Finalement, la VOD imposera la Licence Globale

Donnez votre avis !
Share

VOD

Je me fais une petite réflexion, en retournant dans mon esprit les articles lu chez Jérômes Colombain et Daniel Broche, mais aussi après avoir écouté le dernier numéro de Dialog.

Le constat :

L’offre actuelle légale de VOD est minable, et surtout en retard par rapport aux sorties en salles de films. En gros : si un film sort cette semaine en salle, il ne sera pas disponible en VOD sur le net avant plusieurs semaines (voire plusieurs mois !).

Ensuite, la trop grande disparité des plateformes. Chacun sait pourtant que les blockbusters sont présents dans TOUS les cinémas, qu’ils soient UGC, MK2 ou Pathé. Bref : on a le choix du cinéma, pour un même film. Or ce n’est pas le cas sur le net : les grand films ne sont pas disponibles sur toutes les plateformes… pour des histoires de droits. Ce qui fait que si vous voulez voir un film, vous allez devoir vous inscrire, puis chercher sur chacune des plateforme pour… constater que le film n’y est pas, mais y sera peut-être d’ici plusieurs semaines. Youpi. Ça se finit TOUJOURS sur du téléchargement illégal.

Que répondent les professionnels du Cinéma ? Que de mettre en VOD les films directement le jour de leur sortie déstabiliserait un marché qui nourrit plus d’un million de personnes. C’est comme si les pécheurs vous expliquaient qu’il ne faut pas limiter la pêche, parce que sinon ils vont perdre leur emploi, et qu’il seront au chômage, même si ça détruit complètement l’écosystème maritime. Bref : l’intérêt de quelques uns face à l’intérêt général !

Donc : (pour revenir à la VOD) si vous voulez payer (être dans l’offre légale), on vous dit en substance : « Allez d’abord payer votre place au cinéma, de toute façon vous pourrez revenir plus tard vous faire en**ler ».

Et là… Des intelligents ont décidé de dire STOP à l’offre concurrente de téléchargement illégal. Ben oui : plutôt que de faire mieux que la concurrence (il me semble que c’est le principe du capitaliste « que le meilleur gagne », capitaliste dont se revendique l’actuelle majorité en place), on va tuer la concurrence. Plus simple.

Sauf que la concurrence, elle est faite et maintenue par le peuple. Donc je résume : le peuple élit un gouvernement, qui, pour protéger une stabilité dans l’industrie de l’art (au passage, bien réfléchir à la notion bizarre d’un art industriel) cinématographique, va pénaliser… le peuple. La boucle est bouclée.

Revenons à la VOD :

Demain, mais déjà aujourd’hui, des système payants mais peu chers, et surtout sécurisés et passants à travers les mailles du filet HADOPI, vont mettre en place des services de Newsgroup payants, ou tout simplement des abonnements à des VPN (tels que IPredator), qui permettrons d’avoir accès à une offre encore plus large, car cette fois complètement décomplexée, et sûre de ne pas se faire attraper (car avant que le gouvernement décrypte une connexion SSL, il va se passer quelques années).

Bref : avec HADOPI, les internautes vont se prémunir de la sanction progressive (autrement nommée « riposte graduée »), en payant une légère taxe, leur donnant accès à une bibliothèque d’oeuvre aussi diverse que complète. Sauf que la licence globale n’aura plus, pour eux, aucun intérêt ! Ben oui : il l’auront déjà adoptée !

Alors là, l’industrie de l’art (ben oui, pour le peuple, il faut une industrie) se rendra compte que la Licence Globale autrefois tant décriée n’est pas si mauvaise que ça, et que bon, en mettant un prix assez élevé, finalement, on s’y trouve à bon compte (et je leur fait confiance pour avoir tiré parti du laps de temps pour s’être réservé les plus grosses parts du gâteau).

La conclusion :

On aura perdu quoi : 5 ans ? pour arriver au point qu’on avait prédit dès le départ, mais que les lobbys chers à l’oreille des décideurs n’acceptaient jusqu’alors pas. La technologie introduit une répartition que nul ne peut contrer, à moins de la supprimer purement et simplement (ce qui reviendrait à supprimer le téléphone, puis que internet, c’est plus ou moins du téléphone), et donc à revenir à l’Age de Pierre. Est-ce cela que veulent les décideurs ?

Vous serez peut-être intéressé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *