Quand les géants du logiciel écrasent les startups

[ 1 ] Commentaire
Share

“Et si Google se met à le faire ?” Cette question, beaucoup de startups doivent se la poser, quand elles discutent de leur business plans, devenir le concurrent de Google n’étant pas vraiment une bonne nouvelle. Le problème c’est que peu importe la qualité ou la pertinence du service que vous souhaitez développer, il y aura toujours un nuage à l’horizon. Dans le monde des nouvelles technologies, des géants existent (Google, Microsoft, Apple et maintenant Facebook) et qu’ils peuvent briser votre création à tout moment, en sortant un service similaire.    

Or, cela arrive tout le temps.

L’histoire de géants qui s’appuient sur les plus petits :

Lorsqu’un de ces géants entre en concurrence avec vous en lançant un service similaire, cela n’est pas forcément la mort assurée, même si il faut bien l’admettre : vos heures de gloire sont bien terminées et votre service aura beaucoup de mal à se développer plus qu’il ne l’est. Voici quelques exemples de services qui n’ont pas tenu le coup face à l’arrivée dans leur domaine d’un de ces géants.

  • Microsoft Internet Explorer vs. Netscape Navigator. Dans les années 90 le navigateur de Netscape était le « roi » des navigateurs. Puis Microsoft a lancé Internet Explorer, un navigateur gratuit et fourni par défaut avec Windows. Son développement rapide a chassé Netscape du marché des navigateurs, puisqu’Internet Explorer possédait 90% des parts de ce marché. Cet état de fait est resté le même jusqu’à ce que Firefox débarque sur le marché.
  • Google Maps vs. Mapquest. Vous vous rappelez de Mapquest ? Il s’agissait du service de cartographie que tout le monde utilisaient avant l’arrivée de Google Maps. Maps a rapidement pris le dessus et a complètement occulté ce concurrent.
  • Apple Dashboard vs. Konfabulator. Quand Apple a lancé son Dashboard, donnant à Mac OS X la possibilité de supporter les Widgets, ils ont remplacé Konfabulator, qui était une plateforme de développement de Widgets appartenant à Yahoo!.
  • Google Analytics vs. startup faisant des web stats. Quand Google a racheté Urchin, un des leaders du marché des statistiques internet, c’est toute l’industrie du secteur qui a commencé à paniquer. Et ils ont eu raison de s’inquiéter. Google a eu vite fait de s’approprier les services d’Urchin pour les améliorer et ajouter des fonctionnalités supplémentaires. Aujourd’hui Google Analytics est le service de statistiques internet (de loin) le plus utilisé.
  • Apple iTunes vs. startups de podcasting. Avant qu’Apple ne débarque en ajoutant la fonctionnalité podcast à iTunes, il y avait un certain nombre d’entreprise qui tentaient de percer sur ce marché du podcast. Mais dès l’arrivée d’Apple sur le domaine, tout s’est effondré pour ces dernières.

Il y a bien sûr plein d’autres exemples, si vous en avez d’autes n’hésitez pas.

De nouvelles acquisitions en vue ?

Certains des exemples ci-dessous pourraient bien rejoindre la liste des entreprises rachetée par des géants.

  • Goo.gl vs. Bit.ly. Le lancement par Google de son service de raccourcicement d’URL Goo.gl, n’a sûrement pas été reçu comme une bonne nouvelle pour Bit.ly. Ceci dit cette dernière n’a pas l’air d’en avoir trop souffert jusqu’à présent. Cela risque changer avec Twitter qui utilise de plus en plus son raccourcisseur d’URL, t.co.
  • Microsoft Security Essentials vs. entreprises faisant des anti-virus. Le marché principal des éditeurs d’antivirus se fait avec les utilisateurs Windows. Or depuis un certain temps Microsoft propose un antivirus gratuit à ses utilisateurs. Les éditeurs de logiciels antivirus doivent commencer à percevoir les effets de cettte politique de Microsoft car ils ont conjointement et officiellement commencé à se manifester à l’encontre de Microsoft.
  • Facebook vs. Foursquare & Gowalla. Facebook a commencé récemment à proposer à ses utilisateurs des services géolocalisés. Or avec son énorme base d’utilisateurs interconnectés, il ne faudra pas attendre longtemps avant que Foursquare et Gowalla ne deviennent redondant et donc inutiles.
  • Microsoft & Google & Apple vs. Mozilla Firefox. En ce moment, la guerre fait rage au niveau des navigateurs internet. Mozilla Firefox est le deuxième navigateur le plus répandu dans le monde. Aujourd’hui il doit faire face à trois des géants cités plus haut. Tiendra-t-il le coup ?

Ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle

Quand un « gros bonnet » vient s’introduire sur votre territoire, cela ne veut pas forcément dire que c’est la fin des harricots pour vous et votre société. Cela attire parfois le feu des projecteurs sur votre produit. Parfois ces géants ne peuvent rivaliser avec votre produit, même si cette affirmation peut paraître des plus étonnantes, ça arrive. Une petite start-up qui est concentrée sur son seul produit peut faire face à une grosse entreprise qui viendrait détacher une équipe de développeurs sur le sujet. La différence entre les deux ? L’engagement dans le projet. Dans le premier cas, vous développez, pour vous donc l’attention portée aux choses est plus grande (même si les moyens financiers ne suivent pas toujours) que si la seule motivation des développeurs sont leurs primes de fin d’année.

La décision de Google de fournir un service de DNS gratuit aux internautes ne semble pas avoir affecté les services comme OpenDNS. Il se pourrait même que cela ait élargi leur base d’utilisateurs, car les remous médiatiques de l’entrée d’un géant comme Google dans ce secteur les a fait connaître à un plus large public.

En fait le problème survient surtout quand une entreprise propose un service payant, certes très développé et complet, alors que le poids lourd propose un service similaire (parfois un peu plus brouillon) gratuit.

Essayer d’anticiper, et de ne plus vous inquiéter sur le moment présent

Si vous êtes sur le point de lancer un nouveau produit, vous allez sûrement être tenté de regarder ce qui se fait du côté des poids lourd du secteur. Cette envie est légitime, vous vous inquiétez de savoir si vous aller être dépassé ou non, car il est clair qu’entrer en concurrence avec un Google, un Facebook ou un Apple d’entrée de jeu n’est vraiment pas le bon plan pour une start-up. Mais d’un autre côté, cela risque de vous paralyser et de vous empêcher d’agir.

Peut-être que la meilleure de chose à faire, c’est de se laisser guider par ses envies, ses passions sans se préoccuper de ce que d’autres vont proposer. Il y aura toujours une part de risque dans tous ce qu’on entreprend, et au vue de la largeur du champ d’expérimentation il n’y a aucun domaine dans lequel vous soyez à l’abri d’un poids lourd.

Via PingDom

Vous serez peut-être intéressé :

Un commentaire sur ce billet

  1. Goupil dit :

    Enfin qu’il y ait un leader important ne veut pas dire que les autres ne peuvent pas exister. Cela dépend de la taille du marché et du positionnement choisi.
    Entre l’idée, le business plan présenté à des investisseurs, et finalement ce qu’on vend, la distance est énorme à chaque fois.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *