Monétisation du gratuit : encore un casse-tête prometteur

[ 3 ] Commentaires
Share

Internet a le merveilleux mérite de pouvoir faire naitre des entreprises sur la base d’un service rendu mais non rémunéré. Les business angels, car c’est grâce à eux que les entreprises tournent, permettent à de multiples sites internet de vivre et de se développer pendant quelque fois plusieurs années, sans jamais qu’un retour à l’équilibre financier ne soit envisagé. Le but affiché est simplement de se constituer une base d’utilisateurs réguliers.

En tout cas dans les premières années. Prenez par exemple des entreprises comme Facebook, ou Youtube : ces entreprises sont déficitaires, mais les investisseurs ont été nombreux à croire en l’aventure, en fermant les yeux sur le retour sur investissement. Le principe étant que le service est gratuit, donc l’entreprise se constitue d’abord une clientèle, peaufine ses produits, et, une fois qu’une vitesse de croisière est atteinte, une phase de rémunération peut alors être lancée. Attention, en terme de retour sur investissement, je ne parlerai pas ici de la publicité, parce que c’est un moyen basique, classique, incontournable presque, et dont je ne suis pas sûr que l’on puisse se passer totalement. Considérons donc le recours à la publicité via des annonceurs (je n’ai pas dit le recours aux régies, car ce n’est pas pareil) comme une base, raison pour laquelle je n’en parlerai pas ici.

Monetisation des services

Monétisation du gratuit, la phase 2

Comme je l’ai souvent exprimé ici, il n’y a aucun problème pour monétiser un service gratuit dans un premier temps, et ce sans heurter les utilisateurs. En effet : ceux-ci n’acceptent pas d’avoir un service dont on réduit du jour au lendemain les capacités : il se sentent floués, et honnêtement ils ont raison. Par contre, c’est le travail du créateur d’un service d’en trouver de nouvelles fonctionnalités, et, pourquoi pas, de les rendre payantes.

De ce que j’ai pu constater, les fonctionnalités payantes les mieux acceptées sont celles qui ne sont pas essentielles pour l’utilisation du service (il ne faut surtout pas que l’utilisateur se sente « obligé » de payer), mais qui pour certaines utilisations (par exemple, une utilisation professionnelle), se révèlent très intéressantes (l’utilisateur pense que l’utilisation sera meilleure après avoir payé : on parle de payer pour un gain, et non de payer pour éviter des contraintes). Ainsi, un service de mailing de masse en plus d’un webmail peut être très bien accepté, puisque les utilisateurs particuliers n’en ont pas l’utilité, mais que la fonctionnalité est résolument tournée vers les utilisateurs « pro », qui souhaitent donc faire une utilisation massive du service. Or, j’ai beau réfléchir, et tout service gratuit peut être monétisé avec telle ou telle fonctionnalité supplémentaire, mais non essentielle. Il suffit d’avoir de l’idée.

Avoir de l'idée pour monétiser un service

La tentation du racket

Au contraire, je peux constater que certains services, mal monétisés, en prennent un sacré coup sur l’expérience utilisateur. Par exemple, je prend Flickr. La monétisation de son service n’est pas, à mon goût, optimale, et ils pourraient faire beaucoup mieux.

A l’heure actuelle, ils fonctionnent sur un service de Freemium, avec des comptes pro (à environ 15 euros par an) qui permettent d’uploader en illimité, et de pouvoir voir l’intégralité des photos uploadées (et pas les 100 ou 200 dernières, comme c’est le cas pour le compte gratuit). D’un autre côté, Flickr est lié au service d’édition de photo en ligne Picnik, mais l’utilisation complète de Picnik requiert un autre abonnement. Je critique ce mode de monétisation car Flickr n’est pas intéressant pour qui ne connait pas le service, et n’y a pas encore un nombre conséquent de photos (donc ne vois que difficilement l’intérêt du compte premium), et de surcroît, Picnik ne propose pas le test de ses fonctionnalités premium (ou une utilisation très partielle des fonctionnalités premium), donc on ne sait jamais si leur utilisation serait d’une grande valeur ajoutée.

Le coin des bonnes idées

A l’inverse de cela, j’ai plusieurs exemples de services pour lesquels j’accepterai volontiers de payer (si j’en avait besoin, par exemple dans le cas d’une utilisation fréquente), ou bien que je paye déjà. Ainsi, je comprend tout à fait que l’on paye pour de l’hébergement, à partir du moment où l’on demande davantage de ressources serveur ou d’options : si je conçois qu’un hébergement free.fr basique soit gratuit (ce qui est déjà bien sympa), je comprend tout à fait que la mise à disposition d’un serveur complet soit plus chère ! D’autre part, le modèle économique de Vimeo (avec le service Premium Vimeo Plus), qui permet de repousser encore plus loin les possibilités du service, est à mon goût très juste.

Notons ici que les services en ligne peuvent s’appuyer sur leurs fan-users pour se rémunérer, tant qu’ils leurs font payer une priorité dans l’utilisation. Si la bande passante est supérieure pour les utilisateurs de Flickr qui affichent leurs photos ailleurs, ou bien si les ressources d’encodages sont meilleures et plus rapides pour ceux qui envoient des vidéos sur Vimeo, alors bien sûr, cela vaut le coup de payer.

C’est donc une utilisation spéciale (mais pas principale) des services qu’il faut monayer aujourd’hui ! Pourquoi Flickr ne permet pas aux photographes de vendre leurs photos directement depuis le site (comme iStockPhoto par exemple) ? Pourquoi les sites de journaux en lignes ne proposent pas des conférences payantes avec les journalistes qui ont écrits tels ou tels articles ? En effet : rien ne serait plus intéressant que de se voir raconter son périple par un journaliste d’investigation qui a passé ses dernières semaines ou mois dans un pays sensible ! Pourquoi les services de musique en ligne type Deezer n’offrent pas à côté un service payant d’enregistrement de chanson/musique avec des outils d’édition, afin que chaque amoureux de musique puisse, si l’envie l’en prend, devenir lui-même artiste ? Bref : tout un tas d’idées qui, si elles sont faciles à écrire ici, sont nettement plus difficiles à concrétiser, et surtout, ne sont bizarrement pas à l’ordre du jour des services en ligne.

Mais bon, quand on voit que chacun s’accorde sur le fait que la presse professionnelle en ligne décline de jours en jours, et qu’elle doit se réinventer, je ne crois pas qu’elle soit en mesure de rejeter toutes les propositions qu’on lui fait (quitte à aller voir ailleurs : aux Etats-Unis, des modèles économiques alternatifs sont déjà mis en place : qu’attend-t-on alors ?). De même, Deezer et jiwa perdent de l’argent avec leur bande passante, et se font chaque jour ponctionner méchamment par les majors, donc ils n’ont pas grand chose à perdre non plus…

Je laisse ce billet là, plein d’espoir pour que des vrais modèles économiques apparaissent sur la toile, et montrent que ce n’est pas contre l’internaute qu’il faut aller, mais c’est en accompagnant son intérêt que l’on peut créer de la valeur pour lui, et… trouver ainsi un retour sur investissement !

Vous serez peut-être intéressé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *