Adobe rejoint la Linux Fondation. Le début de la fin pour Windows ?

[ 2 ] Commentaires
Share

J’ai toujours dit et je continue à croire que Linux n’est pas (plus) un système d’exploitation difficile à utiliser. Même : je crois qu’il est en fait plus simple à utiliser, et je le prescrit donc à toutes les personnes qui cherchent à commencer à apprendre l’informatique (sans trop se ruiner, de surcroît).

Le gros problème de Linux aujourd’hui réside en fait dans l’offre logicielle. Notamment l’offre de logiciels pour professionnel, soit les logiciels hyper spécialisés. Parce que pour le reste, Linux n’est pas en reste, bien au contraire.
Donc je disais, il manque à Linux un large panel de logiciel extrêmement puissant pour professionnel.

Or, ces logiciels sont vendus par des éditeurs, parmi lesquels Adobe est un des poids lourds.
Sauf que. Pour l’instant, et jusqu’à présent, tous (ou quasiment tous) les logiciels pour pros tournaient sous Windows, Mac… Mais pas sous Linux. Ou sinon, pour les avoir sous Linux, il fallait installer Wine, mais ça pouvait occasionner un certain nombre de problème, c’était compliqué, hasardeux, etc…

Mais, oh bonheur, que lit-on aujourd’hui sur Clubic ?

Adobe rejoint la Linux Foundation et porte AIR

Publiée par Matthieu le Lundi 31 Mars 2008

Brève Linux

Logo Adobe

Mieux vaut tard que jamais. Un mois après la sortie de l’Adobe Integrated Runtime (AIR) pour Windows et Mac, l’éditeur spécialiste du postscript annonce, via un communiqué de la Linux Foundation daté d’aujourd’hui, sa disponibilité en version Linux sur son site Adobe Labs. Le communiqué précise qu’en parallèle « Adobe Systems rejoint la fondation (…) afin d’accélérer la part des technologies Air sur la plateforme Linux ».

« La décision qu’a prise Adobe de rejoindre la Linux Foundation est un prolongement de son intention d’ouvrir ses standards et ses codes sources, ce qui confirme sa place de leader dans l’industrie des logiciels », indique Jim Zemlin, directeur exécutif de la Fondation Linux. « L’initiative d’Adobe va contribuer à augmenter le nombre d’applications, en particulier orienté web 2.0, qui sont disponibles sur Linux ».

David McAllister, directeur des standards et de l’open source chez Adobe ajoute pour sa part que « la fondation Linux est une ressource inépuisable, permettant, via son forum, de s’assurer que les technologies Adobe Air sont compatibles avec la plateforme Linux ». Adobe a également mi-à jour la version alpha de Flex Builder 3 pour Linux afin d’intégrer les fonctions Air. Adobe sera donc présent, la semaine prochaine, à l’Annual Collaboration Summit de la fondation Linux. Un évènement qui permettra, semble-t-il, aux quelque 230 membres de la communauté d’accélérer leur collaboration.

Formidable ! Hé oui. Adobe a (enfin) compris un truc : parmi les gens qui sont actuellement sous Linux, un certain nombre ont pas mal de connaissances en informatique, travaillent dans l’informatique, vivent l’informatique. Bref. Parmi les linuxiens, une majorité sont des geeks. Or, ce qu’à bien fait de comprendre Adobe, c’est que les Geeks peuvent représenter une formidable manne financière pour Adobe ! …qui risque fort (si la firme arrive à s’affranchir du joug/des diverses pressions de Microsoft) de porter ses logiciels (dont pas mal sont des références : Photoshop, Illustrator, Dreamweaver, Premiere, Flash, Fireworks, Indesign, etc.) sur Linux. Et si les logiciels de pros sont sous Linux, ça pourrait permettre aux pros de faire des économies (de licence, de matériel) en passant sous Linux ! Et si les pros utilisent Linux, alors… Monsieur Toulemonde (le gros beauf moyen, comme seule la France sait en produire) DOIT avoir Linux. Ce qui pour l’heure n’est/n’était pas possible ! CQFD.

Ainsi, et pour résumer. En une phrase. Si Adobe décide de (puis parvient à) réaliser un portage de toutes ses applications sous Linux, alors la voie sera grande ouverte pour le système d’exploitation libre : ses seuls défauts ne seront plus que lointains souvenirs.

Vous serez peut-être intéressé :

2 commentaires sur ce billet

  1. Florian dit :

    Si un jour Adobe se décide de porter Photoshop, Premiere and co, c’est Apple qui risque de s’en mordre les doigts. Les premiers acheteurs de Mac sont des professionnels de la vidéo ou de la photo.
    Ils n’aurons plus d’intérêts à acheter un système cher alors qu’ils auront les mêmes logiciels sous Linux, qui est gratuit et aussi stable que MacOS (qui a dit plus ???)

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *