Pascal Pomelade et son orchestre réinventent les instruments

Donnez votre avis !
Share

Pep Pascual

Superbe vidéo que j’ai trouvé via Twitter. C’est un concert, donné par l’orchestre (ou le groupe, comme on veut) de Pascal Pomelade. Wikipédia en fait déjà une belle description :

Pascal Comelade est un musicien français d’expression catalane né[1] le 30 juin 1955 à Montpellier. Il représente l’une des grandes figures de la scène perpignanaise d’expression catalane.

Il a collaboré avec de très nombreux chanteurs et musiciens issus de tous horizons comme Robert Wyatt, Dani, Faust, Miossec, Jaume Sisa, Toti Soler, Jac Berrocal, PJ Harvey pour n’en citer que quelques-uns et pour mettre l’accent sur l’éclectisme du personnage. Ces collaborations témoignent encore une fois d’une volonté d’embrasser un spectre large de la musique populaire. Pourtant, dans l’évolution constante de son jeu de piano, qu’il développe notamment en concert, Pascal Comelade témoigne d’une recherche qui excède de beaucoup la simple compilation. Son jeu oscille entre une tendance sans cesse croissante vers la sobriété (évoquant de plus en plus Erik Satie) et une présence non feinte des interférences que le corps du musicien imprime à ce jeu (stress extrême suscité par les représentations en public, difficultés inhérentes au fait de jouer sur des instruments miniatures).


Voilà la vidéo :

Pascal Comelade en Concert al Teatre Bartrina de Reus

Ce que j’en pense

Je ne trouve pas que le morceau à jouer soit fondamentalement difficile (sans vouloir utiliser un argument d’autorité, sahcez que j’ai fait plus de 10 ans de clarinette, et que, sur la fin, je jouait des choses un peu plus difficiles, en terme de partition). MAIS : on peut voir que les musiciens jouent des instruments peu banals, notamment celui qui joue de la « paille » (joué par Pep Pascual). C’est extrêmement difficile, car il doit réaliser le son (déjà que dans une embouchure de trompette, c’est pas facile de sortir un son propre, alors dans une paille, ça tient du miracle). N’oublions pas qu’il déffinit la hauteur de son via la longueur de sa paille, et donc que s’il se gourre dans la lognueur de coupe, il flingue le morceau.

Les autres musiciens jouent des instruments pas plus connus (comme Gerard meloux aux guitarres), et c’est pour cela que je leur tire mon chapeau.

Vraiment, la qualité avec laquelle ils jouent de leur instrument montre qu’ils en ont une grande maitrise, ce même s’ils sont définitivement peu communs. Bravo à eux.

Vous serez peut-être intéressé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *