Amazon permet le prêt des eBooks : à quand la possibilité de les revendre ?

[ 2 ] Commentaires
Share

J’ai pu lire sur un billet de Korben qu’Amazon se mettait à autoriser le prêt de livres électroniques entre utilisateurs, avec certaines restrictions comme celles que l’on ne peut prêter un livre que pendant une durée fixe, et qu’une seule fois pour une personne, mais avec la règle que tout ebook prêté n’est pas consultable par la personne qui l’a prêté mais seulement par celle a qui l’ebook a été prêté, comme dans le monde physique avec des exemplaires papier.  

Même si cela semble assez bizarre, et anti-informatique, je pense que ce genre d’idée a de l’avenir. Je me souviens d’une conversation que j’ai eu avec un de mes anciens patrons : celui-ci me disait qu’il ne servait à rien d’inventer des nouveaux process, des nouveaux outils informatiques révolutionnaires. Il valait mieux regarder comment les gens procédaient sans outil informatique, et tenter de reproduire numériquement ce procédé. On y gagnerait de toute façon la rapidité informatique, soit donc le transfert des dossiers, les process accélérés car en un clic. Mais bref : l’informatique a son intérêt dans l’accélération du transit de l’information, pas dans autre chose.

Je vois en cette idée d’Amazon, celle du prêt de livres électroniques l’envie de reproduire le schéma habituel et physique du prêt de livre, et je pense que c’est une très bonne chose. Je pense que cela permettra a beaucoup de gens de se familiariser plus rapidement avec les livres électroniques, et in fine, de davantage les utiliser. Amazon y gagnera (au moins en terme « d’entreprise favorisant la simplicité des usages »). Et finalement, j’espère que, simplement en reproduisant ce qu’il se passe habituellement en prêtant un livre à un pair, Amazon s’y retrouvera financièrement. Ce serait un bel exemple.

Pour aller plus loin, Amazon pourrait également reproduire ou tenter de reproduire l’effet de vente d’un livre physique (même si malheureusement il sera difficile de reproduire l’effet d’usure d’un livre physique qui permet de dévaluer ou non le livre pour sa revente en occasion). Pour autant, j’imagine que, sur le même plan que ce qui a été fait pour le prêt, Amazon pourrait changer de propriétaire un ancien propriétaire qui revendrait tel ebook a telle autre personne, par exemple avec un prix par ebook réduit de 10 ou 20%. Ce qui ferait que la première personne a acheter l’ebook ne le revendrait qu’à 80% de son prix initial, la seconde à 60%, etc. Cette dévaluation progressive permettrait de créer un frein à la revente, comme celui qui existe pour la revente d’un livre papier. En effet, j’ai peur que sans frein à la revente autre que celui de ne plus posséder l’ebook, comme par exemple si tel personne revendait son ebook à 100% de son prix initial (la lecture ne lui aurait rien coûté, du coup, puisqu’il revendrait l’ebook au même prix que celui auquel il l’aurait acquit), le marché de la vente d’ebook « neufs » diminuerait progressivement. Et je ne suis pas sûr que c’est ce mode économique que souhaite Amazon (ni les ayants droit !).

Vous serez peut-être intéressé :

2 commentaires sur ce billet

  1. Paterson dit :

    héhé; drôle manière de « reprendre » l’information :
    http://www.korben.info/amazon-autorise-le-pret-des-livres-electroniques.html#comment-210031

    si non, belle idée de leurs parts; quand ont sait que tout ce numérise..
    bientôt ont arrivera à une vie 90% numérisait; mais la question est;
    où est-ce qu’ont s’arteras face aux numériques ??!

    Aller bonne année 2011;
    bonne et agréable soirée.

    C.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *