Pérou – Jour 08 : Le Sud de la Vallée Sacrée, Pisac, Maras et Moray

Donnez votre avis !
Share

Retour en fin d’après midi de la zone pré-amazonienne du Machu Pichu via le même train que celui qui nous avait emmené. Le train nous arrête à Ollantaytambo (on ne va pas jusqu’à la gare de Cusco), et un bus prend le relais jusqu’à la ville de Yucay, qui se trouve un petit peu au Sud de Urubamba (Urubamba est en gros à la moitié de la Vallée Sacrée, Ollantaytambo au Nord). L’idée est que demain, nous visiterons Pisac, un site archéologique à l’autre bout de la vallée Sacrée (donc au Sud).

On dort ce soir dans une Hacienda espagnole dans le village de Yucay (l’Hacienda Sonesta Posadas del Inca), à quelques kilomètres d’Urubamba. Cette hacienda aurait été crée par Francisco Pissaro, puis a appartenue ensuite au Roi Toledo.
Hacienda Sonesta Posadas del Inca

L’Hacienda est vraiment superbe.
Hacienda Sonesta Posadas del Inca

L’Hacienda « Sonesta Posadas del Inca Yucay ».
Hacienda Sonesta Posadas del Inca

Au passage, cette hacienda appartient au même groupe d’hotels (Sonesta) que celui de Arequipa.
Hacienda Sonesta Posadas del Inca

Cet hotel est vraiment magnifique.
Hacienda Sonesta Posadas del Inca

Dernière photo de l’hacienda, puis je passe à la suite.
Hacienda Sonesta Posadas del Inca

Ollantaytambo était l’extrême nord de la Vallée Sacrée. Aujourd’hui on va à l’extrême sud, à Pisac. On pourra y voir la Citadelle de Pisac, autre site archéologique, situé sur une crête.
pisac

La citadelle de Pisac est appelée par les Péruviens « le Petit Machu Pichu ». Rien à voir avec le vrai Machu Pichu, « mais ça fait venir les touristes ». Cependant, en 2010, à cause de la pluie le vrai Machu Pichu a été fermé pendant 2 mois, alors les touristes sont venus ici voir les vestiges Inca.
pisac

Cette citadelle est en fait construite sur une crête, car du temps de la civilisation Wari (800 après JC jusqu’à 1200 après JC), les petites communautés se réfugiaient dans les montagnes pour ne pas se faire massacrer par d’autres communautés. Plus tard, au XVe siècle, les Incas ont conquis la vallée et ont pris possession de la citadelle, surtout par intérêt militaire et pour la domination du maïs.
pisac

Le Donjon de la Citadelle de Pisac
pisac

A l’époque des Incas, pour fermer une maison, il suffisait de mettre un baton en travers de la porte. Les trous dans les caillous autour de l’entrée servent à passer le baton.
pisac

Des trous dans la montagne sont en fait autant d’endroits où les incas mettaient leurs morts momifiés. Ils dermaient le trou avec de l’argile. Aujourd’hui les trous sont ouverts, car les pilleurs sont passés par là.
pisac

On reconnait les anciens temples Inca à leurs « placards » où étaient disposés des divinités et leurs offrandes.
pisac

La vue d’en haut de la citadelle.
pisac

D’en haut, on voit le Temple de l’eau, avec les bains purificateurs juste en dessous.
pisac

Les bains purificateurs.
pisac

Retour à l’Hacienda pour manger le midi.
Hacienda Sonesta Posadas del Inca

Ce midi, à l’Hacienda, on mange une Pacha Manca. La Pacha Manca est une façon de cuisiner dans la terre : Patcha (terre) Manca (marmite). Donc on met dans la terre des pierres chaudes, et on fait cuire des pommes de terre, des Cuy (des cochons d’inde), du poulet, du porc et de l’agneau, tout ça sur des couches superposées.
Hacienda Sonesta Posadas del Inca

Première couche de cuisson : des cochons d’inde.
Hacienda Sonesta Posadas del Inca

Ça ne donne clairement pas envie de manger…
Hacienda Sonesta Posadas del Inca

Deuxième étape, la découpe des cochons d’inde.
Hacienda Sonesta Posadas del Inca

Les restes de cochon d’inde qui ne seront pas servis : les têtes et les bouts de pates. Pour info, j’ai goûté un morceau de cochon d’inde grillé. C’est pas mauvais, mais il n’y a vraiment que très peu de viande à manger, et beaucoup de graisse, de peau et de cartilage… Et puis bon, je suis le premier à adorer les cochons d’Inde (c’est vraiment mignon comme tout), donc ça n’aide pas à apprécier pleinement ce plat.
Hacienda Sonesta Posadas del Inca Cuy

Pendant notre déjeuner, on assiste à une danse Marinera Nortegna, une danse de la côte nord-péruvienne, qui représente la poursuite de la femme paysanne par l’hasiendado, et c’est pour ça qu’elle est pied nus et que lui a des chaussures. Les peruviens veulent que ce soit la danse typique du Perou. Cette danse s’appelle Marinera parce que lorsque la femme fait bouger sa robe, ça a le meme mouvement que les vagues.
Hacienda Sonesta Posadas del Inca Marinera Nortegna

La video :

L’après-midi, on part vers les Salines de Maras.
Salines de Maras

Les Salines de Maras sont situées à une altitude de 3200m. Elles se sont crées quand l’océan s’est retiré de ce qui allait devenir la Cordillère des Andes, il y a environ 200 millions d’années.
Salines de Maras

Les bassins ont été créés par les Incas. Ils se transmettent de génération en génération : il n’y a pas de coopérative. Chaque famille exploite son/ses bassins.
Salines de Maras

Les gens de Lima ne veulent pas de ce sel car il ne contient pas d’iode (ils consomment celui de la côte péruvienne). En effet, le manque d’iode provoque le goitre : dysfonctionnement de la thyroide. Bon, en même temps, on mange tellement de plats qui contiennent du sel classique bien iodé, qu’utiliser ce sel une fois par jour ne doit pas être très violent…
Salines de Maras

Le fonctionnement des salines est simple : un ruisseau d’eau chargée en sel sort de la montagne. Il ne reste plus qu’à faire sécher cette eau dans les bassins.
Salines de Maras

Pas loin de Maras, on part voir le Laboratoire agricole / pépinière de Moray (que l’on voit très bien sur Google Maps). Ces terrasses concentriques ont été créées par les Incas au XVe siècle.
A chaque niveau, à chaque terrasse, il y a un micro climat différent. Les Incas se servaient de ce laboratoire pour adapter des plantes à d’autres climats que leur climat original.
Laboratoire Moray Perou

Par exemple, ils prenaient une plante qui ne poussait qu’au dessus de 4500m, et l’adaptaient progressivement pour qu’elle puisse pousser vers 2000m.
Laboratoire Moray Perou

Il y a d’autres laboratoires-pépinières concentriques comme celui-ci : dans la région de Cuzco on en trouve des trapézoïdaux et des rectangulaires.
Laboratoire Moray Perou

Les billets sur ce voyage au Pérou :

Vous serez peut-être intéressé :

  • Pérou – Jour 06 : Le Nord de la Vallée Sacrée, Ollantaytambo
    Le lendemain de notre arrivée à Cuzco, départ à 5h du matin pour partir vers Urubamba (afin de partir avant la grève des transports, où toutes les rues de le ville auraient été bloquées). Ville située...
  • Pérou – Jour 09 : Cuzco et ses environs, Tambomachay, Puka Pukara, Quenqo et SacsayHuaman
    Après la visite du Sud de la Vallée Sacrée (même si Moray et Maras sont un peu au dessus de Urubamba), on passe notre avant dernier jour au Pérou. Le but est aujourd'hui de visiter les quatre sites ar...
  • Pérou – Jour 05 : Cuzco
    Après le lac Titicaca, arrivée à Cusco qui est la capitale de l'Empire Inca, avec tous les vestiges prometteurs d'autant de témoignages de cette civilisation (et notamment la trace de Pachacutec, le 9...
  • Pérou – Jour 01 : Arrivée à Lima
    A partir du 10 mai, Caroline et moi avons eu la chance de partir au Pérou pendant une grosse dizaine de jour (nous sommes rentrés le 21 mai à Paris). Pendant tout notre voyage, j'ai pris un certain no...
  • Pérou – Jour 07 : Le Machu Pichu
    On quitte Ollantaytambo par le train qui va nous amener au pied du Machu Pichu, soit donc dans la ville de Aguas Calientes (qui en fait s'appelle aujourd'hui Machu Pichu Pueblo), en 1h30 de trajet. No...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *