Google Docs fait un pas de plus vers le Gdrive

Donnez votre avis !
Share

Depuis l’année dernière, Google autorise l’upload, sur Google Docs, de fichiers de 250 Mo maximum. Ceci a eu pour effet de transformer un simple service d’édition en ligne de documents Word, Excel ou Powerpoint en une sorte d’espace de stockage en ligne. Depuis peu Google a modifié l’interface utilisateur de son service. Ces changements s’inscrivent dans le prolongement des précédents et Google Docs s’achemine maintenant à grand pas vers le « Gdrive », ce service de stockage en ligne longtemps attendu.

Les modifications de l’interface utilisateur du Google Docs touchent principalement au système d’exploration des fichiers stockés. Vijay Bangaru, chef produit Google, expliquait récemment que de plus en plus d’utilisateurs utilisaient Google Docs comme un espace de stockage de leurs documents et fichiers. C’est donc ce changement d’utilisation qui a conduit Google à revoir l’interface de son service, afin de répondre au mieux aux besoins de ses utilisateurs.

En effet, au cours des dernières années, les utilisateurs se sont mis à utiliser Google Docs comme service de stockage en ligne, ceci a eu pour conséquence de diversifier la nature des contenus de Google Docs. Si bien, qu’il est apparu nécessaire pour les équipes de Google de revoir le système d’exploration des fichiers et par là même, le principe de classement des documents.

Pour ce faire, le nouveau Google Docs intègre une miniature de vos images et vidéo, complétée par un mode preview et un player vidéo (annoncés il y a peu). De plus ce nouveau Google Docs se sera « Gmailifié », car l’interface utilisateur aura abandonnée le classement par « Dossiers » pour passer à un système de « Labels » et de priorisation des documents, à l’image de ce qui se fait sur Gmail. L’idée s’est qu’un documents puissent exister dans plusieurs dossiers simultanément, et qu’il puisse être partagé avec différentes personnes ou groupes.

Bref si vous souhaitez faire une visite guidée de ces nouvelles fonctionnalités et nouvelles logiques de fonctionnement, c’est là qu’il faut se rendre.

Via ReadWriteWeb

Vous serez peut-être intéressé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *