Robert Scoble s’énerve sur les spams de Google+

[ 4 ] Commentaires
Share

Je ne suis pas de très près tous les posts de Robert Scoble, notamment car je trouve qu’il a un peu trop l’habitude de changer de plateforme de publication, et que donc suivre les différents billets du personnage impose de suivre tous ses mouvement pour s’abonner fréquemment à toute nouvelle plateforme qu’il déciderait d’utiliser. Mais à part ça, j’aime assez ses interventions (quand je tombe dessus). J’aime comment il s’exprime, j’aime assez la façon dont il défend son avis, même s’il m’arrive fréquemment de ne pas être d’accord. Mais là n’est pas la question.

Quelle ne fut pas ma stupeur (et mon plaisir) en voyant (via un billet de Michael Arrington) cette vidéo de Robert Scoble en train de s’énerver lors d’une conf-Call sur Google+ et les milliers de spam que le service a pu envoyer à ses débuts. Je crois ne pas me tromper si je dis qu’aujourd’hui ces problèmes sont réglés (en tout cas pour moi, je ne suis plus spammé), mais j’aime réellement la façon dont Scoble s’énerve sur Google+, qui pour le coup a été trop loin.

Je me permets de voir sa prise de position de façon un peu plus large : j’ai été plusieurs fois énervé de voir du Google+ partout la galaxie Google, ceux-ci souhaitant pousser leur service partout et tout le temps pour créer artificiellement de l’activité. A chaque fois, j’ai eu envie d’étriper les gens de Google qui ont décidé d’embêter les utilisateurs, tout en prenant le risque que ça allait les énerver/déranger. Certes, chacun comprend que, dans une certaine limite, tout nouveau service a bien besoin d’un petit coup de pouce de ses grand frères, mais il y a à chaque fois une limite invisible, un trop plein à ne pas dépasser, qui pour le coup l’a sans doute été.

Vous serez peut-être intéressé :

4 commentaires sur ce billet

  1. abreithoff dit :

    Bonjour Louis,
    Je pense que dire qu’il y a trop de google plus dans la galaxy google, c’est bien méconnaître le rôle de ce service, voir l’évolution que va connaître le Web dans les années à venir.
    Cela me fait penser aux articles qui affirme que google plus est une ville fantôme, alors qu’au final ce qui se passe en ville n’est pas le plus important. Google plus n’existe pas juste pour poster un lien ou indiquer au monde ce que l’on a déjeuner le matin. Il se passe presque plus de chose grâce à Google plus quand tu ajoutes un +1 sur une page ou quand tu lances une recherche google. Derrière google plus, il y a ton profil publique et une nouvelle façon de gérer la recherche, non plus par indexation de pages, mais aussi par auteur (profil). Ce n’est donc pas un simple service supplémentaire proposé par Google mais le maillage centrale du dispositif qui va permettre à google de proposer un moteur de recherche plus performant. Je comprends donc personnellement que l’on retrouve partout du Google Plus dans la galaxy google. On peut être contre, mais cela me semble normal que google insiste plus que d’habitude,et on ira de toute façon. C’est ce que fera facebook a plus ou moins long terme, en proposant un moteur de recherche (grâce à ces mêmes informations dont il dispose) pour tenter d’indexer le Web.
    Très amicalement,
    Un lecteur régulier de votre très bon site 🙂

    RépondreRépondre
  2. Louis dit :

    @abreithoff: SAlut ! Alors oui, je suis d’accord avec toi sur le fait que Google+ est au coeur de la galaxie du search Google. Oui, ils adaptent le search en fonction de ce que le user à mis en +1. Pour autant, n’oublie pas qu’ils font ça depuis bien longtemps, et ce bien avant que GOogle+ existe. Ils ont largement de quoi faire : avec Gmail, tes search précédentes, Google Analytics, ils ont largement de quoi savoir en direct ce que tu fais, ce que tu consultes, et donc pouvoir déduire ce que tu aimes et qui tu es. Donc ils peuvent adapter le search depuis bien longtemps, et n’ont pas eu besoin de Google + pour faire ça. Donc pourquoi nous mettre du Google+ partout alors qu’ils n’en ont pas besoin ? Au contraire, je pense qu’ils veulent vraiment développer la « ville » Google+, car ils savent que ils sont en train de perdre le combat du social, partagé à l’heure actuelle par Twitter et Facebook (et c’est Facebook qui domine pour l’instant). C’est d’ailleurs pour ça qu’il y avait des rumeurs de rachat de Twitter par Google récemment : Google aurait cherché à racheter Twitter pour se rattraper sur la stratégie sociale, où Google n’est pas bon.

    Au delà de ça, je trouve (mais ça reste personnel) que le « produit » Google+ est très bon : il est plus proche de Friendfeed et du nouveau feed Facebook que de twitter, et en soit je trouve qu’il est mieux. Malheureusement, faut bien reconnaître qu’il n’y a pas grand monde sur Google+ à part les GoogleFans et les employés de Google 🙂

    RépondreRépondre
  3. abreithoff dit :

    Je vois que nos avis converge, même si nous ne sommes pas du même avis, les Je l’avais vu en lisant l’article. Alors oui, google adapte son search depuis longtemps avec les informations qu’il récolte. La stratégie est la même, c’est la dimension qui change. Tu dois connaître les principes de calcul de l’indexation de google : Ce n’est pas simplement tes résultats qui vont évoluer en fonction des informations collectées (sur toi en l’occurrence) ni en fonction du nombre de +1 obtenu par une page, mais le classement même de cette page en fonction de la popularité de l’auteur (plus ou moins encerclé). On ajoute une dimension à la vision du Web façon google, c’est à dire un ensemble de page reliées entre elles par des liens, la dimension sociale. Que la ville soit animée, c’est à dire que tu changes ton statut tout les matins n’a jamais intéressé google, et ni permis à Facebook de gagner de l’argent. La bataille se situe au niveau des +1 et j’aime, c’est d’ailleurs la contagion de ce dernier a l’ensemble des sites Web qui a obligé google a réagir, avec il est vrai plusieurs stratégies.
    Quant à la soit disant inactivité de google plus, je dirais seulement que les posts publiques sur google plus (ce que peut percevoir celui qui n’est dans aucun cercle ou ce que les sondeurs appelant google plus  » ville fantôme  » perçoivent), ne représente qu’une infime partie de l’activité. Difficile donc de déterminer l’activité de ce réseau par rapport à d’autres. Mais, comme je l’ai expliqué, ce n’est finalement pas le débat.

    RépondreRépondre
  4. abreithoff dit :

    Une interview récente d’un employé de google, en réponse à un article pointant l’inactivité de google plus : http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-strategie-google-plus/
    Google parle notamment de sa stratégie, vers la fin, il en expliquant pourquoi un utilisateur « actif » pour eux ne se connecte que tous les 30 jours : « Google Plus fait partie de notre navigation, même si on utilise pas ou peu la partie sociale » (=la ville)

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *