L’invasion des intégrales de BD : un avantage de la crise ?

[ 2 ] Commentaires
Share

Ric Hochet  Intégrale BD Albums

La crise a aussi du bon : c’est ce que l’on peut constater en allant chez un vendeur de bandes dessinées (par exemple à la Fnac). En effet : les albums les plus connus commencent à passer en versions intégrales. Ainsi, on retrouve des intégrales de Yoko Tsuno, Buck Danny, Michel Vaillant, Ric Hochet, Tif Et Tondu, Tanguy et Laverdure, Calvin et Hobbes, Achille Talon, ou encore Spirou et Fantasio. Et cette tendance ne semble pas limitée à un seul éditeur : tous s’y mettent !

Pourquoi c’est cool

Comme je l’ai déjà dit ici, j’ai fait une consommation folle durant mes années d’adolescent de bande-dessinées à la bibliothèque municipale. J’ai aimé beaucoup de titres, mais je n’avais pas à l’époque le pouvoir d’achat pour les acquérir (même une infime partie). Aujourd’hui, ça va un peu mieux, et je peux me permettre une ou deux bandes-dessinées par mois. Sauf que, à un prix d’environ 10€ par tome, et donc à environ 20 euros par mois, je n’ai que deux tomes. Or avec les intégrales, je peux parvenir à m’en offrir quasiment deux fois plus. Pourquoi ? Parce que le prix du tome (quand il est vendu dans les intégrales) chute grandement : une intégrale de Buck Danny vaut à la Fnac entre 17 et 18€, et contient entre trois et quatre tomes : soit donc davantage que si j’avais eu à acheter trois tomes distincts (3 x 11€ = 33€ !). Bref : je ne sais pas si l’on doit ce tournant marketing à la crise ou simplement à l’intelligence des éditeurs, mais je trouve ça sympa (et c’est pour ça que j’en parle ici).

Après tout, on a la chance d’avoir des bons titres BD en France/Belgique, alors y’a pas de raison de se priver.

2 commentaires sur ce billet

  1. Caroline dit :

    Pas sûre que ce soit le simple résultat de la crise. Je pense surtout que les éditeurs essayent de toucher un nouveau public en rééditant leurs collections les plus célèbres. Et puis trois tomes dans un même livre ça permet de rentrer plus profondément dans l’histoire, ce qui peut largement favoriser l’addiction du lecteur.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *