Pourquoi je préfère lire les blogs par rapport aux articles de journalistes

[ 16 ] Commentaires
Share

Un sujet sur lequel je ne me suis jamais exprimé ici (à ma connaissance), et pour lequel j’ai une idée assez conséquente, ou en tout cas un avis que je me permet de défendre.

Le sujet : l’intérêt des journalistes dans un monde où les blogueurs sont nombreux et répartis sur tous les thèmes. Je ferais les questions et les réponses. C’est simplement pour mieux ordonner mon propos.

Kiosque a journaux la nuit

  1. Les blogs remplacent-ils aujourd’hui les journaux et les journalistes ?

    Non, je ne le crois pas. Les journalistes ont un rôle à mon avis de recherche de l’information, de son décryptage et de sa vulgarisation. Sur bien des points, les blogueurs font le même boulot, mais, leur situation fait qu’ils sont beaucoup plus libres dans ce qu’ils écrivent, et donc le résultat est différent.De surcroît, les journalistes ont un rôle de sélection : ils doivent êtres concis dans leurs articles, car ils sont limités dans le volume de leur écrit.

  2. Y-a-t-il les même informations dans les blogs et dans les journaux ?

    Mon expérience m’a montré que les blogs peuvent être amené à relater des idioties… mais pas plus que les journaux, en fait. Combien de fois des journalistes des grands quotidiens se sont laissés avoir aussi facilement que les autres blogueurs ? Très souvent, les blogueurs reprennent des infos qu’ils ont lu quelque part, sans forcément les étoffer ou les vérifier. Rassurez-vous, les journalistes ne font souvent pas mieux avec les dépêches AFP. Bref : à ce niveau, je ne croit pas qu’il y ait de différence. Seulement, un journaliste qui fait bien son travail se doit de citer ses sources aussi souvent que possible (et de les vérifier, au passage, hein).

  3. Quelle différence alors entre un article de journaliste et celui d’un blogueur ?

    Un blogueur tient souvent un blog ou un espace personnel, où il a une place pour sa personnalité dans ce qu’il écrit, ce que n’a pas (ou en tout cas moins, à mes yeux) un journaliste, qui lui fait partie d’une structure (un journal, une rédaction) qui le rend impersonnel. Remarquez que cet aspect a tendance à disparaitre avec les pure-player que sont les journaux en ligne comme Rue89 ou Bakchich (par exemple, car d’autres le font tout autant), qui mettent en regard de chaque article une rapide biographie de l’auteur, avec, souvent, une image de celui-ci. Le journaliste qui officie dans un journal traditionnel (papier en particulier) ne peux donc que très peu s’engager personnellement dans ce qu’il écrit, ce qui a tendance à adoucir les reliefs d’un papier, et très souvent à faire rester le journaliste dans le territoire du factuel. La seule place où l’on peut lire un engagement clair et/ou la défense d’une conviction dans un journal se situe dans les pages d’édito et de Tribune. Là, le journaliste donne son avis, personnel.

  4. En quoi la personnalité permet d’aller plus loin ?

    La personnalité de l’auteur d’un article lui permet de parler de son expérience, de s’engager par rapport à ce qu’il croit, sans toujours avoir à justifier impressions par des sources (travail que se doit de faire le journaliste, je le répète). Ainsi : le blogueur n’a pas de crédibilité à défendre, ce qui lui permet de pousser plus loin encore les extrapolations autour d’un thème. D’où, et c’est là où je voulais en venir, l’avantage des blogueurs dans les thèmes ou l’anticipation est fondamentale.

    J’entends par là que tous les thèmes technologiques (par exemple mais pas seulement) demandent très souvent à l’auteur de s’engager, pour dire ce qu’il croît que tel constructeur/prestataire va ou non faire en fonction des événements passé, actuels ou futurs. D’autres thèmes, moins en pointe, se prête beaucoup moins à de tels engagements (je pense aux sujets politiques notamment).

    De l’aspect « personnel », on passe maintenant à la « passion » : ainsi, pour tout sujet qui vous passionne que ce soit un sujet techno, les voitures, les avions, la musique, le cinéma, les BD, le sport (vous devez bien être passionné par quelque chose), vous trouverez davantage d’informations pertinentes pour vous car plus engagées, plus fréquentes, plus réactives et plus nombreuses sur les blogs. Le fond sera donc à priori meilleur (car les passionnés sont souvent spécialistes du sujet qu’ils suivent de longue date), mais la forme, aussi. Chacun sait à quel point il est grisant d’écouter un passionné nous parler de ce qu’il aime, souvent même, cette passion se transmet en partie, et l’enthousiasme qui l’accompagne aussi. Vous constaterez d’ailleurs que les journaux voient là des limites cruelles : faiblesse de la réactivité, faiblesse au niveau du contenu, faiblesse encore en terme d’imagination et impossibilité d’insérer trop d’enthousiasme dans l’article. Si vous voulez en savoir plus sur les prochaines sorties Apple, allez voir sur les sites de fans, pas sur un grand quotidien national (même pour sa version en ligne). Pareil pour les autres sujets sus-cités.

Donc, si je n’ai aucune haine pour les journalistes, je préfère juste consacrer le temps que j’ai de disponible à lire des articles de passionnés, dont je sais qu’ils m’en apprendront toujours plus que ce que je pourrais apprendre sur les journaux classiques.

On voit là encore un des avantages d’internet : donner l’accès au grand public à la discutions (ou au moins à l’écoute et à la lecture) de passionnés, sur des sujets extrêmement divers. Le rôle des journaux , qui étaient vecteurs d’information autrefois, n’est donc désormais que valable là où les blogueurs ne sont pas encore, ou pas encore beaucoup. Parmi ces sujets, je crois pouvoir citer la politique, les relations internationales ou… les faits divers.

[Photo CC Christophe Duman]

Vous serez peut-être intéressé :

16 commentaires sur ce billet

  1. dew dit :

    Je crois que l’argument essentiel tient surtout au fait que les personnes tenant des blogs sont « spécialisées » alors que les journalistes ne font la plupart du temps que relayer une information en commettant parfois de grosses erreurs ou approximations dérangeantes pour les lecteurs qui s’y connaissent un peu.

    RépondreRépondre
  2. H4mm3r dit :

    Il me semble qu’il ait 2 points traités. Tout d’abord, l’émetteur :
    la différence entre un blogueur et un journaliste.Fût une époque, j’aurais dit que le premier ne tire pas un profit direct de cette activité. Mais cette nuance n’est plus aussi flagrante. Maintenant, est-ce que les journalistes de demain ne seront pas les blogueurs d’aujourd’hui ? Ne vendront-ils pas leur pige directement sur le Net à des centrales comme l’AFP ou à des particuliers (comme Médiapart).

    Ensuite, il y a le support :
    avec mon lecteur de flux, j’ai un peu l’impression de passer d’une section à une autre d’un magazine qui ne serait jamais obsolète ou tout le temps mis à jour (vous choisissez). Ce sentiment de choix (et donc de libre arbitre) est très gratifiant car à la différence du JT de 20h, on va chercher notre information. Maintenant, il faut un bon esprit critique.

    Enfin, il y a le récepteur qui va devoir changer ses pratiques et ses mentalités. Naturellement, la société va basculer vers cette information tirée et non plus poussée.

    Et là mon beau schéma émetteur-récepteur va se complexifier à l’image de la société de demain.

    RépondreRépondre
  3. nina dit :

    Butiner par-ci, par-là des billets ne rend-il pas bête ?

    RépondreRépondre
  4. Louis dit :

    @dew : Oui, y’a aussi de ça : c’est ce que je voulais dire en parlant de passionnés. Et le fait que, avec Internet, nous ayons l’habitude de ne lire que ce qui nous intéresse (donc les sujets où l’on s’y connait un petit peu), fait que l’on voit tout de suite la différence entre un spécialiste/passionné et un pigiste qui n’en a rien à faire.

    @H4mm3r : Tu a raison aussi, changement de relation émetteur/récepteur et changement de support. Aujourd’hui, avec Internet, le schéma des médias traditionnel n’est plus du tout adaptés, et ils sont très probablement amenés à mourir (ou à survivre sous perfusion de l’état) s’ils ne changent pas rapidement (ce qui m’étonnerait, mais on voit des perspectives très intéressantes arriver peu à peu).

    RépondreRépondre
  5. LacheTonCom dit :

    Pour moi la différence c’était surtout que l’un parle à la première personne et pas l’autre.

    RépondreRépondre
  6. vibro rabbit dit :

    Une différence de taille … un journaliste n’a « logiquement » pas le droit, déonthologiquement de dire des conneries alors qu’un blogueur ….

    RépondreRépondre
  7. Louis dit :

    @vibro rabbit: ahahaha, la bonne blague. Le journaliste est sous contrat, donc suis ce que lui dit d’écrire son directeur de rédaction. Le blogueur peut dire des conneries, mais joue sa notoriété.

    RépondreRépondre
  8. L’expression pour tous, c’est le coeur du Web, le revers de la médaille, c’est le manque de preuve des affirmations de certains.

    RépondreRépondre
  9. vibro rabbit dit :

    « blogs peuvent être amené à relater des idioties » évidemment ce n’est pas l’AFP ou Rutters qui distribue l’info aux webmasters de blogs ..

    RépondreRépondre
  10. Philippe dit :

    Je pense qu’il faut dissocier les deux, ils sont complémentaires. Un bloggeur n’a pas de compte à rendre et dit ce qu’il veut, un journaliste est déonthologiquement obligé de ne pas raconter de conneries …

    RépondreRépondre
  11. buzz sexy dit :

    Déja, journaliste, c’est un métier, des études, une hiérarchie, un patron etc. un blogeur au départ c’est une personne qui veut faire passer un message ou une passion au plus grand nombre de personnes et changer des idées sur son domaine. C’est donc bien disctinct !

    RépondreRépondre
  12. Il ne faut pas mélanger les journalistes, les vrais blogueurs, et les blogueurs à de balles comme sur le post qui font des copier/coller d’articles sur tous les sujets en changeant quelques mots. Ils se prennent pour des journalistes en herbe et n’apportent rien …

    RépondreRépondre
  13. Boutique dit :

    Bonjour, les deux sont à lire mais aussi bien l’un que l’autre avec parcimonie car ils nous abreuvent d’infos et de buzz souvent sans intérêt…

    RépondreRépondre
  14. philippe dit :

    Bonjour, lire les blogs tout le monde le fait et apprécie ces avis émanant souvent de non professionnels de l’actualité, mais il faut bien reconnaitre qu’il y a tout et n’importe quoi et que l’on ne peut pas prendre pour argent comptant tous les avis et conseils…

    RépondreRépondre
  15. Woolyss dit :

    Je suis bien d’accord avec l’article et l’ensemble des réactions. On ne peut pas mélanger les 2. Chacun a ses propres intérêts, ses propres objectifs. Et pour ma part, je me réfère aux tweets de l’APF et Reuters (directement à la source) pour toute info généraliste. Ensuite, pour du spécialisé, les forums et les blogs sont excellents. A chacun de faire son opinion, de discerner le vrai du faux. Bref, ils se complètent, je pense.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *