Clash Bayrou vs Cohn-Bendit : Quelles ignominies envers les enfants ?

[ 1 ] Commentaire
Share

Comme moi, vous avez certainement écouté ce matin la radio (ou regardé les informations à la télé), et comme moi, vous avez sûrement entendu parler du clash entre François Bayrou, président du MoDeM, et Daniel Cohn-Bendit, candidat Europe-Écologie pour les européennes.

Que s’est-il passé ?

En fait, François Bayrou s’en est pris à Daniel Cohn-Bendit, hier soir, lors de l’enregistrement de l’émission « A vous de juger », diffusée sur France 2. Il s’agissait d’un débat entre huit représentants politiques, avec pour sujet, bien évidemment, les élections européennes de dimanche prochain.

Au début, c’est François Bayrou qui a commencé, en reprochant à nouveau à Cohn-Bendit d’avoir avec le pouvoir « des relations amicales, sympathiques, formidables », ajoutant qu’il téléphonait souvent à Nicolas Sarkozy. Réponse de Daniel Cohn-Bendit : « je trouve ça ignoble de ta part, parce que tu sais exactement ce qui se passe quand on est président de groupe ». « Et ce genre de jeu, devant les citoyens, eh bien mon pote, je te dis, jamais tu seras président de la République, parce que t’es trop minable. »

Puis, et c’est là l’objet de toute la polémique, Bayrou a évoqué un sujet que Daniel Cohn-Bendit a bien compris.

Voilà d’abord l’extrait vidéo de l’émission :

De quoi s’agissait-il ?

Un petit tour sur Wikipédia nous donne la réponse :

En 2001, une polémique a lieu a propos de son livre Le Grand Bazar (Belfond, 1975 (ISBN 2714430104)), où il racontait ses activités d’aide-éducateur au jardin d’enfants autogéré de Francfort. Il déclare à ce propos : « Il m’était arrivé plusieurs fois que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : “Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi m’avez-vous choisi, moi, et pas d’autres gosses ?” Mais s’ils insistaient, je les caressais quand même ». Et ailleurs : « J’avais besoin d’être inconditionnellement accepté par eux. Je voulais que les gosses aient envie de moi, et je faisais tout pour qu’ils dépendent de moi ».

Ces passages ont été assimilés, 25 ans plus tard, comme un acte de pédophilie. Cohn-Bendit se défend, expliquant que le texte était une provocation, n’avait pas fait scandale à l’époque et qu’aucune plainte d’enfant ou de parent n’avait été déposée. « Prétendre que j’étais pédophile est une insanité. La pédophilie est un crime. L’abus sexuel est quelque chose contre lequel il faut se battre. Il n’y a eu de ma part aucun acte de pédophilie. ». Il rajoute sur RTL, ce texte qui n’avait pas fait scandale à l’époque est aujourd’hui insoutenable. Des parents de ces « crèches alternatives » ont d’ailleurs apporté leur soutien au leader écologiste : « Nous savons qu’il n’a jamais porté atteinte à nos enfants », écrivent-ils. Les enfants eux-mêmes rejettent dans cette lettre « toute tentative de rapprochement entre Daniel Cohn-Bendit et des personnes coupables d’abus sexuels sur enfants ».

Malgré le soutien des parents et des enfants de la crèche, ainsi que le retrait du texte par Daniel Cohn Bendit, des accusations mensongères de pédophilie sont régulièrement relayés par la mouvance d’extrême droite. Marine Le Pen a ainsi accusé Daniel Cohn Bendit de pédophilie sur le plateau de France Europe Express en 2005. Cette accusation a été également évoquée au cours de la campagne pour les élections européennes de 2009 par François Bayrou qui lui adresse le reproche suivant lors d’un débat télévisé sur France 2 dans l’émission À vous de juger le 4 juin 2009 trois jours avant le scrutin : « Je trouve ignoble d’avoir poussé et justifié des actes à l’égard des enfants que je ne peux pas accepter. » Ces propos de François Bayrou ont suscité une vive indignation à droite comme à gauche, Xavier Bertrand ressentant du dégoût en entendant les propos de François Bayrou, Benoit Hamon critiquant François Bayrou comme cette race d’hommes politiques qui sont prêts à tout pour essayer de gratter une petite place sur l’échiquier.

Vous serez peut-être intéressé :

Un commentaire sur ce billet

  1. totoisthere dit :

    le débat était lamentable du début à la fin…
    les meilleurs ont été besancenot et bertrand….le reste nul a chier d’ailleurs je n’irais pas voter dimanche car nos politique n’ont que mon mépris

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *