Google, Microsoft et Yahoo en discussions préliminaires pour racheter Hulu

[ 6 ] Commentaires
Share

D’après un billet sur le LA Times d’il y a quelques jours, Google serait en discussion préliminaire pour racheter le pionnier de la vidéo sur internet. Cette information émane d’une personne proche de l’affaire. Cette personne souhaite rester anonyme car les discussions sont confidentielles.

En réalité, Hulu a commencé a rencontrer depuis quelques temps déjà différents acheteurs potentiels. Parmi eux : Microsoft, Yahoo et Google. L’objectif est de faire monter les enchères entre les différents candidats. L’ouverture à la concurrence, pour le rachat de leur entreprise est le résultat d’une stratégie mise au point par les propriétaires de Hulu, après la proposition faite par Yahoo. Les conseillers financiers de Hulu, Morgan Stanley et Guggenheim Partners ont arrangé des rendez-vous avec des entreprises du domaine des médias, de la com et des technologies.

Les gros poissons de ces domaines cherchent à capitaliser la popularité éclatée du marché de la vidéo en ligne, afin de se positionner en termes de nombres d’utilisateurs. Les droits qu’Hulu a acheté cette saison ont attirés l’attention de Google. La présence de programmes populaires, auront attiré quelques 600 annonceurs, dont des marques importantes comme Mc Donald’s, Johnson & Johnson ou encore Toyota. En réalité le site espère générer à partir de son système d’abonnement et des ses revenus publicitaires environ 500 millions de dollars.

Google et les contenus pro

Google, dont la relation avec Hollywood a toujours été tendue, fait d’importants efforts pour ajouter du contenu professionnel à son panel de vidéos amateurs disponibles sur YouTube. Il a embauché des vétérans de l’industrie du film pour l’aider à se développer dans le domaine et gagner des parts de marché.

Yahoo se démène pour développer de plus en plus de contenu premium sur son portail. Microsoft a connu un grand succès en offrant un accès à un service d’abonnement vidéo en ligne (Netflix) ainsi qu’un accès à Hulu Plus depuis sa Xbox.

Ce qui intéresse les trois candidats, ce sont les licences des séries télé qu’Hulu à su acheter : Glee, « Modern Family » et le « The Daily Show with Jon Stewart. » L’intérêt des internautes pour ces séries a vite fait de propulser ce site de vidéo en ligne dans les premiers sites visités. Hulu ferait quelques 28 millions de visiteurs par mois.

Les deux entreprises derrière Hulu, Walt Disney Co. et News Corp. ont récemment renouvelé leurs licences afin de rendre Hulu encore plus attractif. Mais les nouveaux accords impliqueraient que les utilisateurs doivent prouver qu’ils payent le câble ou la télé par satellite, pour pouvoir regarder un épisode d’une série, un jour après sa diffusion à la télévision (faire d’Hulu une sorte de Catch-up TV). Autrement les utilisateurs devront patienter. Cependant ce nouvel accord restera lettres mortes si Hulu est bel et bien vendu.

Un porte parole d’Hulu s’est refusé à tout commentaire. Et un des portes parole de Microsoft n’a pas souhaité commenter immédiatement (Edit : ils ont décliné l’offre d’hulu) et en ce qui concerne les réactions de Google ou Yahoo, aucune n’a eu lieu pour le moment et aucun n’a pu être joint pour s’exprimer.

La vente d’Hulu permettrait à ses propriétaires de sortir les marrons des feux au bon moment, c’est à dire, au moment où leur service rencontrée le plus de succès. Car il va sans dire que Hulu n’a pas fait que des heureux et qu’il a générés des tensions entre les partenaires « traditionnels ». Les distributeurs câble et satellite n’arrêtaient pas de se plaindre qu’ils devaient payer un droit pour uploader des programmes sur Hulu, alors que ce dernier les diffusait gratuitement.

La vente d’Hulu permettrait aussi aux investisseurs de Providence Equity Partners, de faire un retour sur leur investissement de 100 millions de dollars.

Tony Wible, analyste chez Janney Capital Market, pense que les propriétaires d’Hulu cherchent à faire atteindre la même valorisation que Netflix quelques temps auparavant. Initialement, certains financiers avaient valorisé Hulu à plus de 2 millions de dollars.

Les compagnies hi-tech sont certainement prêtes à mettre la main à la poche pour acquérir du contenu original et attractif pour les grandes marques. Cependant, Microsoft, Yahoo ou encore Google n’achètent pas Hulu pour sa technologie, ils la maîtrisent tous. Non, Hulu les intéressent pour ce qu’il représente en termes de part de marché publicitaire et d’attractivité auprès des internautes. Cette attractivité est le résultat du catalogue de séries proposé et donc des droits de diffusion négociés. Autant dire que c’est un pari risqué, car le gagnant risque bien de n’emporter qu’une victoire périssable…

“Si vous avez ces contrats sur 10 ans, OK, ça laisse le temps pour créer un business,” explique Arash Amel, directeur de recherche chez IHS Screen Digest. “mais regardez ce que les boites de production sont en train de tenter de faire avec Netflix. Il vous aident jusqu’à ce que vous ayez du succès et puis vos fournisseurs s’arrangent pour prendre pour eux tout l’argent que vous arrivez à génerer ou alors ils tentent de faire fermer le service.”

— Jessica Guynn and Dawn C. Chmielewski

Vous serez peut-être intéressé :

6 commentaires sur ce billet

  1. Abcmoteur dit :

    Moi, ça ne me rassurent pas que les géants du secteur s’approprient encore un service d’envergure…

    PS : faute dans le titre : c’est « discuSSion » 😉

    RépondreRépondre
  2. Louis dit :

    @Abcmoteur: Merci, je corrige !

    RépondreRépondre
  3. Paterson dit :

    c’est dingue; comment le marchés du « web » rapporte et intéresse temps les spécialistes !!
    me demande; combien youtube génère pour le groupe Google?

    c’est quand même incroyable; j’ai impression qu’ont retourne dans la politique de l’autruche en terme de consommation numérique.. mais sous différente formes.

    Merci; pour ces bonnes news =)

    RépondreRépondre
  4. Louis dit :

    @Paterson: Pour Youtube, ça ne rapporte pas tant que ça à Google.

    ILs ont récemment atteint la rentabilité grace aux pub incrustées dans le vidéos mais ça a été dur.

    Le but de Youtube est de remplacer à terme les service de TV, très lucratifs.

    RépondreRépondre
  5. Paterson dit :

    Puis; surtout j’imagine possédait le monopole de la diffusion et donc des contrat avec les médias nan?

    RépondreRépondre
  6. DocDoctor1 dit :

    Avant d’entamer un traitement au Tab générique, vous devez avoir connaissance, de certaines informations importantes concernant ce générique. Chez un nombre réduit de patients, la prise de Tab générique peut, entraîner une perte subite de la vue. Même s’il n’est pas encore prouvé que le Tab générique – en est la cause réelle. Différents médicaments à base – de nitrate contiennent de la nitroglycérine (Nitrostat, Nitrolingual, Nitro-Dur, Nitro-Bid et autres), du dinitrate d’isosorbide (Dilatrate-SR, Isordil, Sorbitrate) et du mononitrate d’isosorbide. Le Tab générique est pris en général, une fois par jour. Un surdosage de ce médicament peut provoquer des effets secondaires graves. Les prises doivent être espacées de 24 heures. Cette quantité plus importante de GMPc entraîne un relâchement des muscles et l’augmentation de l’afflux sanguin dans le pénis. Avant d’entamer un traitement au Tab générique, vous devez avoir connaissance de certaines informations importantes concernant ce générique. Une phosphodiestérase de type 5 (PDE5), la principale isoforme de phosphodiestérase présente dans le pénis. Administré par voie orale. Dostinex est un agoniste des récepteurs dopaminergiques. Il fonctionne en bloquant la sécrétion de prolactine par l’hypophyse. Acheter Generique Online

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *