Jelastic se lance dans le domaine de l’hébergement d’applications Java, et concurrence Google AppEngine

[ 4 ] Commentaires
Share

J’ai découvert le service via ce billet, qui parlait de passer de Google AppEngine à Jelastic à cause d’un problème d’adaptation du code à la plateforme. Pas seulement pour AppEngine d’ailleurs. Dans le billet, les gars de Jelastic expliquent que le problème du PaaS actuel (en terme d’applis Java) c’est qu’il impose de fortes contraintes liées exclusivement à la plateforme. Et du coup, quand vous développez une appli sur ces plateformes, votre appli en devient dépendante. Jelastic propose de vous enlever cette épine du pied. Ils disent qu’en utilisant des softwares standards (qu’entendent-ils par là ?), vous n’avez plus à coder en fonction de la plateforme, mais en fonction des outils que vous aimez utilisez (de préférences ceux qui sont standard), et vous déploierez chez eux sans soucis.

Dans leur billet, ils citent Richard Bremmer, qui raconte qu’il aimait beaucoup Google AppEngine, mais que trop souvent il devait se plier à leur modèle de données. Or ce modèle, pensé pour la scalabilité (c’est du NoSQL sur une base appelée BigTable), lui imposait beaucoup de compromis, alors que pour certaines de ses données, il n’avait pas du tout besoin de scalabilité. Il explique qu’il est finalement sorti du giron AppEngine, pour se tourner CloudFoundry puis vers Jelastic. Or, chez Jelastic, pas d’environnement à installer : vous faites votre application de votre côté, avec vos outils (lui utilisait Tomcat/MySQL), et vous déployez ensuite chez Jelastic. A eux de s’adapter aux librairies que vous avez utilisé.

Et effectivement, on peut voir sur le site que le service prend en charge pas mal de :

  • JDK (versions 6 et 7),
  • serveurs (Jetty 6, Tomcat 6, Tomcat 7, GlassFish 3),
  • BDD (MariaDB, MySQL, PosGReSQL)
  • BDD NoSQL (MongoDB, CouchDB)
  • outil de configuration (Maven)

En front, ils proposent NGinx, et d’après ce que j’ai vu on peut activer 2-3 options comme le SSL, la Haute Scalabilité, etc…

Au passage, le service est en Beta pour l’instant, et ils l’annoncent comme gratuit.

Du coup, au final c’est un peu comme si vous aviez une plateforme As A Service, mais avec une configuration assez poussée. Vous choisissez d’un clic les composants de votre plateforme (en terme de nom de serveur/jdk/bdd), et Jelastic s’occupe du reste pour que le petit monde que vous avez choisit fonctionne ensemble. Sympa 🙂

Edit : Je sais pas du tout comment se porte leur service, mais je me dis qu’ils ont moyen de s’en sortir pas trop mal financièrement. Car en faisant payer certaines options assez ennuyeuses à mettre en place (SSL, Load Balancing, etc), ils peuvent trouver une vraie valeur ajoutée !

Vous serez peut-être intéressé :

4 commentaires sur ce billet

  1. Le principal problème relevé de Google AppEngine ne réside pas dans l’absence de base SQL (ce point est en passe de disparaitre d’ailleurs) mais dans le fait que l’implémentation de Java est très limitative. En effet il y a une whitelist des classes implémentées dans les VMs de Google. Toute application doit respecter cette whitelist pour pouvoir être portée sans encombre sur AppEngine.

    Au delà de ce point, pour profiter de la capacité de scalabilité horizontale d’infrastructures Cloud de type PaaS, il est nécessaire d’accepter certaine contraintes dans le design des applications. Pour cette raison Google favorise fortement l’usage de leur solution NoSQL afin de pouvoir déployer facilement l’application sur l’ensemble de son infrastructure en limitant la contention inhérente à l’accès aux données.

    Pour en revenir à l’environnement d’excution Java, Les fournisseurs peuvent faire tourner des environnements dénués de contraintes mais alors il ne faut pas espérer avoir la même élasticité puisque chaque VM se trouve alors être spécifique à l’application quelle doit faire tourner. L’aspect multi-tenant de l’environnement d’execution permet de mutualiser jusqu’à des couches très hautes de la pile applicative.

    Si on regarde quelques alternatives pour faire tourner des applications Java,
    Heroku a une approche très différente. En effet l’application n’est pas un conteneur J2EE classique mais dispose de son propre serveur embarqué (Jetty), une fois cette contrainte intégrée, il est alors possible de faire à peu près ce qu’on veut avec son application. Cette approche basée sur les Linux Containers (LXC) leur permet de faire tourner des environnements très différents (langages, middlewares) sur la même infrastructure.

    Les français de Clever Cloud ont à peu près la même approche, leur message est encore plus direct : « Mettez vos applications en ligne, on s’occupe du reste ».

    RépondreRépondre
  2. Louis dit :

    @Vincent Heuschling: Salut Vincent. Merci pour ton commentaire.

    Je trouve que Clever Cloud est plus proche de Jelastic que Heroku. L’avantage c’est vraiment que l’hébergeur intervient très peu dans la stratégie de développement. On développe ce qu’on veut, comme on veut, et l’hébergeur se charge de faire le boulot d’hébergement et de scalabilité. Et je crois que c’est là que va aller le marché : c’est un peu trop facile que l’hébergeur dicte la plateforme sur laquelle il veut que l’on soit (cf GAE), même si celle qu’il impose est correcte.

    RépondreRépondre
  3. Grooveek dit :

    Jelastic semble être un excellent produit. je suis en train de déployer une application dessus, et effectivement, la seule chose à faire est de changer la ligne de config pour la base de données 🙂 .
    Cependant, le produit n’est pas encore d’une stabilité extraordinaire et j’ai eu quelques problèmes. Je ne le conseillerai pas pour de la production
    Par contre, ils ont un support des plus réactifs, et c’est un super point pour eux. Le concept du : je prends mon war, je le déploie en HA en 5 minutes est extrêmement attirant et sera un atout auprès de certaines pme
    Il reste que pour une architecture mixte Web/différents backends , on ne peut pas tout déployer sous forme de WAR 🙂
    En tout cas, j’attends une version stable et je déploierai sûrement des webservices en production chez eux

    Une petite remarque en ce qui concerne le prix : ce n’est gratuit que pendant la période Beta. Les vrais tarifs vont être annoncés sous peu (ils parlent de fin février/début mars) et incluent un tarif de base à la AWS à l’heure de CPU/Mémoire (ce qu’ils appellent les cloudlets). Ils disent qu’ils ne seront pas chers, mais pour l’instant rien ne filtre.

    RépondreRépondre
  4. Louis dit :

    @Grooveek: oui, à voir niveau prix. Mais j’aime beaucoup leur façon d’aborder le marché (approche très peu impactante pour le client, qui reste maître de ses choix, tant qu’ils sont relativement standards). Les prix de AWS ne sont pas connus pour être exorbitants, donc si Jelastic s’aligne dessus (et qu’ils sont stables), ils ont moyen de percer !

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *