Nicolas Sarkozy défend la Palestine à la Knesset : Carla Bruni aurait-elle une influence plus que significative ?

Donnez votre avis !
Share

Nicolas Sarkozy a étonné et bluffé tout le monde par le contenu de son discours prononcé dans un lieu pour majorité hostile à sa thèse : le parlement Israélien. Or, si Sarkozy était jusqu’alors connu pour être fréquemment du côté des intérêts Israéliens, il a été cette fois-ci à l’opposé de sa position initiale. L’influence de Carla Bruni dans ses prises de position se révèle donc être très probablement bien plus importante que l’on voulait bien y croire.

Rappelons les faits, avec un article de France Info :

A la Knesset, Sarkozy appelle à l’arrêt de la colonisation israélienne

Voilà plus de 25 ans qu’un président français ne s’était pas exprimé devant le Parlement israélien. Temps fort de son voyage en Israël, Nicolas Sarkozy a plaidé à la Knesset pour un gel de la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens et pour la création d’un Etat palestinien.

« Il ne peut y avoir de paix sans l’arrêt de la colonisation ». Une nouvelle fois, Nicolas Sarkozy a appelé Israéliens et Palestiniens à trouver les moyens d’instaurer une paix durable. Mais cette fois, son discours avait une ton plus solennel : temps fort de sa visite en Israël, c’est devant la Knesset, le Parlement israélien, que le chef de l’Etat a été invité à s’exprimer ce midi. Un privilège rare, puisque c’est seulement la seconde fois qu’un président français y est convié, après François Mitterrand en 1982.

« Il ne peut y avoir de paix sans l’arrêt de la colonisation », a donc dit le président de la République française. Comme il l’avait affirmé plus tôt à la presse israélienne, Nicolas Sarkozy souhaite voir s’interrompre la colonisation israélienne dans les territoires palestiniens : « Une proposition existe, soutenue par de nombreux membres de votre Knesset, pour l’adoption d’une loi qui inciterait au départ les colons de Cisjordanie, moyennant compensation et relogement en Israël. Oui, il faut créer les conditions pour un mouvement ! »

« Jérusalem, capitale de deux Etats »

Mais les Israéliens ne doivent pas être les seuls à fournir des efforts, selon le chef de l’Etat : il « ne peut y avoir de paix si les Palestiniens ne combattent pas eux-mêmes le terrorisme ».
L’instauration de la paix passe aussi par « la reconnaissance de Jérusalem comme capitale de deux Etats et la garantie de la liberté d’accès aux Lieux saints pour toutes les religions », selon Nicolas Sarkozy.

Le président de la République doit maintenant rencontrer une douzaine de personnalités palestiniennes au consulat général de France à Jérusalem-est. Avant de retrouver, demain, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Bethléem, en Cisjordanie.

Céline Asselot avec agences

On dis que « derrière chaque homme, il y a une femme ». Et bien là, c’est peut-être plus vrai que jamais. Cela se voit d’autant plus que Carla se définissait avant leur mariage comme une femme de gauche : leurs positions tranchent assez pour que les décisions émanant de l’oreiller se ressentent, même si l’opinion les prend très bien. Car voilà : si Sarkozy aurait, célibataire, prononcé le discours inverse, il faut bien reconnaître que les sondages d’opinion montrent que les français ont en majorité approuvé la position du président…

Bref : Carla Bruni, c’est peut-être ça la vraie ouverture à gauche de Sarkozy !

Vous serez peut-être intéressé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *