Les mauvaises pratiques des constructeurs de voitures pour vendre sur internet

[ 1 ] Commentaire
Share

Je suis tombé complètement en accord avec un article écrit par Fred Cavazza sur les constructeurs de voiture et leur présence sur le web et les moteurs de recherche. Dans « Les constructeurs automobiles français ont encore des progrès à faire« , l’auteur montre le retard qu’ont les constructeurs (surtout français) dans le domaine de la mise en avant de leur produit sur internet. Il dit notamment qu’ils sont mal placés sur les moteurs de recherche, et que les sites qu’ils proposent sont compliqués, pas forcément bien fait, et que les pages dédiées aux modèles de voitures tiennent davantage du site de designer que du vendeur de voiture.


Sur le screen ci-dessus, on ne voit qu’un seul prix, avec un astérisque. Bilan : astérisque = arnaque, donc on se dit qu’on n’aura jamais la voiture à ce prix là. Et donc on fuit.

Commençons par le mauvais référencement. C’est vrai, mais je pense que c’est une conséquence de la suite (site en flash qui tiens plus du designer qu’autre chose). En gros, l’absence d’intérêt du site fait que Google ne le fait pas remonter dans les résultats de recherche. Donc je pense réellement que si les constructeurs se bougeaient pour améliorer leur site internet, ils remonteraient significativement dans les moteurs.

Ensuite, sur le site. Je pense que le gros problème, sur les pages dédiées aux voitures, c’est qu’on ne voit pas clairement les prix. Le prix est caché. On ne peut pas avoir une idée précise de combien on va payer, et pour quelle options.

C’est sans doute parce que toute la stratégie de vente passe par un rendez-vous chez le concessionnaire, qui fixera lui-même son prix en fonction de multiples paramètres. SAUF QUE : beaucoup de gens aujourd’hui passent par internet D’ABORD (moi le premier). Avant de se rendre chez un concessionnaire, ils regardent les différentes marques de voiture, les différents modèles. Donc ils veulent voir combien va leur coûter tel ou tel véhicule, quelles sont les options et combien elles coûtent. Cela coûte quoi d’annoncer des prix « sur étagère », et en parallèle de dire partout que tout cela est négociable chez le concessionnaire ?

La vraie question est : vers quoi va-t-on ? Que sera la vente de véhicule dans plusieurs années ? Je pense que l’on va aller progressivement vers un rapprochement entre la vente de voiture (aujourd’hui détenue parles concessionnaires) et l’eCommerce classique. On choisira sa voiture en ligne, sur un site de vente en ligne, et on ira chez son concessionnaire finaliser la vente, signer les contrats de crédit si il y a, et récupérer la voiture. Il y a des chances que cela se passe déjà comme ça, dans une minorité de cas. Mais je pense que la majorité de l’acte de vente se fait chez le concessionnaire, celui-ci nous faisant la vente des voitures qu’il a chez lui. In fine, je pense que le concessionnaire deviendra à l’avenir une « succursale » de finalisation de la vente, mais certainement pas un démarrage de cette vente.

Fred Cavazza finit en disant que la situation est meilleure chez la concurrence (il donne l’exemple de Ford). Je trouve que Ford est certes mieux, mais ne va pas assez loin. Ils pourraient faire encore mieux. Présenter par exemple au client une pré-facture de sa voiture, avec un configurateur du même type que ceux qu’on trouve pour des PC chez Apple ou Dell, ça, ça aurait du sens.

Vous serez peut-être intéressé :

Un commentaire sur ce billet

  1. Oweia dit :

    Je ne suis d’accord ni avec ni avec ni avec Fred Cavazza : si l’on cherche un tarif, on le mentionne dans la requête !

    Les constructeurs automobiles, avant de mentionner un prix, jouent sur les émotions et le coup de coeur des clients : il est plus facile de faire avaler un tarif quand le client adoooore le design d’une voiture et qu’il est convaincu.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *