Le Mac App Store est une étape supplémentaire dans la mort des CD

[ 1 ] Commentaire
Share

Apple a lancé son Mac App Store le 6 janvier dernier. La firme à la pomme a tenu ainsi son pari de sortir cette plateforme dans les 80 jours suivant son annonce publique, en octobre dernier. En clair Apple s’apprête à passer à la phase 3 de son plan pour démolir le « CD ». La phase 1 a débuté en 2003, avec le lancement d’iTunes Music Store. Au démarrage, le Store ne comptait que quelques 200 000 titres en téléchargement. Ce faible nombre ne menaçait en rien l’industrie du disque, qui se portait encore bien. Mais l’équilibre s’est vite inversé et maintenant iTunes est le plus gros distributeur virtuel de musique au monde, le nombre de téléchargement dépasse de très loin les chiffres des ventes de CD.

La phase 2 a commencé il y a 5 ans, lorsqu’en 2008, Apple a lancé la première génération de MacBook Air. Cet ultra portable très léger avait la particularité de ne pas être équipé d’un lecteur CD. Bénéficiant de l’attractivité de la nouveauté, le MacBook Air première génération a eu ses fans, mais l’engouement est vite retombé en raison des performances médiocres que ce netbook proposait. Ceci dit, le lancement en fin d’année dernière de la nouvelle génération de MacBook Air change la donne. Si en effet celui-ci ne comporte toujours pas de lecteur CD, ses performances sont excellentes et puis pour enfoncer un peu plus le CD, Apple fournit avec cet ultraportable Mac OS X sur une clef USB pour ré-installer le système. Exit le CD.

Cela nous amène à la phase 3, le Mac App Store. Apple s’est montré très clair sur sa page de présentation de la plateforme, leur but est de distribuer leurs propres logiciels, comme iLife ou iWorks. Toutes ces applications se vendront individuellement (pour $14,99 en l’occurrence) au lieu d’être vendus par « suites » (au prix fort bien sûr). Dans ces conditions il est difficile d’imaginer que les gens vont continuer d’acheter les suites complètes lorsqu’ils n’utilisent que un ou deux logiciels de l’ensemble. Du coup on comprend mieux pourquoi les gens vont préférer télécharger directement les logiciels depuis le Mac App Store au lieu d’aller en magasin. Une fois encore, le CD est visé.

Bien sûr, il reste encore à voir si le Mac App Store connaîtra le même succès que l’App Store sur iOS. Si l’on se fonde sur les premiers chiffres du lancement du Chrome Web Store, on pourrait dire que cela n’augure rien de très bon pour le Mac App Store. Mais bon on peut aussi relativiser la chose en se disant que le Chrome Web Store ne comporte que des applications en ligne et non pas des logiciels à proprement parler. Et puis le Mac App Store bénéficiera sûrement de la popularité de l’App Store (fiabilité de paiement, suivi…). D’ailleurs, Apple a communiqué sur le fait qu’un millions d’applications y ont été téléchargées rien que pour la première journée. Ça s’annonce plutôt bien, donc.

On ne sait pas encore si les plus gros éditeurs de logiciels vont suivre Apple dans sa démarche et proposer leurs logiciels sur cette plateforme. Il faut qu’ils acceptent de laisser une commission de 30% à Apple sur chaque vente, une proportion à laquelle ils ne sont pas habitués.

Au lieu d’applications très complexes, il semblerait que les développeurs travaillent plus sur des versions simples comme sur iOS. Ce sont donc les jeux comme Angry Birds qui ont là une grosse opportunité d’accroître leur part de marché, en attendant que les éditeurs de logiciels prennent conscience qu’ils ne pourront pas éviter longtemps cette nouvelle plateforme de distribution. Les CD et DVD seront alors des technologies sur le déclin.

Edit de Louis : Je note également que Apple a donné l’exemple en divisant ses suites pour ne proposer les applications qu’à l’unité et pas en « bundle ». Un peu comme ce qu’Apple avait fait sur l’iTunes Music Store en divisant les morceaux au lieu de ne les vendre que en Albums.

Source

Vous serez peut-être intéressé :

Un commentaire sur ce billet

  1. J’avais vu une vidéo sur youtube (« the triumph of the nerds ») un passage ou, en 1995, le patron d’Oracle, Larry Elisson s’insurgeait violement contre Windows 95 et l’installation via un CD :

    « ce sont des bit, donc ne me faites pas me déplacer au magasin pour acheter un morceau de plastique, qu’il a fallu transporter et graver, où sont écrit le programme, alors qu’un simple cable ethernet suffit.
    Ce sont des malades »

    Je trouve ça idiot d’acheter un CD alors qu’en effet les programmes peuvent passer tranquilement sur des fils en cuivres.

    J’ai toujours trouvé les CD du gros n’importe quoi : c’est fragile, peu pratique, lent, bruyant et volumineux.

    J’installe tous mes OS depuis 5 ans depuis clés USB, surtout depuis que je tourne sous Linux.

    J’espère que certains vont soit commencer à tout distribuer en ligne, soit mettre leurs programmes sur mémoire flash (clé USB, carte SD…), que ce soient les logiciels, vidéo DVD ou musiques.

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *