Recommandations pour la sécurité des voyageurs entre les différents ministères des Affaires Etrangères

[ 1 ] Commentaire
Share

Je passe pas mal de temps sur le site du Ministère des Affaires étrangères, et notamment dans leur rubrique « Conseils aux voyageurs ». Le Quai D’Orsay propose, par pays, une carte de la sécurité dans le pays, qui permet d’avoir un état des lieux de ce qu’en pense les autorités françaises, et par la même de remettre en cause ses idées préconçues.

Par exemple, je croyais que pour le français moyen un voyage en groupe organisé en Iran était assez peu dangereux. La carte semble ne pas être d’accord avec cette idée. Pareil en Algérie : même la côte Nord, sur laquelle j’imagine qu’un certain nombre de ressortissants français se rendent chaque année, semble considérée comme assez dangereuse. Par contre, l’Ouzbékistan, pays dont je n’aurait a priori pas considéré la sécurité comme parfaite, semble assez peu sujet à danger pour les ressortissants français en voyage…
Les images ci-dessous sont tirées du site du ministère des affaires étrangères/Conseils aux voyageurs (prises aujourd’hui) :
20-01-2014_ALGERIE

30-05-2013_IRAN

28-05-2013_OUZBEKISTAN

Le cas de l’Egypte :

Et puis, pour des raisons personnelles, j’ai fini par m’intéresser un peu plus à l’Egypte. Le site des conseils aux voyageurs est plutôt clair : OK pour le Caire, pour la cote avec la mer Rouge, et la zone de Louxor. Ailleurs, c’est niet.
24-07-2014-_EGYPTE

Un peu dommage, car dans la zone de Siouah (à l’Ouest, à côté de la frontière libyenne), il y a notamment un désert appelé Great Sand Sea, dont la visite est proposée par un certain nombre de tours/safari. Et ça a l’air très beau.
great_sand_sea_cristen
[Photo Flickr Cristen]

Donc, comme j’avais 5 minutes sous la main, j’ai tapé sur internet « Ambassade d’Egypte en France », j’ai trouvé le numéro de leur bureau du tourisme, et j’ai appelé (sans espoir).

Et bien j’étais mauvaise langue, car quelqu’un m’a répondu quasiment instantanément. J’ai donc expliqué mon problème à la personne au bout du fil, et je lui ai demandé des précisions sur l’état de la sécurité en Egypte. En effet, d’après le site du ministère des affaires étrangères, lui ai-je dis, c’est assez chaud là bas, surtout en dehors des zones hyper touristiques.

Et sa réponse fut assez intéressante : elle m’a dit que le ministère des affaires étrangères français portait une grande attention à la sécurité de ses ressortissants (d’après elle, notre ministère est celui qui est le plus préventif en faveur de ses ressortissants), sous entendant que le ministère était très prévenant (voire trop ?), et que si je souhaitais avoir un autre son de cloche, elle me conseillait d’aller voir ce que recommandaient les ambassades d’autres pays européens. J’admets que je n’y avais jamais pensé.

C’est donc ce que j’ai fais, et grand bien m’en a prit, car effectivement tout le monde n’a pas le même degré de sensibilité.

Le ministère des affaires étrangères de la Grande Bretagne sur L’Egypte fait lui aussi des jolies cartes :
Egypt Travel Advice

J’ai cherché sur ceux de l’Allemagne et de l’Italie, mais ils ne proposent pas de carte, donc pas possible de se faire une autre idée. En tout état de cause, clairement le ministère anglais des affaires étrangère est plus souple que celui de chez nous.

La question qui se pose maintenant, c’est : est-ce que l’exemple de l’Egypte est représentatif ? Et par extrapolation : est-ce que le Quai D’Orsay est toujours « très » sensible ? Le but est compréhensible : éviter d’avoir à régler des problèmes a posteriori, et on peut tout à fait les comprendre.

Edit du 12 juillet 2016 : Voici la carte de l’Egypte d’aujourd’hui sur le site de Conseils au Voyageur. On voit notamment que la bande de désert entre le Nil et la mer rouge est devenue plus sécurisée, par contre c’est bien pire à l’ouest du Nil.
recommandation egypte

Vous serez peut-être intéressé :

Un commentaire sur ce billet

  1. Poupi dit :

    Bonjour,

    Et par extrapolation : est-ce que le Quai D’Orsay est toujours « très » sensible ?

    Je me souviens d’une interview à ce sujet (ça devait être dans un épisode de voyagecast ou d’allô la planète) qui donnait une explication assez simple (et finalement très logique).

    En gros, la personne expliquait qu’il était très facile d’augmenter le niveau de vigilance d’un pays, mais extrêmement compliqué de le diminuer.

    Lorsqu’une crise éclate, les autorités jouent la précaution et sortent le stylo rouge en moins d’une heure. En revanche (afin de se couvrir, et de couvrir leurs ressortissants), ils attendent d’être vraiment sûrs avant de faire l’inverse.

    Quand je dis « vraiment sûrs », je n’exagère rien ! Si un pays fortement déconseillé par le ministère des affaires étrangères est calme pendant deux ans et qu’une émeute éclate (même très localisée, comme celles qu’on a connu en France en 2007 suite à la mort de deux ados en moto), le pays concerné est certain de ne pas repasser à l’orange pendant au moins deux ans de plus… Sous réserve, bien entendu, qu’aucun nouvel incident n’éclate.

    Ce qui est peint en rouge est donc voué à le rester un sacré paquet de temps.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *