HP TouchPad puis RIM Playbook : les tablettes sont-elles réellement en train de sombrer ?

Donnez votre avis !
Share

Je lisais à l’instant un article sur Clubic qui expliquait que RIM allait sans doute faire comme HP avec la tablette TouchPad : brader les modèles actuellement déjà produits pour éviter tout naufrage supplémentaire. J’entendais aujourd’hui au boulot un collègue dire que ça sentait « le sapin » pour les boites type HP et RIM, pour qu’elles en soient réduites à brader ces tablettes (qui pourtant étaient annoncées comme des nouvelles mines d’or). Du coup, on se pose une question. A part l’iPad, naufrage ou pas naufrage du secteur ?

En parrallèle de HP et RIM, je pense qu’on oublie trop souvent de parler des concurrents, et je pense notamment à Samsung, qui s’en sort plutôt pas mal. Ils sortent en parallèle deux version de la Galaxy Tab (10.1 et 8.9 si je ne dis pas de bêtise), et d’après ce que je lis, ils ne comptent pas brader leurs modèles.

Peut-être que tout simplement, la « course aux tablettes » lancée par Apple se révèle bien plus difficile à suivre que celle des smartphones : les smartphones sont des objets de grande consommation (tout le monde en possède un), alors que tout le monde n’a pas forcément l’utilité d’un iPad ou d’une Galaxy Tab (même si je ne doute pas que ça va venir).

Comme je l’expliquais dans mon petit compte rendu sur ce que j’avais pu voir chez Samsung, les corréens semblent avoir compris que la fluidité et le design ne suffiront pas à vendre leur tablette comme des petits pains. Il va falloir se bouger un peu plus que ça. Il va falloir trouver les besoins que ces tablettes permettent de combler, et notamment dans le secteur professionnel (Samsung montrait ses partenariats avec Polycom et Sybase). Je pense qu’en attaquant le marché par cet angle, les tablettes Android peuvent très bien s’en sortir, même si je ne vois pas encore bien comment elles peuvent être un objet grand public.

Pour autant, je vois de plus en plus de gens (toute proportion gardée) dans les transports et dans les aéroports qui possèdent un iPad, comme objet de consultation du net, ou juste pour regarder des films. Bref, cela remplit finalement plus de la moitié des besoins du grand public pour son ordinateur personnel (besoins auxquels je rajouterai le stockage des photos provenant d’un APN, mais à ce niveau il faut reconnaître que l’iPad est derrière toute la concurrence en terme de tablette).

Bref, pour conclure, pour moi, la Playbook et la Touchpad ne sont que des erreurs de parcours, des produits lancés à la va-vite (même si il était effectivement bon de se lancer rapidement), ou en tout cas pas assez finis. L’iPad 1 avait le mérite d’être le premier de sa lignée chez Apple, mais également d’être correctement finalisé. A l’inverse, les TouchPad et Playbook manquaient de cette finition qui leur aura fait défaut dans un contexte trop concurrentiel. Leur mort commerciale est logique, même si pas irréversible pour leur marque. Il faut revenir mieux armé, mieux préparé, et avec des perspectives de croissances un peu plus solides que simplement basées sur les seules capacités de l’OS.

Vous serez peut-être intéressé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *