Avec la carte SIM intégrée, Apple pourrait bien faire un faux-pas, ou alors toucher le jackpot

[ 19 ] Commentaires
Share

Dernièrement, GigaOM a sortit la rumeur selon laquelle Apple étudierait la possibilité de souder la carte SIM au smartphone, dans le but d’abord de gagner en place, et ensuite de pouvoir s’immiscer un peu plus dans le milieu des opérateurs de téléphonie mobile. Fabrice Epelboin a fait un long billet expliquant ce qu’il pensait des futurs changements et notamment des forces en places qui lutteraient les unes contre les autres dans le futur (voir le billet, reproduit ci-dessous). Cela m’a inspiré quelques réflexions.    

D’abord, il n’est pas étonnant que Apple se montre chaque jour un peu plus agressif envers les opérateurs de téléphonie mobile. Souvenons-nous : Apple avait déjà mis un coup de couteau dans l’entente cordiale en proposant les appels par Wifi (FaceTime). J’avais expliqué longuement pourquoi lors de la sortie de l’iPod Touch de dernière génération et j’avais expliqué les multiples différences de la potentielle stratégie d’Apple pour l’iPod Touch par rapport à l’iPhone.

Ensuite, il se pourrait qu’Apple commette un faux pas envers les opérateurs, et se les mette tous à dos, pendant que Google, qui a déjà fait cette erreur (souvenez vous : Google voulait « donner » le Nexus One débloqué pour 99$, mais les opérateurs téléphoniques l’en ont dissuadé), profite du désamour des opérateurs envers Apple pour faire grandir encore les parts de marché d’Android. Google s’y ai essayé, sans succès : à voir si Apple tentera sa chance de la même façon, ou fera les mêmes erreurs…

Cela dit, je pense qu’Apple joue là un gros coup de poker, mais sait que la base de clients est assez forte pour le sauver, et permettre enfin d’arrêter le cinéma que font les opérateurs à nous refiler une nouvelle carte SIM à chaque fois que l’on change d’abonnement/d’opérateur. Quoi qu’il arrive, de toute façon, je reste persuadé que Google,  Apple et Facebook sont les opérateurs téléphoniques de demain. Quand je vois la malhonnêteté des prix et conditions des contrats chez certains opérateurs (l’Illimité limité, l’Internet par Orange, etc), je me dis que la situation ne peut de toute façon pas être pire.

Donc j’attends de voir. La plus belle chose que je pense qu’il arrivera (enfin j’espère), c’est qu’Apple réussisse son pari, et soit précurseur de tout un mouvement de suppression de ces cartes SIM chez tous les autres constructeurs. Dans l’idéal, d’ici moins de 5 ans, tous les téléphones auraient leur carte SIM intégrée, et le prix des communications baisserait drastiquement (au profit d’autres services payant : j’ai de gros doutes quant à une baisse du prix moyen de la facture téléphonique et je fais entière confiance aux commerciaux pour inventer d’autres biais de services et de paiement).

Le billet de Fabrice Epelboin sur RWW FR (licence Creative Commons) :

Apple au secours de la neutralité du net ?

Ecrit le 01 novembre 2010 par Fabrice Epelboin
Les révélations dans GigaOM d’une alliance Apple/Gemalto destinée à intégrer aux futurs iPhones de nouvelles cartes SIM reprogrammables qui mettent Apple en position de MVNO mondial, lèvent le voile sur l’une des plus grandes batailles industrielles du secteur high tech des prochaines années. (full disclosure : Gemalto a fait appel à moi pour faire la keynote d’ouverture de son cycle de conférence « Identité numérique : risque ou liberté » à la Cantine le 9 novembre prochain).

Aujourd’hui, la distribution d’un modèle de téléphone portable passe par un goulot d’étranglement, celui des réseaux de distribution des opérateurs (lié à leur modèle économique du subventionnement de l’appareil). Sans accord avec au moins l’un d’entre eux, pas d’accès au marché pour les fabricants tels que Nokia, Samsung, Sony-Ericsson, mais également Apple et Google.

Cette contrainte pourrait bien devenir rapidement de l’histoire ancienne pour Apple, pour qui Gemalto, un géant de la sécurité informatique, a développé une carte SIM spéciale, scellée dans l’appareil, susceptible d’être flashée après l’achat d’un mobile, afin permettre au téléphone de se connecter à un réseau ou un autre. Pire encore (pour certains), changer d’opérateur pour faire jouer la concurrence serait particulièrement facilité, et pourrait se faire – techniquement – en quelques clics. Si le pari réussi, c’est la promesse d’une relance spectaculaire de la concurrence entre opérateurs sur l’internet mobile et d’une chute spectaculaire des prix.

Ainsi armé, Apple pourrait vendre seul, via son réseau de distributeurs, ou en ligne, ou dans ses Apple Stores, ses iPhones et ses iPads3G. Il pourrait également pré-équiper tous ses portables afin de leur donner la capacité de se connecter en 3G en achetant des unités dans iTunes, par exemple. Ses clients pourront choisir leur opérateur après leur achat, en quelques clics, et pour peu que les contrats proposés par certains opérateurs ou mvno le permettent, en changer sur un coup de tête.

Cette position de MVNO mondial est un atout marketing et commercial unique, que Google, pas plus que les autres acteurs du marché, ne peuvent égaler. Vous vous en doutez, la carte SIM miracle de Gemalto qui permet de redéfinir le marché des opérateurs mobiles doit être protégée de toutes parts : brevets, et exclusivité (un coup dur pour Orange, qui jusqu’ici a toujours plaidé pour ce genre de choses). Les opérateurs,de leur coté, font, selon Le Monde, d’énorme pressions sur Gemalto chez qui ils se fournissent en carte à puce.

On peut compter sur le marketing d’Apple pour faire de cet atout une véritable barrière à l’entrée sur un marché qu’ils s’apprêtent, une fois de plus, à redéfinir.

Orange, SFR, et d’autres grandes maisons telles que ATT, Verizon, Deutsche Telekom, Vodafone et Telefonica ont été convoqués à Cupertino afin de se faire expliquer par Steve Jobs à quel sauce ils allaient être mangés. Selon Les Echos :

Dans le monde selon Steve Jobs, les opérateurs ne sont guère plus que des responsables de la maintenance d’un réseau de tuyaux, doublés de banquiers qui pourraient subventionner son téléphone.

Neutralité du net sur les réseaux mobiles : changement de paradigme ?

Alors que beaucoup pensaient la Neutralité du Net condamnée – au minimum – sur les réseaux mobiles, voilà qu’Apple, en annonçant un renouveau de la concurrence entre opérateurs, en fait un potentiel avantage concurrentiel. Si la communication sur la Net Neutralité est réussie, et que, comme pour Hadopi, il se détache clairement des voix d’experts, susceptible de distribuer le bons points et de désigner les moutons noir, l’équation de la net neutralité serait re-écrite en profondeur.

Le plus ironique dans l’histoire serait de voir un acteur connu pour ses technologies propriétaires et sa vision plutôt fermée de l’informatique, Apple, venir au secours de la neutralité du net. Pour être vraiment honnête, ce secours porté à une juste cause n’est très certainement qu’un effet secondaire d’une gigantesque bataille industrielle qui s’annonce.

Des logiques industrielles antagonistes

Là où Apple continue dans l’intégration verticale destinée à concentrer la valeur sur le hardware, quitte à vider de sa substance la valeur jusqu’ici apportée par les contenus, les opérateurs internet et mobile, eux, sont dans une autre logique d’intégration verticale, parfaitement incompatible avec la vision d’Apple, celle de la fusion de l’industrie des contenus et des opérateurs internet. SFR-Vivendi en tête, avec Orange pas loin (rachat de TF1 en vue ?), nulle part mieux qu’en France ne s’illustre cette stratégie industrielle.

Cette logique d’intégration des contenus et des tuyaux, que redoutent tous les partisans de la neutralité du net, est déjà une réalité chez nous. SFR + Vivendi, ainsi que les mouvements en cours chez Orange, sont une parfaite illustration de cette vision particulière des NTIC, radicalement opposée à celle d’Apple.

Pour mémoire, la relation avec le consommateur était évoquée ainsi par Didier Lombard, ex grand patron d’Orange, lors d’un récent entretien avec Forbes :

« Notre atout principal, c’est notre relation avec les consommateurs »

Les deux coalitions, Apple-Gemalto d’un coté, les industriels tuyau/contenus de l’autre, sont désormais engagés dans une guerre titanesque, et surprise, l’Europe est le territoire qu’à choisi Apple pour livrer sa première bataille. Ca va saigner.

La France a toutes les chances d’être au centre de cette bataille. Les opérateurs y ont (pour beaucoup) une image déplorable et Apple y possède une fan-base très forte. Apple et ses alliés ont beaucoup à gagner de la situation hyper conflictuelle qui oppose l’Etat et les entreprises qu’il (ou qui le) contrôle à une masse sans cesse grandissante d’internautes effrayés par les perspectives offertes par Hadopi.

Les partisans du Net Libre verront certainement dans Apple un allié parfaitement incongru, mais comme ils sont en ce moment sous le feu nourri de la guerre que leur livre l’Etat, tout renfort devrait être le bienvenu. Les ‘intégristes’ répliqueront que cela consiste à choisir entre la peste et le choléra, la réalité est plus nuancée. Au minimum, il s’agit en fait de choisir entre la peste, qui met quelques années à dévaster un territoire, et ébola, qui extermine tout en une semaine. La peste à l’avantage d’offrir un sursis.

Vous serez peut-être intéressé :

19 commentaires sur ce billet

  1. PatatoOor dit :

    Bien au contraire encore un joli coup d’Apple, qui profite de son avance et de sa base de clients pour imposer ses dictats aux compagnies mobiles qui se sont bien engraissées sur nous depuis des années, avec entente bien entendu.
    Il ne faut avoir aucune pitié pour eux.
    Quant à Apple ils sont assez forts techniquement, commercialement, en terme marketing et d’image de marque et surtout financièrement pour mettre un énorme coup de pied dans la fourmilière.
    Il ne faut pas oublier qu’ils ont un « trésor de guerre » de plus de 50 milliards de $ (si je ne m’abuse, en tout cas quelque chose d’énorme) qui pourrait leur permettre de faire un peu ce qu’ils veulent.
    Pour revenir sur un thème récurrent je ne pense vraiment pas que l’objectif de Jobs soit d’amasser le plus d’argent possible, bien que ce soit un signe de réussite aux USA et pas négatif comme ici, Il est déjà immensément riche, il l’a déjà été et a déjà tout claqué quand il a du se remettre en question alors qu’il aurait déjà pu vivre une retraite dorée, mais surtout d’imposer ses idées (qu’il estime bien meilleures que celles des autres, à tort ou à raison) et changer le monde, à sa façon.

    RépondreRépondre
  2. Louis dit :

    @PatatoOor: Attention, je n’ai pas dit qu’Apple allait se planter.

    J’ai dis, en gros, qu’ils risquaient de rencontrer les même problèmes que Google, qui était pourtant également pourvu de pas mal de cash et d’une grosse puissance marketing.

    Donc j’ai peur que la fourmilière soit tros grosse pour pouvoir être bougée, même si je le souhaiterais !

    Et pour ce qui est de faire de l’argent grâce aux SIM intégrées, non, je ne crois pas également que ce soit l’objectif premier. Je pense que c’est davantage un soucis de place (Apple perd de la place avec le « tiroir » à carte SIM, alors que ce serait facile à intégrer dans le téléphone, et ça ne prendrait alors qu’une place infime), et dans un soucis de simplicité également pour l’utilisateur : si le forfait se choisit directement sur l’AppStore, alors prendre un forfait sur iPhone sera plus simple que de le faire sur un autre tel.

    RépondreRépondre
  3. sevijc dit :

    « imposer ses dictats aux compagnies mobiles qui se sont bien engraissées sur nous depuis des années ». quand on voit les profits de Apple, ses marges, le prix de fabrication de l’iphone et le prix auquel ils le vendent nu, plus de 600 euros, on se dit que les opérateurs ne sont pas les euls à nous prendre pour des moutons. d’ailleurs qui accepterait de payer plus de 600 euros pour un téléphone nu? ce n’est qu’une ficelle ou plutôt un cable de Apple pour faire pression sur les opérateurs.

    RépondreRépondre
  4. sevijc dit :

    « mais surtout d’imposer ses idées (qu’il estime bien meilleures que celles des autres, à tort ou à raison) et changer le monde, à sa façon.  » toi tu es mur pour rentrer dans une secte!

    RépondreRépondre
  5. sevijc dit :

    vous avez adoré microsoft et ses abus de position dominante, vous adorez apple!

    RépondreRépondre
  6. PatatoOor dit :

    Cher Sevijc,

    Tout d’abord il serait de bon ton de ne pas spammer les commentaires, un seul post suffit, surtout pour exprimer des idées aussi courtes.
    Ensuite, Apple a bien le droit de vendre ses produits au prix qu’ils veulent tu n’es en rien obligé d’acheter leur produits et tout le loisir pour aller chez un concurrent.
    Ce qu’il est impossible de faire chez les opérateurs téléphoniques puisque ceux ci s’entendent sur leur prix (elevés) et leurs offres (opaques).
    Enfin, évite de m’insulter en trollant, ma citation que tu critiques dans ton second commentaire est argumentée, peut être que je me trompe mais je ne balance pas d’affirmation en l’air comme tu viens de le faire.
    Merci de rester poli et d’apporter des informations concretes et argumentées à tes commentaires de façon à ce que nous puissions débattre sereinement.
    Comparer le prix de fabrication d’un objet sans integrer des paramètres comme la recherche, la publicité, les différents investissements qu’ils peuvent faire est assez peu révélateur.
    Et s’ils font des bénéfices c’est qu’ils vendent des millions d’exemplaires de leurs produits et certainement qu’ils sont en avance dans certains domaine que la concurrence a ou a eu du mal à rattrapper, pouvant ainsi se permettre de vendre plus cher car personne ne propose d’équivalent.
    Tous les téléphones vendus en France sont beaucoup plus chers à l’achat nu qu’avec abonnement.
    Avec ce dernier l’iPhone ne coûte pas plus cher qu’un autre.
    Comment parler de position dominante d’Apple alors qu’il y a une bagarre féroce entre Apple, Microsoft, Android, RIM, Palm, … Et que Google va dominer ou domine déjà le marché avec Android ?
    Au contraire nous sommes dans une période de créativité extrême que l’on avait pas connu depuis des années et qui avait été perdu avec la domination Microsoft dont on voit bien qu’ils ont perdu l’habitude de se frotter à la concurrence.

    RépondreRépondre
  7. PatatoOor dit :

    Pour répondre à ta critique penses tu vraiment qu’un homme qui était déjà millionnaire à 30 ans, qui a quitté la société qu’il a crée car il ne pouvait plus imposer ses idées, qui a investi toute sa fortune pour créer NeXT(un échec commercial) et racheter Pixar(une réussite), au risque de tout perdre, qui a repris les rennes d’Apple au bord de la faillite et en a fait une des entreprises les plus innovantes et rentable au monde avec Google, qui est désormais milliardaire mais qui se déplace en Mercedes (pas besoin d’être milliardaire pour ça) et dont la garde robe est peut être la plus banale qui soit, soit vraiment quelqu’un qui court après l’argent ?
    La mentalité américaine n’est absolument pas la même que la notre, et faire des bénéfices est plus un signe de réussite entrepreneuriale qu’une démonstration d’obtention d’un statut social.
    Depuis 30 ans la ligne de conduite de Jobs est toujours la même, proposer des produits simples, esthétiques, ergonomiques et ou l’utilisateur prendra du plaisir, comme lui semble le concevoir, et comme il semble penser que le public souhaite, avec succès semble t il.
    Le prix n’est jamais vraiment rentré en ligne de compte et les produits Apple que ce soit pour des raisons économiques ou marketing ont toujours été, relativement, chers.
    Je ne vois absolument pas Jobs comme un gourou, je loue simplement sa vision des choses qui se rapproche de la mienne, son envie de faire avancer les choses hors des sentiers battus et ses prises de risque.
    Et personnellement je préfère qu’ils continuent de faire ce qu’ils font actuellement sur une petite part de marché plutôt que de vouloir satisfaire le plus grand nombre en perdant de leur personnalité.

    RépondreRépondre
  8. sevijc dit :

    @PatatoOor:

    ce n’est pas la publicité qui va les ruiner, vu qu’à la moindre rumeur que peut-être Apple aurait envisagé la possibilité de un eventuel projet, tous les médias en parle. au point même que beaucoup de gens croient que Apple est l’inventeur de la tablette internet alors que cela existait avant. si un jour ils vendent une télé, ils seront décrétés inventeur de la télévision.

    RépondreRépondre
  9. sevijc dit :

    @PatatoOor:

    quand ils ont vendu leur premier iphone révolutionnaire, il n’était même pas 3G alos qu’il existait déjà plein de modèles 3G! s’il y a un domaine ou ils sont meilleurs que les autres, c’est la marketing.

    RépondreRépondre
  10. PatatoOor dit :

    Oui l’iPhone nu est vendu 3 fois son prix de revient et ? Qui a acheté un iPhone nu ? Pas grand monde à part des early adopters sous contrat ou des gens fortunés.
    Avec abonnement il coûte moins de 100€.
    Le but etait surtout de pousser les gens à le prendre avec abonnement car les bénéfices d’Apple proviennent aussi de leur part sur cet abonnement et qu’ils sont obligés par la loi de le vendre nu. D’où un prix dissuasif.
    Tu sais combien a couté la ferme de serveur qu’ils viennent de construire ? 1 milliard de $.
    Ils vient d’où cet argent ? De subventions de l’état ?
    Quand à l’absence de 3G du 1er modèle, il a déjà été dit que le piètre réseau 3G d’ATT n’avait pas poussé à adopter le réseau 3G dans un 1er temps.
    J’ai eu un iPhone edge pendant 2 ans avant de prendre un Android et cela ne me gênait pas le moins du monde.
    La « révolution » venait de l’interface qui était exceptionnelle pour l’époque, tu es peut être trop jeune pour avoir connu mais avant l’iPhone c’est Windows mobile et Palm qui dominaient et leurs interface étaient assez horribles.
    S’il y a un domaine où ils sont meilleurs que les autres, outre le marketing comme tu dis, c’est aussi de proposer quelque chose qui va au delà de l’addition de composants, comme le montre le dernier Macbook Air, qui malgré des composants dits « dépassés » est dans l’ensemble plus performant et homogènes que d’autres ayant des composants plus récents.

    RépondreRépondre
  11. sevijc dit :

    @PatatoOor:
    « Oui l’iPhone nu est vendu 3 fois son prix de revient et ? Qui a acheté un iPhone nu ? »
    tu reconnais que apple se goinfre, alors, qu’est ce que tu reproches au opérateurs?
    si apple zappe les opérateurs, qui va subventionner ton joujou? une fois qu’ils ont payé la majeure partie du prix du téléphone, les opérateurs doivent bien se rattraper, non?
    l’iphone première génération n’était rien d’autre qu’un ipod qui fait téléphone.
    ton téléphone android, tu l’as acheté quand?

    RépondreRépondre
  12. PatatoOor dit :

    Se goinfre je ne sais pas, qu’ils tirent des revenus de leur produit oui 🙂
    Et bizarrement le prix des forfaits iPhone ou autre sont les mêmes, qu’Apple les ponctionne ou pas.
    Donc pour le client c’est transparent… que ça vienne d’Apple ou de SFR/Orange/Bouygues
    Le prix de l’iPhone nu n’étais là que par obligation légale (je ne crois pas qu’aux USA il soit dispo sans abonnement mais en France c’est une obligation).
    La différence c’est que tu as le choix de ne pas aller chez Apple car la concurrence est libre, ce qui n’est as le cas avec nos 3 chers opérateurs nationaux.
    Je me suis très peu servi de l’iphone 1 comme iPod, en revanche je surfais énormément (mail, RSS, maps, …)dans les transports pour aller au boulot et je ne ressentais pas spécialement de gène quand à sa soit disante lenteur.
    En soi l’iPhone n’a que peu évolué depuis la 1ère version, ce que je regrette d’ailleurs.
    J’ai pris le HTC Magic, en juillet 2009 je crois.

    RépondreRépondre
  13. sevijc dit :

    @PatatoOor:
    les opérateurs gagnent moins de fric avec apple qu’avec les autres.
    en plus, tu dois reconnaitre que c’est un système des plus fermés..

    RépondreRépondre
  14. PatatoOor dit :

    moi je dirais « les opérateurs volent un peu moins d’argent aux clients en le cédant à Apple ».
    Non je ne reconnais pas que c’est fermé, rien de ce que je ne peux faire sous Windows ou Linux m’est impossible sur Mac.
    C’est simplement un système plus contrôlé auquel tu adhères ou non.
    Je préfère ça à la pseudo ouverture de Windows.
    J’adore Linux mais il manque la touche finale pour que ce soit vraiment utilisable.
    Et puis avoir une société qui contrôle matériel et OS, pour moi ça n’a pas de prix.
    Je ne dis pas que c’est la panacée, chacun voit midi à sa porte, mais pour moi personnellement c’est ce qui me convient le mieux.
    J’ai « switché » il y a plus de 2 ans et pour rien au monde je ne reviendrais sous Windows.
    Je n’exclue pas de me refaire une machine sous Linux pour le fun cependant, mais ça ne sera pas ma machine principale.
    J’ai un vieux portable sous Ubuntu mais il ne me sert que de dépannage.

    RépondreRépondre
  15. PatatoOor dit :

    Nous avons un poil disgressé là 🙂

    RépondreRépondre
  16. sevijc dit :

    @PatatoOor:
    justifier de la non fermeture du système en le comparant à windows, je ne l’aurais pas oser celle-là!
    en terme de format, pour les applis…

    RépondreRépondre
  17. PatatoOor dit :

    Tu vois de la fermeture moi je vois un choix. Je choisi Apple, le jour où ça ne me plairait plus j’irai voir ailleurs…
    Il faut regarder un peu ce qui se passe autour de soi, Apple n’est pas le centre du monde !
    Tu tournes sous quoi toi ?

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *