Google s’intéresse de près aux puces NFC et aux porte-monnaie électroniques mobiles

Donnez votre avis !
Share

J’étais il y a quelques semaines à Hambourg, en Allemagne, et j’ai pu mesurer là-bas à quel point nous avons de la chance en France sur au moins un aspect : celui de la facilité de payer par carte bancaire. En France, beaucoup de gens (moi le premier) n’ont pas une once de petite monnaie sur eux : ils paient tout par carte bleue. Et les commerçants s’adaptent, à tel point que cela devient un standard. En Allemagne, ou au moins à Hambourg, les gens apprécient beaucoup de payer par monnaie sonnante et trébuchante, ce qui fait que peu de commerçants sont équipés de lecteurs de carte bleues, ou certains sont équipés de pseudo-lecteurs (ne lisant qu’un seul type de carte, genre les cartes Monéo locale), donc ce n’est pas fantastique. D’où l’intérêt que je porte aujourd’hui sur les innovation du côté des puces NFC que les grands constructeurs veulent mettre dans leurs smartphones (le Google Nexus S en tête, mais on peu également regarder du côté de Square), ce qui permettra à chacun de devenir soit-même une carte bleue (au moyen d’un Square) ou de payer juste avec son smartphone (via les puces NFC).

Ci-dessous, des puces NFC Samsung.

Tout ça pour dire que les puces NFC ont reparu dans les médias récemment, avec un article de BusinessWeek, disant :

Google est en train d’envisager de créer un service de publicité et de paiement qui permettraient aux utilisateurs d’acheter du pain ou du lait simplement en collant ou en bougeant leur smartphone devant une « caisse numérique », selon deux personnes proches du dossier. Le service pourrait débuter dès cette année, disent-ils, sans vouloir dévoiler leur identité car le service n’a pas encore été annoncé. Le service est basé sur la technologie NFC qui peu échanger des informations sans fil jusqu’à une distance d’environ 15 centimètres.

[…] Une simple puce NFC sur un téléphone mobile pourrait stocker les informations de paiement de l’utilisateur, ses cartes de crédit, ses coupons de réduction. Les utilisateurs pourront également faire des achats directement depuis leur smartphone sur le web. En scannant un poster de cinéma, par exemple, un utilisateur pourrait lire les avis du ce film, et utiliser le service de Google pour acheter des places de cinéma pour ce film.

L’article parle aussi de l’intérêt que porte Paypal pour ces puces NFC, en disant que Paypal pourrait lancer ce type de service d’ici la deuxième moitié de 2011.

Google, Paypal, Apple et toutes les grosses entreprises veulent que les porte-monnaie mobiles deviennent une réalité. Mais un grand nombre de choses ont besoin d’être clarifiées avant que ces services fonctionnent. Les puces NFC doivent d’abord être dans tous les smartphones (alors que pour l’instant, seul le Nexus S en dispose), et les commerçants doivent s’équiper de récepteur NFC, ce qui est plutôt cher (quelques centaines de dollars quand même !), et donc, comme pour les équipements en carte bleue, les commerçants pourraient trainer des pieds pour s’équiper.

Du côté de Square

Parallèlement, Square, la société de Jack Dorsey qui propose un petit cube blanc qui lit les cartes bleues, semble se porter très bien. TechCrunch disait en novembre dernier qu’après 10 mois de Beta privée (limitée à 50000 utilisateurs), Square avait finalement ouvert ses portes au public. Actuellement, la startup a des applications pour iPhone, iPad et Android, et alors qu’elle sort de sa phase de Beta-test, elle donne un chiffre impressionnant : Square fait transiter 1 millions de dollars chaque semaine.

Pour l’instant, les plus gros utilisateurs de Square sont les petites entreprises, les travailleurs indépendants et les petits commerçants. La technologie ne nécessite qu’un petit scanner de carte de crédit qui se branche dans la prise Jack (celle du casque audio de son smartphone). Le petit scanner et l’application sont gratuits, mais Square se rémunère en prenant un petit pourcentage de chaque transaction (2.75%).

Bref, grâce à cette startup et à la technologie NFC, j’ose espérer que d’ici quelques années nous n’auront plus à nous encombrer de pièce de monnaies aussi sales que lourdes et peu pratiques. Vivement l’ère du tout numérique en terme de paiement !

Vous serez peut-être intéressé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *