Désimlockage d’un iPhone : bonjour la simplicité… ou pas !

[ 3 ] Commentaires
Share

Je suis finalement parvenu à désimlocker mon iPhone, ce qui m’a permit de goûter un petit peu à la magie d’Apple, de son « all inclusive » et de sa simplicité légendaire. Voyez-vous, quand j’ai eu le gars d’Orange au téléphone (fort sympa, au passage), il m’a dit qu’avec Apple, point de procédure à suivre, on reçoit les instructions par mail, et tout est très simple, il suffit de le brancher à iTunes. Alors dans les faits, il faut le reconnaitre : désimlocker un iPhone n’implique pas a priori de procédure alambiquée, comme c’est le cas par exemple pour un Blackberry (différentes étapes que j’avais listé ici), mais il faut reconnaitre que la crémerie Blackberry a, pour le coup, quelques avantages.    

En effet, comment cela se passe pour un iPhone ?

Très rapidement, voilà comment on fait : après avoir eu le gars d’Orange au téléphone, vous recevez un mail, qui vous dit de brancher votre iPhone à iTunes, et de faire une restauration de votre iPhone.

Là où c’est très amusant, c’est qu’une restauration implique… une restauration. L’iPhone, en tout cas pour moi, m’a conservé mes comptes mails et mes SMS, mais pas mes MP3 (sans doute parce que ceux-ci n’étaient pas synchronisés automatiquement avec iTunes), ni ne m’a remis mes applications (pourtant celles-ci étaient synchronisées). Heureusement, les applications en question étaient toujours dans iTunes, donc il m’a suffit de passer un bon gros quart d’heure à les ré-importer sur mon iPhone, et un second gros quart d’heure à les re-ranger comme je l’avais fait au départ (attention, cette étape sous-entend que vous vous souveniez de la façon dont vous les avez rangées). Donc si on résume : restaurer son iPhone vous fait perdre quand même vos musiques (et sans doute les films que vous avez), ainsi que les applis, qu’il faut s’amuser à remettre (mais vous gardez vos parties pour les jeux, et les comptes pour les applis).

A l’inverse, un desimlockage de Blackberry (et c’est pareil chez Nokia dans mes souvenirs) implique certes une procédure un peu alambiquée, où on nous demande d’aller entrer un code dans un recoin du smartphone, MAIS on ne perds absolument rien en terme de données, en terme paramètres. Vous n’avez pas besoin de brancher le téléphone à un logiciel à votre ordinateur, pas besoin de réinstaller des applications, rien.

Donc très honnêtement, à choisir, je préfère la procédure Blackberry/Nokia, old school en somme, elle me permets de gagner du temps.

Vous serez peut-être intéressé :

3 commentaires sur ce billet

  1. voz dit :

    Je suis d’accord : trop d’intégration tue l’intégration.

    RépondreRépondre
  2. Louis dit :

    @voz: C’est très bien résumé 🙂

    RépondreRépondre
  3. Affirmatif ! « jusqu’où s’arrêteront-ils ? »
    moi j’ai choisi blackberry… aussi, Félicie je sais pas
    😉

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *