Comment épouser un millionaire : Jean-Barthélémy Bokassa vous explique tout

[ 1 ] Commentaire
Share

Jean-Barthélémy Bokassa, le petit-fils de l’empereur Jean-Bedel Bokassa (ancien président de la république centrafricaine, selon Wikipédia), a mené durant cinq ans une  enquête sur le petit monde des gens très riches et de leurs parasites. Il s’est employé a observer le manège d’une catégorie d’humains que seuls connaissent les millionnaires et milliardaires. Les « castors » : spécimen opportuniste que l’on ne croise que dans les palaces, marinas, et hauts lieux de villégiature.

Bokassa en a rencontré plus d’une centaine. Il s’agit de femmes et d’hommes qui partent en chasse du millionnaire, le ferrent comme un poisson, et engloutissent sa fortune toute crue. Leur but n’est pas la destruction de la proie, mais de vivre comme une moule accrochée sur son dos.

Certaines castorettes occupent des appartements de 700 mètres carrés rue du Faubourg Saint-Honoré, conduisent une Ferrari, partent en vacances à Saint Barth’, et cela sans jamais débourser un centime. Pour tout connaître de leurs techniques pour accrocher le dindon, cliquez sur la gueule d’ange du petit-fils de Bokassa.

Le livre s’appelle « Traité de manipulation pour séduire un millionnaire », est écrit par Jean-Barthélémy Bokassa et Olivier Keravel, et est édité chez éditions Max Milo.

Via Bakchich.info

Edit du 30/06/2008 :
Bakchich a publié une nouvelle vidéo :

Vous serez peut-être intéressé :

Un commentaire sur ce billet

  1. Monsieur Kaplan dit :

    Attention aux lecteurs qui seraient tentés d’aller visiter le blog de M. J.-B. Bokassa et d’y laisser un commentaire…

    M. Bokassa, qui pratique la modération a priori, en profite pour couper et transformer les propos postés afin de ne voir que des louanges à son seul avantage.

    J’ai fait les frais de cette manipulation.

    http://minilien.fr/a0jahg

    Et M. Bokassa refuse, malgré mes demandes répétées, de supprimer mon faux commentaire.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *