Google Cosmo + GDrive = réponse de Google au rachat de Friendfeed par Facebook

[ 9 ] Commentaires
Share

Attention, je m’en vais ressortir dans ce billet les vieux cartons pour essayer d’y voir plus clair dans le futur proche du web mondial.

Ces derniers jours, l’actualité internet a été secouée par plusieurs annonces d’une importance collossale : d’une part, Facebook qui rachète Friendfeed, puis Facebook qui créée Facebook Lite (un Twitter-like chez Facebook), et enfin Facebook qui déploie un moteur de recherche interne à son réseau social.

facebook_google

Du côté de chez Google

D’un côté, Google, avec deux produits qui vont certainement créer du remous dans les mois qui viennent. D’abord, Google Cosmo, qui comme son nom l’indique, vient de cosmos (κόσμoς, « monde »). Bref : Google Cosmo sera le « monde » de Google, ou plus probablement l’ensemble des applications Google disponibles sur son propre compte. Un « hub » d’applications et de données.

A côté de cela, on devrait voir arriver un produit de stockage généralisé/centralisé, ou tout du moins un lieu de référence pour tous ses documents stockés chez Google. Le nom du produit ? Google Drive ou GDrive. Cela sera un « disque dur numérique », situé dans les nuages. La version actuelle de ce disque dur est probablement ce que l’on appelle Google Documents, et notamment la liste de ses documents. Google Documents étant en fait la suite d’applications permet d’éditer des documents, Google Drive viendra en parallèle pour stocker, organiser et pouvoir rechercher des informations dans ses propres documents, photos, vidéos, mails, etc.

google-drive

Ci-dessus, un screen d’une version de Google Drive présentée par Philipp Lenssen.

Donc Google devrait dans un futur plus ou moins proche, annoncer ces deux produits. Pourquoi ? Certainement à cause d’un autre événement, que certains qualifient de déclaration de guerre au géant du moteur de recherche.

Revenons chez Facebook

Beaucoup croient dur comme fer, qu’après le rachat ed Friendfeed par Facebook, c’est bien Google qui est visé. Google ? C’est bizarre ça ! Pourquoi Google ? Pour plusieurs raisons. D’abord, l’équipe de Friendfeed est composé d’anciens employés de Google, qui font partie des meilleurs des meilleurs en terme de technologie de pointe sur le web. Ensuite, on est quasiment sûr que ça n’est pas Friendfeed qui est visé (en temps que « produit » ou site web), mais bien l’équipe qui était derrière, et qui maintenant va rejoindre Facebook.

Deux choses ensuite. Le même jour que Facebook a annoncé le rachat de Friendfeed, l’entreprise de Mark Zuckerberg a annoncé sortir son moteur de recherche interne, basé sur les appréciations de ses membres. Notez que c’est génial : plutôt que d’utiliser des liens hypertextes en plus des mots clefs de la recherche (comme le fait l’algorithme de Google avc le PageRank), Facebook pourrait utiliser la quantité d’informations qui ont été créées à partir de tel ou tel potentiel résultat. Exemple : Si une vidéo est beaucoup appréciée, nombreux sont les utilisateurs qui cliqueront sur « I like ». D’autres laisseront des commentaires, ou même l’enverront à leurs propres amis. De surcroît, si les gens qui ont cliqué sur « I like » sont vos amis, ces « I like » compteront d’autant plus ! Bref : c’est un nouveau système de classement de l’information qui peut être mis en place, et donner des résultats très pertinents, car déjà notés, qualifiés et commentés par d’autres humains. C’est purement génial ! Et logiquement, ça doit faire très peur à Google (qui n’a pas, comme Facebook, de réseau social aussi important, lui permettant de réaliser le même genre de tri-humain du contenu pertinent).

Moteur de recherche Facebook

Enfin, la troisième information intéressante est celle de la mise en place d’un outil permettant d’imiter Twitter et Friendfeed dans Facebook. Cela s’appelle Facebook Lite et c’est sorti mercredi matin. Déjà que grâce à l’application « Twitter« , Facebook permettait de répliquer le contenu généré sur Twitter jusque sur son compte Facebook (en temps réel), là, Facebook vient de porter l’estocade à Twitter. Pourquoi ? Parce que si Facebook a le contenu de tous les gens qui sont sur Twitter, ce dernier ne présente plus autant d’intérêt que s’il est le seul à avoir le contenu le valorisant (le link journalism). En rachetant Friendfeed, Facebook vient d’ensérer Twitter entre des tenailles numériques, et, tant que l’API de Twitter restera ouverte, Facebook s’assurera de récupérer énormément de contenu de Twitter (ce qui est très utile lorsque l’on souhaite bâtir un moteur de recherche, tiens donc).

Et la comparaison avec Google ?

Souvenez-vous que Google, c’est, en gros, un moteur de recherche, des mails (Gmail), les vidéos (Youtube), les photos (Picasa), et les documents (Google Docs). Bon, et bien Facebook devrait d’ici peut ouvrir son système de mails (chaque utilisateur aura alors un mail type : adresse@facebook.com), sachant que le service a déjà un système de photos et de vidéos (n’oublions pas que Facebook a plus de photos de Flickr, ce qui est colossal). Ne manque donc plus que le support des documents. Or, là où Facebook est en avance que Google, c’est qu’il a ouvert une API, depuis belle lurette. API qui jusqu’alors a surtout servi a développer des petits jeux complètement inutiles… mais qui nous dit que d’ici peu, une entreprise n’aura pas tenté et ne sera pas parvenu a créer un éditeur de documents sur Facebook (Zoho ? c’est possible, ils ne sont pas mauvais dans ce domaine !) ? De cette façon, Facebook s’orienterait vers une version complète d’un OS web. Je vous invite à lire le billet d’Antoine Dupin sur le sujet : Achat de FriendFeed, Facebook seul OS WEB?

Bref : la concurrence frontale avec Google n’est pas si loin, et elle n’est surtout pas si fantasque que ça. Croyez bien que si je suis capable, tout seul, avec le peu d’éléments que j’ai, de mener cette réflexion, et bien ça doit nettement plus cogiter à San Francisco chez Google et chez Facebook.

Edit : Pour ceux qui sont intéressés par le sujet, TechCrunch a fait un billet appelé The Age Of Facebook.

Vous serez peut-être intéressé :

9 commentaires sur ce billet

  1. Simon dit :

    Super bonne analyse des infos qu’on a pu entendre à droite à gauche sur le web. J’avais bien aimé l’article d’Ouriel Ohayon sur le même sujet http://ouriel.typepad.com/myblog/2009/08/10-random-thoughts-on-friendfeed-acquisition-by-facebook.html

    RépondreRépondre
  2. H4mm3r dit :

    Je ne suis pas loin de partager ton analyse mais juste un point qui selon moi fait toute la différence et qui prouve que FB c’est le mal !

    Google (on peut en dire ce qu’on veut) est une alternative dans tout ce qu’il propose et tout est basé sur des protocoles ouverts et partagés. Tu peux garder tes mails chez toi, tu peux sauvegarder ton blog, etc…

    Par contre, FB, c’est clos et personne d’autres n’a accès sans le bon vouloir de FB.

    C’est pourquoi mon compte FB dit que GOOGLE RULEZ et à mort la tentative de Minitel 2.0 du web !

    RépondreRépondre
  3. Antoine Dupin dit :

    Yop ! merci pour le lien. super article tu te mets quand au twitter? 🙂 Je retourne à mes vacances !

    RépondreRépondre
  4. Louis dit :

    @H4mm3r : Complètement d’accord avec toi. On sent une envie d’ouverture chez Google, avec énormément de produits utilisant des standards ouverts, ou interopérable avec d’autres outils.

    Facebook, à ce niveau, ressemble davantage au monde fermé de Microsoft… qui en détient une grosse partie, d’ailleurs (bizarre, non ?).

    @Antoine Dupin : Je suis déjà sur Twitter, mon user est @LouisVolant.

    RépondreRépondre
  5. H4mm3r dit :

    @Antoine Dupin : Si tu n’as pas peur de suivre un twitter fou…

    RépondreRépondre
  6. Louis dit :

    @H4mm3r : Moi, un twitter fou ? 😀

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *