Japon – Jour 11 : Lac Kawaguchi et Mont Fuji

Donnez votre avis !
Share

Ce matin nous nous levons à 6h30, car nous devons prendre le train de 7h42 vers Kawaguchi-ko.

Nous faisons le check-out à 7h10 puis nous partons pour la gare de Kyoto. Il pleut, ça met de bonne humeur pour commencer la journée. Mais après tout, on va êut-être pouvoir voir le Mont Fuji aujourd’hui, donc réjouissons-nous.

Nous mangeons dans le Shinkansen qui nous emmène jusqu’à Shin-Yokohama. Le Shinkansen est vraiment génial : c’est haut de plafond, parfaitement insonorisé, ça ne vibre pas, ne bouge pas, les sièges et les couloirs sont larges, les toilettes sont parfaitement propres.

Japon - Train Kawaguchiko Lake
Japon - Train Kawaguchiko Lake
Japon - Train Kawaguchiko Lake

Les toilettes dans les trains sont également d’une propreté jamais vue en France, donc j’en ai profité pour faire quelques photos :
Japon - Train Toilettes
Japon - Train Toilettes

Sympa aussi, les pictogrammes sur les escalators :
Japon - Train Escalators

Après 2 changements nous arrivons à la gare de Kawaguchi. Il est alors 12h45. Là, surprise : le dernier tronçon de ligne que nous venons de prendre appartient à une autre compagnie que la Japan Rail. Cela signifie donc que nous devons payer un complément de trajet de 1140 Yens chacun.
Japon - Train Kawaguchiko
Japon - Train Kawaguchiko
Japon - Train Kawaguchiko

A la sortie de la gare, le responsable de notre guesthouse dans laquelle nous avions réservé nous attend et récupère nos valises (il les ramène à la guesthouse) afin que nous puissions nous profiter de l’après-midi sans les avoir (comme les bus touristiques partent de la gare de train, ça ne sert à rien qu’il nous amène à l’auberge pour avoir après à nous ramener à nouveau à la gare de train). C’est vraiment sympa de sa part. Il reviendra nous chercher le soir pour nous conduire à la guesthouse. Nous convenons de nous donner rendez-vous à 17h à la gare. Si nous arrivons plus tôt nous pouvons toujours l’appeler et il viendra dans le quart d’heure.

Le souci c’est que depuis notre départ de Kyoto, il n’a cessé de pleuvoir. Pas grand chose, mais une petite bruine persistante qui finit d’une part par être très ennuyeuse mais aussi par nous mouiller sérieusement.

Caroline ayant vu sur son appli météo que la pluie devait s’arrêter vers les 15h, mais ça semble mal parti. Le plafond est très bas et la vue du Mont Fuji complètement obstruée.

Nous décidons tout de même de tenter notre chance, on ne sait jamais entre deux nuages et sur un mal-entendu on pourrait peut-être avoir une photo correcte.

Nous partons donc en direction d’un des corridors à érables qui sont, d’après la dame du centre d’information touristique de la gare, déjà oranges-rouges. D’ailleurs, il y a le festival des érables du 31 octobre au 23 novembre qui se tient sur la rive en face de Kawaguchiko. C’est là que nous allons aller. Pour cela, nous prenons la ligne Rouge du bus touristique. On aurait pu aussi prendre la ligne verte et aller visiter la Bat Cave et les deux autres grottes de lave, mais sur les guides touristiques les commentaires sont assez négatifs, donc on n’y va pas.
Japon - Bus Touristique Kawaguchiko

En effet, une fois arrivés sur place, les érables sont magnifiques, orange, rouges, certains sont même rouge pourpre ; et même la pluie et la grisaille ne parviennent pas à retirer la beauté des arbres. Evidemment il y a beaucoup de japonais qui viennent admirer les érables, et contrairement à nous : ils sont équipés de parapluies.
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko

Le corridor d’érables en temps que tel :
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko

Il est à présent 14h00, et la faim se fait sentir. Nous trouvons un restaurant à touristes pas trop cher, mais dont la qualité de plat laisse vraiment à désirer (c’est froid, pas très bon, les toilettes sont assez peu propres…). C’est pour le moment l’endroit où l’on a le moins bien mangé du séjour.

A la sortie du repas nous espérions que le temps s’améliore, mais ce n’est pas le cas. Il bruine toujours et le plafond reste toujours aussi bas.

Toujours pour maximiser nos chances d’apercevoir le mont Fuji entre deux nuages, nous décidons de rentrer à pied par la promenade du bord de lac. On se dit que le temps qu’on rentre à la gare de train (il y a au moins une heure de marche, sinon plus), on aura peut-être une trouée dans les nuages…
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko

En face du Mont Fuji (enfin, d’après le panneau)… On ne voit vraiment rien.
Japon - Vue mont Fuji Kawaguchiko
Japon - Vue mont Fuji Kawaguchiko

Heureusement que les érables et les cerisiers agrémentent notre trajet qui s’avère bien gris et humide. Les cerisiers perdent leurs feuilles et celles-ci deviennent oranges quand elles tombent.
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko

Arrivés au bout du lac, toujours aucune éclaircie et le jour commence à décliner. Dépités, nous traversons le pont et faisons le reste du chemin qui nous sépare de la rive du lac à la gare à pieds.
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko
Japon - Erables Rouges Kawaguchiko

On arrive vers 16h45 à la gare. Un quart d’heure et un coup de fil plus tard, le responsable de la guesthouse (M. Hashimoto) vient nous chercher dans sa Prius.

Une fois arrivés à la guesthouse, c’est Madame qui nous fait le check-in : heureusement, car Hashimoto est très sympathique mais il n’est vraiment pas très fort en anglais. Caroline a beaucoup de mal à le comprendre.

La guesthouse est vraiment sympa. Nous apprendrons plus tard dans la soirée (par Hashimoto) qu’elle est très récente. Ils l’ont ouvert fin juillet de cette année. Auparavant, ils habitaient à côté de Tokyo. C’est là que Hashimoto a travaillé dans une CityBank pendant 13 ans.

Notre chambre est dans le plus pur style japonais : un tatami et des murs en papier (on entend absolument tout de ce qui se passe à côté) :
Japon - Chambre Guesthouse Kawaguchiko
Japon - Chambre Guesthouse Kawaguchiko

Pour le soir, ils proposent de nous déposer dans le restaurant de notre souhait. C’est vrai que le seul défaut de cette guesthouse est d’être un peu excentrée. Or à Kawaguchi, le réseau de bus est quasi inexistant outre la gare de train et les rives du lac.

Un couple d’américain se greffe à nous au moment de partir pour le restaurant Akai (un restaurant pas trop loin et recommandé par le Lonely). Ils profitent du trajet en se disant que si un autre couple s’y rend, c’est que ça doit être bon.

Le restaurant est comme on les aime : pas clinquant mais authentique. Nous nous retrouvons à manger sur une table basse à la japonaise, je ne suis pas franchement ravi (je déteste me mettre les jambes croisées en tailleur) mais nous n’avons pas le choix : il n’y a plus de place ailleurs.
Japon - Restaurant Akai Kawaguchiko
Japon - Restaurant Akai Kawaguchiko
Japon - Restaurant Akai Kawaguchiko

A côté de nous, deux japonais soixantenaires nous interpellent gentiment à plusieurs reprise et on sent que d’ici peu ils vont nous offrir de partager leur saké.
Japon - Restaurant Akai Kawaguchiko

Moins de 10 min plus tard, c’est chose faite. L’un des deux soixantenaires commande un verre de plus et nous en verse une bonne dose, puis nous propose de goûter. C’est le même type de saké que celui qu’on avait bu à Kyoto : un vin léger et pas méchant. Ils sont content d’apprendre que nous sommes français et l’un deux nous parle de CDG (il a dû y faire escale).

Quant au repas, il s’agit de nouilles sautées, au calamars pour Caro et au porc pour moi. C’est très bon !
Japon - Restaurant Akai Kawaguchiko
Japon - Restaurant Akai Kawaguchiko

Une fois le repas terminé, la serveuse vient nous demander si elle peut appeler à la guesthouse et leur demander de venir nous chercher.

Dans les 15 min suivantes, nous voyons arriver Hashimoto.

Comme les américains n’ont pas fini (ils ont repris un plat), il nous ramène tout seuls. Il retournera plus tard les chercher. Vraiment sympa !

Une fois à la guesthouse, nous prenons notre douche et partons nous coucher en espérant que le temps s’améliore et nous permette de prendre au moins une photo du mont Fuji le lendemain matin.

Tous les billets de ce voyage au Japon

Vous serez peut-être intéressé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *