Diesel, le scandale français

[ 5 ] Commentaires
Share

Voici un reportage sur lequel je suis tombé à la TV, et que j’ai trouvé fort intéressant. Il offre un point de vue complètement différent de ce que l’on peut entendre d’habitude dans les médias traditionnels, où la qualité de l’air sortit des moteurs diesels n’est pas réellement remise en cause. On y apprend notamment quelque chose qui m’a sidéré : le diesel coûte plus cher à la production que de l’essence Sans Plomb 98 (sorti de raffinerie), mais que le taux de taxe étant moins élevé sur le diesel que sur l’essence classique, ceci explique un prix inférieur à la pompe ! Et in fine, un marché qui se porte majoritairement vers l’achat de moteurs diesels.

Je dois également mentionner que j’ai lu dans un journal auto un article sur le diesel, dans lequel l’auteur expliquait que toutes les critiques actuelles sur le diesel se basent sur une étude américaine faite sur des sujets ayant été suivis sur une période de 15 ans, mais ce avant l’année 1990. L’auteur disait que depuis, les moteurs diesels avaient fait énormément de progrès et donc les critiques portées à son encontre depuis son infondées.

Vous serez peut-être intéressé :

5 commentaires sur ce billet

  1. syndrael dit :

    La France est un des rares pays au monde à avoir un parc automobile très orienté Diesel. Ceci est dû aux lobbys des constructeurs dans les années 80. Il fallait vendre Français et les français étaient bons en moteur diesel du fait d’une expérience avec les camions.. Au lieu de changer de techno pour l’essence ils ont juste adapté tout ça à la voiture..
    D’autres pays ont le même raisonnement, comme le Bresil qui met en avant le lobby de la canne à sucre. Ecologiquement c’est mieux, economiquement le Bresil s’auto fournit.. et cela depuis qqs dizaines d’années.

    RépondreRépondre
  2. 2t90 dit :

    C’est indéniable, les véhicules Diesel les plus anciens sont bien plus polluants que les voitures a essence. Il faudrait effectivement remonter progressivement les taxes sur le gazole pour retrouver un équilibre. Mais plusieurs choses me font tiquer dans ce reportage :

    – Airparif indique que 95% des particules du trafic routier sont émises par des diesel. C’est sur vu que 80% du parc roulant est diesel. Il y a donc 15% particules émises par les 20% de moteur à essence, ce n’est pas négligeable. Et quid du reste.

    – Nos amis de l’association qui taguent par nettoyage les murs de Paris auraient eu bien plus de boulot dans les années 70. Souvenez-vous comme les murs et monuments étaient sales bien plus qu’aujourd’hui…. et la part des diesel était de 3% !

    – Les paroles du vendeur estimant que le diesel est encore polluant ne devraient eu aucun cas être reproduite dans un reportage de ce type. Premièrement, il n’est pas un expert en pollution a prendre en référence. Secundo, si c’est un bon vendeur, il s’adapte a l’acheteur en allant dans son sens. C’est du marketing.

    – Le document de l’avocat Japonais qui indique que la voitures a essence pollue 75 % en moins, c’est un peu expéditif ! De quel polluant parle-t-on ? Encore un résumé de document pas très explicite, car certain polluant sont émis en masse des voitures à essence. Et a l’époque du procès, les filtres a particules n’existaient pas.

    – Le coup des microparticules qui se reforment derrière la voiture, ca sort du chapeau en fin de reportage. On ne connait pas leur quantité/par rapport au particules traitées. Pas de mesure Airparif pour différencier les grosses et les petites. Ca tombe un peu comme un cheveu sur la soupe.

    En résumé, on sait que les anciens diesels émettent beaucoup plus de particules que les nouveaux moteurs avec filtre a particules. On constate que ces particules ont un effet sur la santé. Mais les constructeurs essayent de corriger ces défauts. Rappelons nous les efforts de dépolution qui ont et sont encore fait sur les moteurs a essence (catalyseur, suppression du plomb, optimisation de la combustion avec les injections électroniques,…)
    Des que l’on nait on pollue, et on essaie de s’ameliorer, mais ca ne se fait pas en un jour, des erreurs sont faites et il faut les corriger en fonction du contexte économique.

    Une des solution serait de mettre en place une augmentation des taxes sur le diesel pour financer le montage de filtre a particules sur les véhicules les plus anciens.

    A noter pour la réflexion : fumer est bien plus dangereux pour la santé et cause encore bien plus de mort que le diesel. Et l’alcool …

    RépondreRépondre
  3. Louis dit :

    @2t90: Effectivement les véhicules diesel anciens sont certainement plus polluants que les véhicules essence. Mais une taxation remontée sur le diesel pénaliserait également les véhicules « nouveaux ».

    Je pense donc qu’il faudrait durcir les contrôles techniques sur les aspects de polluants sortant des pots d’échappement (pour ne cibler que les vieux diesel).

    Si 95% des particules sont émises par des moteurs diesel, ça fait 5% des particules sorties des moteurs essence, non ?

    Pour l’état des lieux dans les années 70, je suis bien d’accord avec toi.

    OK pour les paroles du vendeur, on peut tout à fait le voir comme ça. J’ai surtout pensé en voyant ça que le vendeur n’en savait pas plus que les acheteurs, donc sa parole ne valait pas grand chose. De surcroît il peut dire ce que les clients ont envie d’entendre.

    Vrai pour le document japonais. En fait, je ne sais pas trop quoi penser. Les filtres à particules sont-ils réellement efficaces ? C’est possible, mais il faudrait plusieurs études indépendantes pour le prouver (ou démontrer que c’est faux).

    Les petites et les grosses particules, c’est vrai qu’on aimerait que tout ça soit vérifiable (document scientifique reconnu à l’appui).

    Il faut reconnaitre aussi, et tu as raison de le rappeler, que les moteurs à essence sont reconnus comme efficaces, notamment car ils ont été « nettoyés » pendant des années ! Donc il n’est pas à exclure que les moteurs diesel apportent les même niveau de « dépollution » après plusieurs années de recherche.

    Après, je suis de ceux qui pensent que l’état devrait mettre un même niveau de taxes pour le diesel que pour l’essence. Au moins pour qu’ils y ait égalité devant l’impôt. Et rendre plus fermes les contrôles techniques pour que les « vieux » diesels ne passent plus sans filtres à particule.

    RépondreRépondre
  4. xavier dit :

    On sait aussi aujourd’hui clairement que le développement du diesel en France résulte bien d’une volonté industrielle, elle-même liée à une autre mono-industrie française particulièrement dangereuse, celle du nucléaire. C’est parce que le général de Gaulle a lancé le parc nucléaire français que Peugeot notamment a été incité à produire massivement des véhicules destinés à écouler la surproduction de gazole. Conséquences de cette pensée unique : la France a ainsi aggravé les coûts d’importation d’énergies fossiles et donc le déficit de la balance des paiements, et, par ailleurs, en diésélisant le parc automobile à outrance, elle rend d’autant plus long et difficile le virage indispensable.

    RépondreRépondre
  5. Momo dit :

    pas de mauvaise foi…
    « expéditif » pour le rapport japonais ?
    Et alors ? sur 1 émission de 50min, on va droit au but sur chaque point.
    Il faudrait autant d’heures que de chapitres ou d’études s’il fallait détailler. On ne peut présenter que les points principaux et valeurs clefs, avec quelques exemples à l’appui.
    Qu’un Jean-Luc Moreau et d’autres soient méfiants envers les diesels modernes, il y a de quoi, avec 1 argument de poids : « vous nous dites que maintenant grâce aux technologies modernes un problème est résolu, mais pourquoi nous avoir dit il y a 10 ans à peu près la même chose ? (cf Calvet) pourquoi vous croire aujourd’hui ? »
    Notamment quand on voit que les FAP (hors FAP PSA qui sont additivés) doublent les NO2 pour brûler les particules, alors qu’un diesel déjà normal en génère beaucoup plus qu’un essence (PSA refuse de donner ses valeurs en France, la revue de JLM doit aller les chercher en Autriche où c’est obligatoire, et qu’y voit-on ? une 208 hdi68, la plus « vertueuse » en CO2, en émet 6 fois plus que la 208 S16, et le NO2 est 10 fois plus nocif que le CO…
    Mauvaise foi de relier la petite part d’essence au reste de particules selon moi. Ceux qui sont allés à Tokyo disent y respirer beaucoup mieux, et la circulation y est plus dense.
    Londres a fait retirer les FAP des bus à cause du NO2 généré, comme d’autres capitales.
    Avouons franchement l’erreur et assumons-là à cause des emplois, qu’on remette les taxes d’entreprises à égalité en essence (la TVA n’est remboursée que pour le diesel, et on ne pourrait pas accuser l’essence d’empiéter par favoritisme)
    Qu’il y ait des progrès faits et en cours, OK, mais si c’est encore moins bon que l’essence, il n’y a pas de raison de le favoriser tant qu’il n’est pas meilleur, hormis à cause de l’emploi, mais avouons-le bon sang…

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *