"J’ai essayé Windows" revu et corrigé !

[ 2 ] Commentaires
Share

Je vous donne ici le texte (que beaucoup connaissent, mais bon, c’est pour tous les autres) intitulé « J’ai essayé Windows » et trouvé à cette adresse.

J’ai corrigé les fautes (la majorité), mais j’ai préféré ne pas convertir les valeurs de Francs vers Euros parce qu’aujourd’hui les prix, les configurations informatiques ne sont plus du tout comparable (la page date de 2003 environ).

Ça y est, j’ai testé Windows.

Par curiosité, qu’est ce que c’est Windows ?

J’ai commencé à écrire cette page pour vous relater ma première expérience en tant qu’utilisateur du système d’exploitation Windows sur mon ordinateur. Je connaissais déjà Windows de nom, bien plus en mal qu’en bien, je dois vous l’avouer. Mais cette fois-ci j’ai fais le grand pas pour savoir ce qu’il en était réellement .

Étant sceptique, de nature, et possédant de faibles connaissances informatiques (voir aucune), j’ai décidé de tester ce système d’exploitation avant d’avoir un avis arrêté sur la chose, et savoir si la réputation de Windows était surfaite ou non.

Un système d’exploitation est un ensemble de programmes qui permet comme son nom l’indique d’exploiter un ordinateur, c’est à dire de faire ce que l’on veut avec. Quand on a un ordinateur, il faut obligatoirement ces programmes « le système d exploitation » pour pouvoir l’utiliser, et utiliser tout les autres programmes.

Personnellement, j’utilise GNU/Linux comme système d’exploitation depuis 4 ans, et c’est avec ce système que j’ai commencé à utiliser mon ordinateur et tout les autres programmes.

Linux est un système familial qui nous a plu (à ma femme et moi) dès le départ car il était convivial, marrant, sympa, et efficace. Il apporte la touche de fantaisie qui rend l’informatique moins emmerdante.

Mes frères et sœurs utilisent Linux, mes amis utilisent Linux, et on se refile sur le net, ou on s’échange sur CD-R des photos et des vidéos de nos vacances.

J’aime bien Linux, car quand un ami a besoin d’un programme, je lui fais une copie sur un CD, et je lui donne.

Hier par exemple, ma sœur avait besoin d’un traitement de texte (c’est un programme qui lui permet d’écrire et d’imprimer ses lettres de travail grâce à l’ordinateur), je lui ai fais une copie sur cd d’un programme qui s’appelle open office, qu’elle est a pu utiliser tout de suite sur son ordinateur.

Je fais parti des utilisateurs qui trouvent essentiel que l’on puisse partager sans restrictions des photos, vidéos de vacances avec ses proches, ou même donner un programme à un ami pour qu’il puisse les regarder, taper ses lettres, ou faire d’autres choses avec son ordinateur. Je n’aime pas me prendre la tête avec l’informatique, car je trouve que ça relève de la magie, et j’ai eu de la chance de ne pas avoir jusqu’à maintenant un ordinateur qui fait des trucs bizarre.

J’ai donc décidé d’installer Windows par simple curiosité, car il y a des gens qui utilisent ça, et comme il coûte super cher, je me suis dis qu’il devait y avoir une bonne raison pour qu’ils l’achètent. J’ai un ordinateur assez ancien à la maison que j’ai acheté il y a 4 ans. Il s’agit d’un Pentium de chez Intel de 266 Mhz, et je crois 256 Mo de mémoire. Je ne voyais pas l’intérêt de m’acheter une nouvelle machine car celle ci me permettait de faire tout ce que je voulais, et l’ordinateur n’était vraiment pas une priorité dans mon budget de famille.

Je ne vais pas vous le cacher plus longtemps, ce que je vais vous raconter est une mauvaise histoire, et j’espère que mon expérience pourra vous profiter.

L’achat – 17 000 francs de budget informatique au minimum sur 4 ans

Je me suis donc rendu au centre commercial pour acheter un Windows. Mais mon enthousiasme a été vite freiné quand le vendeur du rayon informatique m’a annoncé le prix de Windows familiale:2000 francs pièce! Je me souviens avoir acheté mon Linux dans les 500 francs, et je trouvais ça déjà pas donné… Après coup, je me dis que c’était un bon investissement car 4 ans après je l’utilise encore, et je sais à quoi à servi mon argent, je vous l’expliquerais par la suite.

Qu’en sera-t’il pour Windows ? Je sais qu’il y a déjà eu 4 ou 5 Windows successifs qui sont sortis dans cette même période , et que si on fait le calcul ça demanderait un budget de 10 000 francs environs sur 4 ans pour être à jour.

Deuxième désagrément, le vendeur me dit que mon ordinateur n’est pas assez puissant pour faire tourner Windows XP, et qu’il faut donc que j’en rachète un nouveau.

Je lui rétorque que mon ordinateur fait tourner parfaitement Linux, que je peux regarder mes photos, et mes vidéos, que je peux taper des lettres, et que ça marche parfaitement bien. D’un air embêté, il me répond que Linux est un système pour les initiés.

Je rigole, car ma femme qui est loin d’être une experte en informatique, utilise l’ordinateur et Linux toute seule, et que moi, Windows je n’y connais strictement rien.

Comme le vendeur est de mauvaise foi et que dans son rayon il n’y a que du Windows, je décide de quitter les lieux, et me dirige au petit magasin d’informatique spécialisé le plus proche.

Après un petit devis d’une demi heure, le vendeur me propose un Windows avec des heures de formation, ainsi qu’un ordinateur le tout pour 10 000 francs!

Cela me parait beaucoup pour seulement un ordinateur et ça va empiéter sur notre budget vacance… Un choix se fait à deux, et ma femme qui est convaincu de l’utilité de Linux, mais pas vraiment de celle de Windows va être dur à décider. Je lui réponds donc que je vais y réfléchir.

C’est vrai en fin de compte, 4 ans que j’ai mon PC, je ne l’ai toujours pas changé, et les vendeurs me soutiennent que Windows c’est maintenant obligatoire pour surfer sur internet et taper du courrier, que mon ordinateur est une brouette et que je peux plus rien faire avec.

D’un autre coté, un budget de 10 000 francs pour Windows pendant 4 ans – 5 ans, plus un ordinateur à 7000 qu’il faudra continuellement mettre à jour pour faire marcher Windows, je place peut être la barre un peu haut …

Au bout de deux mois, à force de lire des articles élogieux dans de la presse informatique grand publique, je réussi à convaincre ma femme d’investir dans ce nouvel ordinateur qui va révolutionner notre ménage, et de revoir à la baisse nos ambitions de voyage pour l’été, voir un peu freiner nos sorties restaurant.

Je parts donc totalement serein en pensant que j’allais faire une bonne affaire. Je suis heureux d’acheter mon ordinateur ainsi que Windows XP Familiale, et de délester ma bourse de quelques 9000 Francs dans un achat justifié.

Je n’ai pas pris les heures de formations car ça faisait déjà beaucoup trop.

Numéro de série, La guerre dans la maison

De retour chez moi, je me suis retrouvé comme un gosse, je déballe rapidement les boites, et branche mon nouvel ordinateur. Moment tant attendu, je mets le CD-R dans le lecteur , j’allume l’ordinateur, et le programme se lance.

Je peux vous dire le CD-R Windows à lui seul vaut plus qu’un lingo d’or pourtant il en a pas l’apparence. Bref, je parcours le manuel pendant que le programme continue. C’est long, et il se passe pas grand chose, l’écran est tout bleu, et je suis un peu paumé.

Je regarde le manuel, et suit scrupuleusement les étapes, mais ça n’a pas beaucoup de sens pour un linuxien, ou pour une personne qui n’y connaît rien à l’informatique. Puis l’écran m’affiche des textes me ventant les mérites de Windows. Je ne sais pas trop ce que Windows fabrique pendant ce temps la, ma machine fait du bruit, et j’ai peur d’avoir fait une bêtise. Pour vous donner une image, c’est comme si on était dans un avion de ligne qui tremblait dans tout les sens, et qui allait s’écraser, et que pendant ce temps là, l’hôtesse vous demande de conserver votre calme.

Tout d’un coup, arrive un écran: « Entrez votre numéro de série ».

Mais c’est quoi donc ?

Alors je parcours et regarde le manuel, et je trouve tout un texte explicatif sur la licence Microsoft que j’avais vaguement parcouru précédemment. Imaginez une bonne page format a4 dans un langage juridique incompréhensible (désolé pour les juristes puristes) qu’il faut accepter, et signer avec son sang. Comme j’y comprend pas grand chose, j’appelle le magasin qui m’a vendu mon ordinateur. Il me dit que je dois rentrer le numéro de série du manuel dans la fenêtre.

C’est comme ça que j’ai appris à mes dépends qu’on a pas le droit de prêter Windows à un ami, de l’échanger, ou de le revendre, que le programme ne doit être utilisé que sur mon ordinateur.

A 2000 francs, c’est quand même gonflé, je croyais qu’une fois acheté, je pouvais faire ce que je voulais du contenu du CD, et le distribuer librement.

C’est pour ça qu’il me demandait un numéro de série unique, qui ne peut être délivré que par Microsoft. En fait, si vous n’avez pas le numéro de série, le programme est inutilisable, c’est comme une clef qui va vous enfermer dans une cage, une fenêtre ouverte sur l’intérieur d’une prison.

Ça a été difficile de faire comprendre ça à ma femme, qui voulait qu’on donne le CD à son frère pour qu’il essaie Windows sur son ordinateur lui aussi. Chez nous, on s’est toujours échangé nos programmes comme on le sentait, et c’est la première fois que j’allais utiliser un programme que je ne pourrais pas prêter, et qui se s’abordait tout seul. Surtout que mon argument principal justifiant cet achat était qu’il pourrait profiter à toute la famille, et c’est ce que laissait entendre cette publicité tape à l’oeil Édition Famille.

Je me rappelle encore de mon premier achat informatique: ma boite Linux. A l’époque j’étais monté à Paris, et rendu dans un grand magasin spécialisé en informatique. La vendeuse expérimentée ne m’avait pas vendu de Windows, ni cherchée a me vendre du Linux à la place du Windows car ça ne se fait pas.

Elle m’avait dit: Linux ça vous correspond, vous allez pouvoir faire ce que vous voulez sur votre ordinateur, donner, échanger, utiliser les programmes, regarder comment ils marchent, les réparer comme le moteur de votre voiture, et même revendre des copies si vous le souhaitez.

Mais par dessus tout, vous allez pouvoir taper vos textes, écouter vos musiques, surfer sur internet, et jouer bien sur. Vous pouvez payer les programmes que vous aimez en versant ce qu’on appelle des contributions aux auteurs.

Je prends un exemple, vous utilisez un programme de dessin depuis 1 an que vous trouvez génial, jusqu’à maintenant ce programme vous l’avez utilisé gratuitement. Si vous voulez qu’il s’améliore encore plus vite, vous pouvez écrire directement à l’auteur et le rémunérer en lui donnant une petite participation.

La seule restriction c’est que vous devez dire à vos proches qu’ils ont le droit d’en faire de même en leur donnant avec le programme une feuille ou un fichier qui s’appelle la licence GPL ou tout est expliqué.

Jusqu’à maintenant ces mots étaient restés gravés dans ma mémoire comme un postulat de base, s’appliquant à toute l’informatique en générale. Ça me semblait normal, légitime de pouvoir échanger des programmes avec mes potes, d’utiliser ou de ne pas utiliser ce que je voulais, de payer et d’encourager l’amélioration des programmes que j’aimais, d’écouter normalement mes CD de musiques sur mon PC, en somme de maîtriser totalement ce que faisait sur mon ordinateur, et de participer de façon civique au développement de l’informatique.

Je rentrais donc dans un nouvel univers, celui du monde Windows.

Premier aperçu, Pâquerette dans la bouche, cul nu

Pendant cette phase méditative, l’installation se poursuivait. Je n’ai aucune idée de ce que faisait l’ordinateur, mais il y avait un maximum de publicité qui s’affichait à l’écran, et qui me disaient que j’allais en avoir plein les yeux, que je pourrais écouter de la musique, échanger des fichiers avec mes amis.

En gros, ça tendait vers le monde parfait.

Après une pénible attente de 40 minutes ou des spots publicitaires tournaient en boucle, l’installation s’est enfin terminée. J’ai trouvé ça long, il faut l’avouer et je me disais qu’en proportion du temps que ça a pris,Windows ça devait être énorme !

Mon ordinateur redémarre, et Windows le système d’exploitation qui me permet de contrôler la machine démarre. J’attends pendant une bonne minute avec un logo Windows affiché sur l’écran, je ne comprends pas ce qui se passe. L’écran s’illumine subitement de bleu avec un gros son de trompette. Je dois dire que ça impressionne au premier démarrage mais que ça devient vite lourdingue.

J’arrive sur un écran qui joue le rôle d’assistant et qui me dit que Windows va m’aider à l’utiliser. Je clique avec la flèche sur d’accord, et comme je vois que c’est à nouveau du texte commerciale qui ne m’en dira pas plus, je clique sur terminer.

Windows, apparaît enfin ! Je vais vous décrire un peu la bête. Je pensais que j’allais avoir un truc original, et bien non, le premier truc à l’écran c’est visuellement décevant, décevant dans le sens basique.

C’est même pour dire ridicule, il y a du bleu foncé, une colline d’herbes verdoyantes aux teintes artificielles et criardes, derrière des nuages, et un menu tout en bas minuscule avec un bouton « démarrer » énorme.

Il manque pour compléter le tableau des gars d’une publicité vestimentaire esthétique courant nu sur l’herbe, une pâquerette dans la bouche.

En gros, je suis déçu car mis à part ces nouvelles couleurs synthétiques au détriment de mes anciennes couleurs sympathiques, je ne vois pas la différence entre ce Windows, et mon Linux.

L’apparition subite de programmes, disparition de mon travail

Au bout d’une minute, je clique sur le bouton démarrer, et un menu lentement apparaît. En regardant ce que contient le menu, je me rends compte que Windows a installé quelques programmes sans me demander mon avis. Ça m’inquiète, je rappelle donc le magasin d’informatique pour lui demander si j’ai pas sauté une étape.

« Voila, je viens d’installer le programme Windows sur mon ordinateur, et il m’a installé d’autres programmes. Je voudrais savoir si c’est normal ? Car Windows ne m’a rien demandé, et il ne m’a pas proposé non plus si je voulais installer des programmes pour regarder mes photos, vidéos ou mon traitement de texte, ou un programme pour aller sur internet. »

La réponse est rapide et coupante, le magasin me répond que Windows installe quelques programmes basiques par défaut et qu’on ne peut pas les choisir, ni les désinstaller. Si je souhaite avoir un traitement de texte, ou des programmes plus élaborés que ceux qui sont installés, il faut que je les achète. En dehors de ces programmes basiques, Windows ne propose rien de plus.

Je lui dis que je ne comprends pas. Il me dit c’est simple, regardez dans le menu démarrez, cliquez sur tout les programmes, ensuite cliquez sur accessoires, vous avez un traitement de texte qui s’appelle Wordpad, et un programme qui s’appelle Paint pour regarder et modifier vos photos.

Je le remercie, et raccroche. Je lance donc le programme Wordpad pour regarder à quoi ressemble le traitement de texte, et là je m’étrangle. Il s’agit d’un programme vraiment rudimentaire. Je le rappelle tout de suite, et je lui demande s’il se moque de moi, car je ne pourrais pas taper une lettre sérieuse/crédible avec ce genre de programme.

Il prépare le terrain avec une stratégie bien rodée, et commence alors à me vendre les mérites d’un autre traitement de texte qui n’est pas fourni avec Windows.

Imprégné par le monde des programmes libres, je lui réponds: « c’est magnifique, comment on fait, vous me faites une copie sur CD, et je vous verse une contribution ? »

Il me rétorque: vous rigolez, vous devez le payer, et il conclue sur le prix assommant de 3600 Francs.

Je reste abasourdi … Il argumente qu’il n’y a pas d’autres solutions. Si je veux taper une lettre convenable, il faut que j’achète ça, et que si je veux avoir un programme convenable pour regarder mes photos c’est pareil ;( Que sous Windows, on paye les programmes avant même d’avoir pu les tester ou les utiliser, ou de savoir s’ils nous conviennent, c’est une pratique courante.

De plus, il m’avertit que si je ne fais pas ça, je transgresse les droits d’auteurs, et que je deviens alors un pirate. J’ai donc compris à ce moment là, ce que voulais dire pirate dans le monde Windows, il y avait c’est sur des gens malhonnête qui désiraient ne pas payer les programmes, mais il y avait aussi une grande partie de gens honnêtes qui étaient obliger de payer des programmes qu’ils n’aimaient pas, dont ils ne se servirait jamais ou de façon occasionnelle. Un pirate sous Windows est un client potentiel a qui on a substitué la liberté de consommer un produit par l’obligation nécessaire de consommer ce produit de sucroît dans un cadre très stricte, et qui récupère ce qui lui semble du de façon illégitime.

Je ne perds pas espoir, je rentre alors mon CD ou j’avais copié auparavant mon traitement de textes libre sous Linux ainsi que tout mes documents de conférence, et j’essaie de l’installer. Horreur, Windows ne sait même pas utiliser le programme. Il croit que c’est de la musique, et finalement reste bloqué. En désespoir de cause, je redémarre mon PC, et j’essaie d’ouvrir mes documents importants dans Wordpad, et tout sort de travers !!! J’ai peur d’avoir perdu tout mon travail ;(

Les idées bien en place, un jour de sursis

C’est alors que ma femme revient du travail, je lui annonce la bonne nouvelle, on pourra plus taper de lettres sauf si on investit 3600 Francs en plus dans un logiciel prévu pour.

Elle explose de colère ! Pour ainsi dire, rien ne vaut une bonne engueulade pour vous remettre les idées bien en place.

« Quoi 3600 Francs ???, tu rigoles, j’en ai besoin pour le travail, tu viens de claquer 9 000 francs dans ton ordinateur, et on peut même pas taper une lettre avec, t’avais dis aussi qu’on pourrait passer le CD à mon frère pour qu’il installe Windows etc … »

J’essaie alors de lui expliquer calmement que ça n’est pas la faute du vendeur (bien qu’il ne m’ai pas parlé de tout ces désagréments), que c’est le système de licence des programmes Windows qui est comme ça, qu’on a pas le droit de prêter les programmes, qu’on doit racheter des programmes additionnels pour chaque nouvelle chose, et pour chaque ordinateur, que Windows ne sait pas lire les documents de notre traitement de texte etc … Je lui ai caché que Windows plantait quand on essayait de se servir de nos autres programmes de travail, et notre petit jeu. Finalement, ça été impossible à plaider mais j’ai réussi à avoir 1 jour de sursis …

J’ai passé ma soirée à tester les programmes installés par défaut et à lire le manuel pour essayé de trouver une solution. Je me répétais ça au fond de moi: » C’est pas possible, si nos programmes fonctionnent sous Linux, ils doivent fonctionner sous Windows, c’est un programme à 2000 francs quand même. »

Et bien non, dans le manuel de Windows qui est censé me permettre d’utiliser entièrement mon ordinateur, il n’y aucune méthode qui explique comment installer et se servir d’un traitement de texte libre, ou tout autre programme qui fonctionne sous Linux.

Silence, on test …

Finalement le lendemain, ma femme prend les commandes de la machine. Silence dans la chambre … Elle venait de recevoir de la musique d’un de ses copains qui joue dans un groupe de rock/blues. J’apprécie pas particulièrement je dois dire, mais bon là c’est la première fois que j’ai aimé Windows :).

Ma femme choisit le programme pour écouter de la musique, installé par défaut lui aussi 😉 et là rien ne se passe !!! Il apparaît à l’écran module non supporté ou un truc du genre…

J’ai appris par la suite que c’était en fait le programme de lecture de musique qui ne lisait pas toutes les musiques.

Il faut aussi pour les musiques sur CD, appeler Microsoft par internet pour demander l’autorisation d’écouter de la musique, ou un truc du genre.

J’ai entendu dire d’ailleurs que le prochain Windows fera la même chose pour les programmes, car Windows a réussi par le biais des constructeurs informatiques à mettre des espions dans le matériel.

Il s’agit d’une puce comme celle des téléphones mobiles, qui vous identifie nominativement. Genre vous M. Plonk, vous achetez votre ordinateur à Auchan, vous avez le numéro 4155214551 d’attribué, et vous, M. PLonk serez identifié partout ou vous irez sur internet avec ce numéro.

Par exemple, si je veux ouvrir mon traitement de texte pour travailler, il faudra d’abord que mon ordinateur soit en permanence connecté à Microsoft par internet, et envoie mon numéro.

Windows contrôlera alors le type de document que je souhaite ouvrir ou écrire, et avec quel programme. Ensuite Microsoft me dira si j’ai le droit ou non de le faire.

Par exemple, si je veux lire un document qui balance des conneries sur le gouvernement d’un pays sensible, je ne pourrais pas l’ouvrir, ou si je souhaite écrire un document ulta confidentiel, il est possible que cela fasse rire tout le service marketing des sociétés qui exploitent ce système.

Et tout ça, ça fonctionnera aussi avec l’internet.

Autre exemple je vais sur un site web comme la redoute m’acheter un pull, si mon ordinateur ne donne pas mon numéro d’identification valide, Windows refusera que j’achète mon pull chez la redoute, et m’empêchera de passer ma commande. Pareil, si je veux aller consulter mon compte bancaire sur internet pour transférer de l’argent, il faudra d’abord que je demande à Windows si j’ai le droit de le faire.

Ils appellent ça le réseau de confiance. C’est à dire que si tout le monde est identifiable nominativement sur internet, et si ce que tout le monde fait est enregistré, contrôlé, et maîtrisé par ceux qui exploitent ce système(oui encore), le monde sera plus sur.

En fait c’est juste pour savoir dans la moindre mesure, si vous avez piraté leurs programmes ou non, que vous écoutez de la musique sans, ou regardez des films sans payer des droits d’auteurs etc…

Dans ce cas là vous pourrez plus utiliser une partie ou la totalité de votre ordinateur et un huissier viendra chez vous constater le délit.

Dans une autre mesure, on pourra vous envoyer de la publicité dans votre boite à lettre à domicile en rapport avec ce que vous regardez sur internet.

Dans le pire des cas, ça servira juste à faire de l’espionnage industrielle ou à donner des informations sur vous aux renseignements généraux, genre Mr Plonk a visité un site de fleur, il a fait du morse avec son bouton de souris, il devait sans doute parler à des terroristes.

En fait, on ne pourra pas savoir réellement comment Windows nous espionne car personne n’a le droit de savoir comment il fonctionne à l’intérieur. C’est d’ailleurs pour ça que les administrations (à l’étranger et en Europe), et de grandes entreprises, qui ont besoin de confidentialités et de transparences ont lancés des réformes pour remplacer Windows par d’autres systèmes d’exploitations.

C’est le cas de l’éducation nationale. Imaginez votre enfant à l’école à qui on dirait: « on va vous apprendre à vous servir de Windows » … Il y aurait un grave problème, car personne ne sait comment il fonctionne. Ça serait un acte anti-civique (confère ce que j’ai écris au dessus sur le partage, le respect des droits d’auteur et les contributions, et surtout la qualité de l’enseignement), voir ça encouragerait des trusts.

Je vois mal mes enfants entrain de manger des hamburgers tout les jours parce que l’éducation nationale aurait laissé s’implanter dans l’école des grosses entreprises, qui se seraient substituées à la cantine. Qu’en pensez vous ?

C’est sur ces bases que des parents inquiets et responsables de l’avenir de leur enfants ont lancés des débats, accompagnés des instituteurs, des associations locales, et du ministère de l’éducation.

Tempête dans un champs de verdure, ordinateur fou

Bon, oublions tout ça, car ce ne sont que des spéculations d’un avenir bien obscure, qui de plus est, pourrait redevenir radieux, et revenons à notre champ plein de verdure, ça été un très mauvais quart d’heure pour Windows, et pour moi. Mais j’en rie avec le recul, car Windows a protégé mes oreilles en ne lisant pas ce CD de blues/rock.

Quelques longues minutes plus tard, une fois la tempête apaisée, chacun dans son coin, ma femme et le Pentium 200 Linux d’un côté, et mon nouvelle ordinateur Windows et moi de l’autre, je me suis décidé à aller sur internet.

Grosse erreur… Windows a décidé, de lui même, de trouver seul toute ma configuration internet. Il y a plein de choses qui s’inscrivent à l’écran, il me dit qu’il va tout trouvé, et que je n’ai rien à faire. Pendant ce temps là, ma femme consulte ses emails, et surf sur internet avec Linux, en écoutant son CD de musique.

Sur mon écran, il ne se passe plus rien … Tout est figé. Au bout de 5 minutes, j’appuie sur les touches du clavier mais il se passe vraiment rien. La flèche à l’écran est bloqué … Ma femme rigole dans son coin, pendant que je fulmine ;(

Vole alors les remarques du style: « t es bien avancé avec ta merde que t as acheté 9 000 balles « .

Et je lui rappelle au passage que windows m’a coûté 2000 francs et que le reste c’est l’ordinateur. La guerre était déclaré à la maison !

Comme plus rien ne répond, je redémarre l’ordinateur. Windows se lance, et boum l’ordinateur redémarre à nouveau. Je réessaie … même chose. Plus possible de faire quoi que ce soit. J’en peux plus, je suis usé par l’ordinateur et par les sarcasmes de ma femme. J’abandonne pour la soirée.

Windows un monde de pirates, le retour du Linux masqué

Le lendemain, je rappelle le magasin d’informatique en lui expliquant tout ce qui c’est passé. Je lui dis que mon ordinateur arrête pas de redémarrer tout seul, que j’ai pas de programmes pour lire ma musique, que je peux pas tapper mes lettres, ni aller sur internet, et je conclue après tout ça, que je peux le faire avec mon Linux sur mon ancien ordinateur.

Il me dit texto  » Vous aviez qu’a rester sous Linux, Windows n’est pas exempt de problèmes et on ne peut pas vous dire s’ils seront un jour corrigés, si vous voulez des programmes supplémentaires de bonne facture il faudra les acheter. » Il me signale au passage que mon Windows a planté et qu’il faut que je réinstalle tout.

Finalement, ma triste péripétie c’est terminée ce soir là, j’ai donc réinstallé Windows entièrement (je vous épargnerais cette fois ci les détails). Un pote est passé avec un autre copain à lui qui s’y connaissait en Windows. Il a commencé à bidouiller dans la configuration de l’ordinateur, pendant qu’on écoutait le fameux CD de la vieille sur l’ancien ordinateur avec Linux.

Ce soir là, j’en ai appris beaucoup plus sur Windows, sur les gens qui l’utilisent, et sur les programmes. Les Windowsiens très expérimentés de longues dates connaissent quelques bidouilles pour se dégager des plantages récurrents et ennuyeux qui rebutent, et provoquent l’incompréhension chez la majeur partie des utilisateurs. Il suffit d’ailleurs de se rendre sur internet sur quelques forums concernant les problèmes matériel lié à Windows, pour se rendre compte que notre cas est loin d’être isolé. Ça m’a réconforté quelque part dans mon malheur.

Au bout de 30 minutes, finalement cet ami a réussi à lancer ma connexion ADSL, après qu’on est téléchargé a partir de mon ancien ordinateur sous Linux, un programme spécial sur le site du constructeur pour que Windows reconnaisse mon modem.

Il m’a vanté à nouveau les mérites du même traitement de texte que le type de la boutique, et m’a dit: « de toute manière, tu le payes pas, je vais te l’installer sur ta machine, il y a beaucoup de gens qui font comme ça ».

Je lui ai répondu, que j’étais honnête, que jusqu’à maintenant j’utilisais les programmes en respectant les droits d’auteur, et les licences, et que ça ne risquait pas de changer. Et je vous invite à faire de même.

Limite, s’il m’a pas dit que j’étais un con de ne pas être un pirate, et d’acheter le traitement de texte. A vrai dire, lui même expert en informatique a été surpris quand je lui ai montré ce que je pouvais faire avec Linux et open office (Il m’a dit que c’était pareil que le logiciel à plus de 3000 francs), et quand je lui ai filé un CD pour qu’il installe Linux sur son ordinateur, ça l’a bluffé.

Il m’a donc installé des programmes de deuxième catégorie sur mon ordinateur en me disant que ça me serait utile et que j’avais le droit de le faire. Il s’agissait de sharewares. En fait, il s’agit de programme qui marche pendant 30 jours, et ensuite ça marche plus tant qu’on les a pas acheté. C’est une sorte de démonstration.

Je voyais bien la technique crapuleuse, on commence à faire sa comptabilité, ou écrire ses lettres avec et au bout de 30 jours on y a plus accès, et on perd donc tout ses documents sauf si on paye pour continuer.

J’ai donc regardé et écouté attentivement, et j’ai appris quelques trucs. Ce pote m’a ensuite expliqué que Windows n’était pas sécurisé et ne le serait sans doute jamais. Car ça permettait de revendre des nouveaux systèmes d’exploitation pour remplacer et corriger les lacunes des anciens, et en rajouter des nouvelles au passage. M’as t’il mentit ?

Il m’a dit que des programmes étaient spécialement conçu par des personnes inconnues pour détruire des Windows, et que ça arrivait régulièrement que des gens sur le net rentrent dans l’ordinateur des autres grâce à Windows, ou perdent des données suite à ces programmes nommés virus qui exploitent les problèmes techniques de Windows.

Autant de problèmes, que je ne m’étais pas posé auparavant. Il m’a donc conseillé d’acheter (oui encore!) un antivirus pour contrer les programmes détruisant les données, et un autre programme qui servait à colmater comme il disait les failles de Windows.

Ensuite, il m’a installé des programmes supplémentaires car Windows ne reconnaissait pas tout mon matériel. Windows c’est alors mis à hurler ! Ce programme n’est pas certifié Windows, voulez vous vraiment l’installer, car ça peut rendre votre système d’exploitation instable etc …

Pour une personne non initié comme moi, ça fait vraimment peur, j’ai cru que c’était un fameux virus. Finalement on a répondu oui, et ça n’a rien changé.

Linux aux tisons, la paix dans la maison

Je suis donc resté sur ce léger arrière goût. Quatre ans d’utilisations de Linux avec tout qui fonctionne, et sans perte de donnée, deux jours avec Windows, une réinstallation, et je ne peux plus écouter ma musique, ni écrire mes lettres, ni utiliser mes programmes qui fonctionnaient parfaitement sous Linux.

Je suis donc retourné au magasin d’informatique pour tenter de me faire rembourser mon système d’exploitation, étant donné que contrairement à ce qu’indique son nom « je ne pouvais pas exploiter mon ordinateur », mais ils ont refusés de le reprendre car celui ci avait été désemballé, et que du fait de la licence Microsoft anti copie, anti partage etc..

Finalement une semaine plus tard, un ami est passé à la maison avec son CD de Linux qu’il venait de télécharger gratuitement sur le net. On avait planifié de l’installer sur mon nouvel ordinateur, et il m’a montré les dernières petites nouveautés, ensuite on a réinstallé la nouvelle version de mon traitement de texte qui je dois le dire fonctionne à merveille sur mon nouvel ordinateur.

Ça nous a permis de faire une bonne bouffe et de passer un agréable moment ensemble, le calme et la sérénité étaient enfin revenus à la maison.

Vous serez peut-être intéressé :

2 commentaires sur ce billet

  1. Prenom dit :

    Tu as oublié une faute 😀

    C’est pas « Première aperçu » mais « Premier aperçu »

    RépondreRépondre
  2. Louis Volant dit :

    C’est corrigé !

    Merci encore !

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *