaitra (ou reconnaitra certains membres de sa propre famille…).

Voilà voilà : la génération de nos parents (grand-parents pour les plus jeunes lecteurs) était la génération après-guerre, à savoir celle qui a vu les trente glorieuses (période 1945 à 1974), et aussi l’apparition de multiples gadgets de la vie quotidienne : le couteau électrique, le batteur électrique, bref, tout un tas d’ustensiles (notamment dans la cuisine), qui étaient certes électriques, mais surtout mécaniques.

Nerd

Cette génération se caractérise à mes yeux par une grande attraction envers des objets pas forcément très utiles, et qui ne servent pas souvent, mais qui pour autant permettent de se dire que l’homme maitrise la technologie, et permet, sans effort (officiellement), de se décharger des tâches ménagères. Souvent, ce sont des objets au design assez sympa (enfin sur les dernières années, hein, parce qu’au début, c’était pas le top), que l’on branche, sur lesquels on appuie sur un bouton, et hop, ça bouge/tourne/vibre. J’ai presque envie de dire (sans l’avoir vérifié) que Moulinex était une marque phare de ces années là : ils sortaient moult produits ménagers, chacun plus spécialisé l’un que l’autre. Faisons une petite liste : l’aspirateur à main, le batteur électrique, le couteau électrique, le mixeur, la fontaine à eau, etc.

Bref : aujourd’hui, on a des ordinateurs, et comble de l’horreur, quand on appuie sur une touche, il ne se passe à priori rien… ou rien de « mécanique ». Nous, les jeunes, nous avons eu la chance d’être « né dedans », et nous comprenons tout à fait que ce qui « bouge », c’est à voir sur l’écran. Mais eux, nos parents et grand-parents, s’entêtent souvent à vouloir savoir où -diable !- cela va bouger. Là, on les voit perdus, notamment tous ces gens autre-fois considérés comme des geeks parmi leurs pairs. Mais que ce passe-t-il alors ? Eux qui il y a 20 ou 30 ans étaient si émerveillés par tous ces joujous dont James Bond est devenu l’égérie !

Ce billet n’est donc pas un billet pour exprimer une conviction, simplement une brève pour montrer à quel point les geeks d’hier peuvent être à la ramasse aujourd’hui (et j’ajouterai, peuvent être les plus réticents aux geekeries d’aujourd’hui, qui tournent beaucoup autour de l’informatique -mais pas exclusivement-).

[Photo CC]

Vous serez peut-être intéressé :

5 commentaires sur ce billet

  1. Shaan dit :

    EUH… Comment ne pas être méchant avec ce genre d’article et surtout la teneur du propos. Ma grand mère dans son envie, a pris des cours auprès d’une école et celle-ci gère avec aisance sa Debian stable. Bon ok, c’est pas une développeuse mais elle fait ce qu’elle a à faire (écriture de document/lecture de pdf, internet, installation de paquet et mise à jour du système, etc, etc…)

    Je donne des cours auprès de personnes âgées et je tombe souvent sur des gens curieux, avide de savoir et d’apprendre à s’en servir sans pour autant être dépourvus par ce que tu décris tant.

    Je pense que c’est avant tout une envie d’aller de l’avant qui fait que l’on ne sera pas à la ramasse comme tu le dis si bien. Je te trouve trop généralisateur d’une génération qui est capable de choses que tu serais bien surpris de voir ce dont certains sont capables =)

    RépondreRépondre
  2. Louis dit :

    @Shaan : Attention, je n’ai pas parlé ici des personnes particulièrement âgées, mais simplement de la génération née dans les années 50 (qui ont une soixantaine d’année aujourd’hui). Ensuite, j’ai bien dit au début de mon billet qu’il ne fallait en aucun cas faire de généralisation. Ma grand mère est également très prompte à faire des efforts, et cela fait maintenant plus d’un an qu’elle est sur une Ubuntu.

    Non, ce que je soulève dans mon billet, c’est la distance entre le caractère geek d’une génération qui a connu les 30 glorieuses, avec des objets un peu partout, et notre génération, geek aussi, mais d’une tout autre manière.

    RépondreRépondre
  3. Dr.pepper dit :

    Hop j’en profite de mon temps temps libre, pour te féliciter du clin d’œil.
    Car en effet, il est incroyable de voir cette fascination des technologies par apport a maintenant.
    La preuve en est en effet, les anciens parents, grands parent etc

    Mais où ce que l’évolution technologique, sarteras t-elle ?! 😀

    Aller sur ce,
    merci et bonne journée 🙂

    Dr.pepper

    RépondreRépondre
  4. L’article n’est pas sans intérêt, mais il s’arrête trop tôt selon moi. En effet, si vous aviez poussé le raisonnement, et si vous y aviez inclus l’idée que la technologie avance de plus en plus vite, alors vous auriez été contraint de conclure que les geek d’aujourd’hui sont déjà à la ramasse de demain.

    Et comme rien n’est tout blanc ou tout noir dans la vie, il faut aussi mentionner les enfants des geeks qui viennent chercher des tuyaux auprès de leurs parents restés geeks !

    Autrement dit, geek, c’est une question d’état d’esprit plus que d’oportunisme ou de conformisme.

    RépondreRépondre
  5. Louis dit :

    Je suis assez d’accord, mais pour en revenir à l’exemple, on attend toujours que l’industrie du tourisme suive, et propose des clefs USB dans les boutiques !

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *