Rattrapage de la charrette #1

[ 2 ] Commentaires
Share

J’inaugure par ce billet une nouvelle série : « Rattrapage de la charrette ». J’aurais pu l’appeler Links, ou En vrac, ou encore Résumé de l’actualité, mais j’avais déjà honte de faire une telle catégorie, donc je me suis un peu gratté la tête pour trouver un nom original. D’où les Rattrapage de la charrette.

Bref, pour aujourd’hui, ça donne :

  • Aviary sort un outil de dessin vectoriel en ligne, directement en concurrence avec Adobe Illustrator. Là où c’est drôle, c’est que le site… est en Flash.
  • Une explication à mon avis très intelligente sur la situation actuelle en informatique/programmation lue ici :

    Les ordinateurs sont de moins en moins chers. Les programmeurs compétents le sont de plus en plus.
    Donc à part quelques domaines spécifiques (calcul scientifique), le temps processeur n’est plus un élément déterminant.
    Un programme Python sera plus lent que le même en C++, mais il sera plus lisible, et donc plus facile à maintenir et coûtera donc beaucoup moins cher à maintenir et faire évoluer.
    Au début de l’informatique, le slogan d’IBM était: « Achetez-nous un ordinateur, on vous offre 2 ingénieurs avec. »
    Maintenant, ce sont les ordinateurs qu’on offre, et le service qu’on fait payer (très cher).
    Le temps CPU n’est plus un facteur déterminant dans la grande majorité des secteurs.

  • Gmail est maintenant divisable en plusieurs boites de réceptions, et ce en même temps, dans une seule fenêtre de navigateur. A mon avis, c’est bien sur le plan développement de Gmail, mais en soit pas adapté à toutes les utilisations : autant des utilisateurs possédant des grands écrans trouverons l’option utile, autant cette dernière ne pourra pas l’être pour tous ceux utilisant Gmail sur des petits écran (petits ordinateurs portables, netbooks, etc).
  • Un truc vraiment sympa découvert via Presse-Citron : Printable Checklist.
  • Une bonne idée peut-être, l’introduction de la 3D dans le Desktop (en l’occurence, chez Apple cette fois-ci).
  • Je viens de re-donner un petit peu de vie à mon compte Twitter : j’ai vraiment l’impression que Twitter est une version simplifiée et Web 2.0 d’IRC. Je veux dire par là que la teneur du débat et la longueur des réponses semblent correspondent. Malheureusement, n’ayant pas accroché à IRC (ou pas beaucoup) et aux IM en général, je doute que Twitter me satisfasse.
  • Fantastique : la SACEM n’est plus seule. Jamendo, le porte-voix de la musique sous licence CC, permettra de ce substituer à l’entreprise de racket organisé précédemment citée. En passant, je conseille une autre vidéo de Lawrence Lessig, sur le Read/Write Government. Encore une fois géniale.

2 commentaires sur ce billet

  1. H4mm3r dit :

    Pour ce qui est de l’analyse coût CPU vs Humain, je suis d’accord pour dire que c’est la revanche des langages interprétés contre ceux compilés. Par contre, l’analyse de mon point de vue s’arrête là car nous entrons dans une ère où le coût de la machine sera de plus en plus lourd par rapport à celui humain. Une petite liste non exhaustive :
    un humain se répare, une machine a un contrat de maintenance
    un humain peut travailler 10 ans sans upgrade majeure pas une machine
    un humain ne pompe pas de l’énergie à la boite en 24/7

    Je sais que les arguments pourraient paraître polémique mais si on rentre dans une époque où l’énergie sera payée au juste prix (intégrant le risque climatique etc…) on va avoir de plus en plus de business model à la Google où les fonds investis dans les moyens de production seront bien plus importants que ceux humains.

    A suivre…

    RépondreRépondre
  2. Louis dit :

    Salut H4mm3r !

    En fait, je crois qu’il y a deux mouvements opposés qui évoluent chacun de leurs côté : l’un va vers une augmentation des ressources machines (celui qui est pour les langages interprétés), l’autre vers un diminution de leur consommation (ce que tu expliquais). Je crois que ces deux mouvements coexistent actuellement.

    Par contre, je ne sais pas si l’unva prendre le pas sur l’autre, ou bien si les deux vont finir par se réunir, à la faveur de je ne sais quel événement.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *