Appareils Photo Numériques : bien comprendre les paramètres pour faire le bon choix

Donnez votre avis !
Share

La sélection d’un appareil photo numérique est compliquée, notamment à cause de tous les paramètres qui entrent en jeux dans la photographie. Petit guide pratique pour commencer à y voir plus clair.

Comment bien choisir son appareil photo numérique ?

Étant donné la pléthore d’appareils en vente sur le marché, et les réponses aux billets sur les Nikon D5000 et D90 (ou des comparatifs), je crois qu’il est opportun de dresser ici une sorte de bilan/aide à la décision. Il n’est en effet pas évident de choisir un appareil photo numérique quand on est un débutant. L’idée ici sera non pas de vous dire quel appareil prendre, mais de vous guider dans votre choix. Et pour se faire, il n’y a rien de mieux que de cerner ses besoins, car de ceux-ci va dépendre le type d’appareil, la gamme (et donc son prix).

gamme_appareils_photos

1 – Le capteur : la course aux mégapixels est terminée

Ce n’est pas trop tôt d’ailleurs, car ça fait déjà un peu moins de 2 ans que cette course devrait être terminée. Un capteur de 8 millions de pixels est très largement suffisant surtout si vous ne tirez pas vos photos en très grand format. Mais même dans le cas contraire, un capteur de 8 millions vous permet allègrement d’effectuer des tirages 10 x 15 cm, 20 x 30 cm, voire même plus. En fait, 3 et 4 millions de pixels sont déjà très amplement suffisants pour imprimer une photo, même en format 20x30cm. Tout ça pour dire que le nombre mégapixels n’est plus un argument de vente (à moins que vous ne retouchiez vos photos, que vous ne les recadriez, etc), donc ne tomber pas dans le panneau si un vendeur se met à vous vanter les dizaines de mégapixels d’un appareil. Je signale au passage que par abus de langage ce que nous appelons « megapixels » sont en réalité des photosites. A titre d’exemple, j’ai gardé pour ma part mon vieux Canon Ixus 55, qui comporte « seulement » 5 mégapixels, et je dois avouer que les photos qu’il prend sont très correctes. Ou en tout cas le nombre de mégapixels est suffisant pour prendre une photo tout à fait nette (la FNAC expliquait il y a quelques années que pour une photo 10×15, le nombre de megapixels optimal est de 2 ou 3 megapixels, c’est dire !). Bon, bien sûr elles n’ont rien à voir avec celles prises par un réflex, mais ce n’est pas le nombre de photosites donc, qui fait une belle photo, ce sont plutôt la qualité de l’optique et la taille du capteur (qui n’a rien à voir avec le nombre de photosites que contient le capteur : en fait ce qui importe, c’est plutôt la grandeur de ces petits photosites : plus ils sont grands, plus ils sont efficaces).

2 – Démêler les zooms : Quelle est la différence entre les zooms xX et les millimètres ?

Pas facile de comprendre la différence entre toutes les caractéristiques des zooms, un coup on parle en termes de x (xX : x5, x8, x10, …) et si on regarde les réflex on parle en millimètres. Quid de de ces différences de langage ?

Il faut tout d’abord comprendre d’où viennent ces x5, x6… Ce n’est rien d’autre qu’un rapport, qui divise la grande focale par la plus petite. Prenons par exemple le Panasonic TZ7, sa plage optique est 25-300 mm et il possède un zoom x12. Remarquer bien que si vous divise 300 par 25 on obtient : 12. C’est simple non ?

Cette plage optique sera un critère important dans votre choix d’appareil, car du « zoom » va dépendre vos clichés. Sans zoom, vous pouvez presque dire au revoir aux photos d’animaux sauvages ou de gros plans/portraits de gens sans les approcher à 50cm, mais il peut aussi alourdir et/ou augmenter la taille de l’appareil. En clair, vous devez vous demander quel type de clichés vous serez amené à prendre le plus souvent et seulement ensuite vous pourrez comparer les plages optiques entres elles ; en vous référant de préférences aux millimètres et non pas aux seuls rapports, car pour un même rapport la plage optique peut changer : l’appareil peut disposer d’un grand angle.

Point d’approfondissement sur l’optique : C’est la pièce maîtresse de l’appareil photo. Les valeurs du bloc optique s’expriment en millimètres. Les constructeurs convertissent ces valeurs en « équivalent 24 x 36 » ou « équivalent 35 mm », car à l’époque des reflex argentiques le standard pour les films était le 35 mm. Il reste encore aujourd’hui une référence.

3 – Quid du grand angle ?

Un grand angle permet de photographier et donc de couvrir autant de champs voire plus que nos propres yeux. Il permet un cadrage large des objets rapprochés et dont on ne peut s’éloigner. En intérieur par exemple, vous n’aurez plus besoin de prendre beaucoup de recul et en extérieur vous pourrez prendre l’ensemble du paysage en un cliché.
On peut considérer que le grand angle commence dès 35 mm, mais pour vraiment sentir la différence il faut être à 28 mm. En clair, plus la valeur de la petite focale est petite plus le champ couvert sera grand et donc vous pourrez faire entrer des objets dans le cadre sans avoir à prendre trop de recul. Il s’agit là d’un détail important, d’autant plus si vous faîtes beaucoup de photos en intérieur ou dans un environnement relativement confiné. A l’heure actuelle les appareils compacts descendent jusqu’à 24 mm, mais un 28 devrait déjà couvrir une grande partie de vos besoins.

4 – Mon appareil photo : un caméscope ?

Pas tout à fait encore. En effet, si la vidéo HD est une réalité, le Full HD n’est pas à la porté de toutes les bourses. Elle vaut cependant l’investissement, même si sa maîtrise diffère d’un constructeur à l’autre, et si certains appareils comme le TZ7 de Panasonic pourraient faire office de caméscope, la qualité de la vidéo est bien moindre sur d’autres appareils, comme sur le Canon Powershot sx 200.

5 – Des compacts à foison

Il s’agit du format le plus répandu, en raison de sa petite taille, sa facilité d’utilisation et surtout son prix bien en dessous de celui des réflex. Les compacts peuvent à mon sens couvrir les besoins de bien des photographes tant leur offre s’est diversifiée. On trouve des compacts renforcés et étanches pour les personnes qui ne veulent pas investir dans un caisson étanche, mais qui voudraient photographier ponctuellement des poissons lors de leurs plongées en apnée. On a aussi des compacts à fort zoom (x10, x12), pour les personnes qui aiment à photographier des sujets de loin ou encore des compacts de taille très réduite dont le but est d’être à portée de main. Ils tiennent sans problème dans la poche d’une chemise. A l’opposé de ceux-ci on a aussi des compacts qui tendent à se rapprocher des réflex (comme le Canon G10 et prédécesseurs). Ces derniers s’adressent déjà plus à un public averti.

Et leurs « défauts » dans tout ça ? Et bien les compacts sont relativement plus lents qu’un réflex que se soit au niveau de l’allumage, ou du temps d’attente entre chaque cliché ; cela pourrait vous priver d’une expression, d’une situation ou d’un moment. Les capteurs des compacts, sont plus petits que ceux des réflex, ceci explique la moindre performance des compacts en faible luminosité. Je tiens toutefois à rappeler que ces défauts ne vous serons visibles que de manière exceptionnelle, si vous avez bien cerné vos besoins.

7 – Les bridges, un type d’appareil en voie de disparition ?

Un bridge, c’est comme un réflex (en apparence) : un encombrement important (taille, poids) mais la différence c’est que l’optique des bridges n’est pas amovible, et la qualité des clichés n’est pas à la hauteur de ceux des réflex. En clair cette catégorie d’appareils est à mon avis condamnée : ses parts de marchés se font attaquer simultanément par les compacts et les réflex. En effet les compacts se sont vu équipés de zoom x10 et x12, ce qui suffit à couvrir les besoin d’une grande partie des consommateurs (par contre, on voit la catégorie des compacts à fort zoom se rapprocher de celle des bridge : par exemple le Canon Powershot SX200 n’est plus un bridge mais c’est un compact, même s’il garde l’appélation Powershot), et les réflex ont vu leurs prix baisser ces dernières années : je ne vois donc plus l’intérêt d’acheter un bridge aujourd’hui.

8 – Des réflex à tout faire, avec l’arrivée de la vidéo :

Comme je l’ai déjà mentionné ci-dessus, les réflex ont vu leurs prix baisser, à tel point qu’ils ne sont plus depuis quelques années réservés ni aux riches passionnés ni aux professionnels. Mais il n’y a pas que la baisse des prix qui explique l’engouement actuel pour les réflex. Les constructeurs ont en effet intégrés à ces appareils des fonctionnalités que l’on ne trouvait jusqu’alors que sur les compacts et sur les bridges : live view, écran rotatif, fonction camera, modes scènes et automatiques… Et ils ont aussi travaillé la forme et les lignes de ces appareils, l’idée étant de réduire leur encombrement, ils ont donc été « allégés » tant en taille qu’en poids.
Le problème c’est que malgré tout ces efforts, si l’on veut tirer tous les bénéfices de son appareil, et non se contenter de la seule qualité d’image donnée par le boîtier et son mode automatique, il est nécessaire d’apprendre un peu de technique pour pouvoir adapter ses optiques à ses besoins et à ses goûts.

Conseils pour choisir son appareil photo en fonction de vos besoins :

Si vous êtes un(e) photographe occasionnel(le), alors un compact à moins de 150 euros fera parfaitement l’affaire. Comme il ‘agit d’une utilisation occasionnelle, l’appareil doit être peu onéreux et simple d’utilisation. Le Samsung ES-55 ou le Pentax Optio E70 rentrent parfaitement dans ces critères.

Si vous faîtes des photos lors de vos voyages, alors il vous faut un appareil doté d’un bon zoom et dont les films sont de bonne qualité. Dans cette idée là on va trouver des appareils typeKodak EasyShare Z915, Panasonic TZ7, Canon SX 200 IS, Olympus Mju 9000.

Si vous faîtes la majorité de vos photos en soirée, et que vous ne demandez à votre appareil que d’immortaliser des moments de vie entre amis, alors vous avez besoin d’un appareil de petite taile, fin et design. Votre choix devra donc plutôt se porter sur le Casio Exilim S12 ou le Sony CyberShot T900.

Si vous aimez les photos « instantannés », c’est à dire fixer une expression ou une situation en extérieur, dans la rue, alors vous aurez besoin d’un appareil assez ramassé sur lui même pour pouvoir rester discret dans vos prises de clichés, mais vous aurez aussi besoin que votre appareil vous autorise des réglages déjà avancés. Le Panasonic LX3, ou le Canon Powershot G10 ou encore l’Olympus Pen EP1 pourraient très bien remplir ces fonctions.

Si vous vous lancez dans la photo, et que votre but c’est bien de créer vos photos, alors vous aurez besoin d’un réflex. Mais attention si vous débutez pas la peine de mettre trop cher dans un premier temps, faîtes vos gammes avec les modes manuels et attendez de voir si la passion vous gagne avant d’investir plus sérieusement.Dans cette optique vous avez le choix entre le Canon EOS 1000, les Nikon D60 et D5000, les Olympus E-450 et E-620 et le Pentax K-m.

Vous serez peut-être intéressé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *