Pourquoi Google tourne autour de Groupon ?

[ 5 ] Commentaires
Share

Les rumeurs concernant l’acquisition de Groupon par Google commencent à se faire de plus en plus précises et sérieuses. En début de journée d’hier la rumeur laissait entendre que le rachat se ferait pour 2.5 milliards de dollars, ce qui est un prix bien trop bas pour une entreprise comme Groupon. En fin de journée, on était plutôt à un prix aux alentours des 5-6 milliards de dollars. Quoiqu’il en soit, il est clair que si cette acquisition se fait, elle sera la plus importante réalisée à ce jour, éclipsant ainsi le rachat de DoubleClick, pour 3,1 milliards de dollars et de YouTube, pour 1.65 milliard.

Quelqu’en soit le prix, Erick Schonfeld sur TechCrunch pense qu’il est intéressant de se demander pourquoi Google veut racheter Groupon : qu’est-ce qui l’intéresse dans cette entreprise ? Groupon est essentiellement un site de commerce en ligne, qui propose chaque jour des promotions que ses utilisateurs peuvent retrouver aussi bien dans leurs commerces de proximité que dans des grandes chaînes. Or comme chacun sait Google n’est pas vraiment un expert de l’e-commerce, on va dire qu’il a besoin de progresser dans ce domaine. Ceci dit 5 milliards de dollars, ça représente quand même une sacrée somme pour se lancer dans un domaine encore très inconnu pour les équipes de Google. Mais bon, Google semble vouloir à tout prix acquérir le leader de ce marché très prometteur, bien qu’encore naissant. Peux-être que la volonté et stratégie actuelle de Google est d’acquérir tout ce qui « compte » sur Internet. C’est-à-dire tout ce qui est amené un jour à dominer son segment de marché.

Le commerce de proximité est une des opportunités pour laquelle Google réuni le plus d’atouts possibles, afin de réussir sa prise de position dans le secteur. Google Places prend de plus en plus de place dans les recherches de « proximité ». Par ailleurs la Vice-Présidente Marissa Mayer a récemment changé de position pour passer du Département « Recherche » au Département « Services de proximité ». Or elle est aussi connue pour être une grande fan de Groupon, la coïncidence est donc assez heureuse… (Note de Louis : d’ailleurs, à l’époque de son « transfert », les gars de TechCrunch avaient émis l’idée que ce serait une possible sanction pour elle ; mais aujourd’hui il semble qu’au contraire, c’était vraiment une promotion, visant à préparer l’arrivée de Google dans la grande bataille des services sociaux et localisés).

Mais ce qui rapproche le plus Google de Groupon, c’est son business plan, fondé sur la performance. Comme Google avec son système de liens commerciaux et de mots clefs, Groupon ne se fait pas payer d’avance par les commerçants. Ceux-ci ne payent qu’une fois les clients dans leurs murs. En distribuant en ligne des coupons de réductions valables dans les commerces de proximité, Groupon a su trouver le maillon manquant entre le web et les commerces traditionnels et à amener les clients dans leurs commerces avoisinants.

Google pourrait commencer par faire ressortir les coupons de réduction de Groupon dans les recherches sur Google Maps. La possibilité d’ajouter des offres promotionnelles sur leurs Google Adresses ajouterait de l’intérêt pour les commerçants. Le plus gros challenge pour Google sera de gérer la problématique de l’échelle et de gérer les effets de seuils. En effet il faudra faire la différence entre les entreprises capables de proposer plusieurs centaines d’offres par jours et celles plus modestes qui n’en présenteront qu’une dizaine. Groupon avait d’ailleurs instauré à ce sujet une obligation de chiffre de vente pour pouvoir bénéficier du service. Or le problème, c’est que plus la notoriété du service grandit plus il est difficile de suivre ce type de raisonnement, Google devra donc faire preuve de créativité pour appréhender ce problème sans se rater, si d’aventure le rachat se faisait.

Vous serez peut-être intéressé :

5 commentaires sur ce billet

  1. voz dit :

    Excellent article 🙂

    RépondreRépondre
  2. Marie dit :

    Merci pour ces éclaircissements car effectivement je m’interrogeai concernant l’objectif de cette futur acquisition !

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *