Apple, ou la renaissance des trente-glorieuses et la ruée vers la consommation

[ 3 ] Commentaires
Share

Une réflexion que je lisais je ne sais plus trop où  : elle portait sur le fait qu’Apple va à contre-courant du mouvement « non-consumériste » actuel, qui veut qu’on consomme autrement, qu’on consomme mieux, et qu’en gros on arrête d’acheter sans cesse des nouveaux appareils pour remplacer les anciens (qui ne sont pas pour autant usagés), et que le marketing nous fait avoir besoin de toujours davantage d’objets, de gadgets, bref, les années 50-60. Il y a donc un engouement, une fièvre de possession transmise par Apple, qui rappelle fortement les trente-glorieuses, et l’arrivée du monde de la consommation et des loisirs.

Sans vouloir critiquer Apple en particulier (dans la mesure où la concurrence rêverait de faire exactement la même chose, sans pour autant y parvenir dans bien des domaines), je remarque qu’il y a donc des similitudes assez criantes entre la période après-guerre et celle que nous vivons à l’heure actuelle, en particulier en ce qui concerne Apple (car je pense que la crise a calmé dans une certaine mesure l’activité liée aux autres entreprises du secteur).

Sur le sujet, et pour éviter de dire davantage de bêtise, je préfère citer cette page, que je vous invite vivement à aller lire :

Néanmoins le milieu des années 1950 voit la montée du pouvoir d’achat et la naissance d’une société de consommation et de loisirs. […] La FNAC (Fédération nationale d’achat des cadres) apparait aussi en 1954 et elle ouvre son premier magasin en 1957 autour de 3 gammes de produits la radio, les appareils photo et les magnétophones. la France s’engage sur la voie des «Trente Glorieuses» qui marquent l’avènement de la «civilisation matérielle». […] En 1954 8,4% des ménages sont équipés d’une machine à laver le linge, une machine qui reste chère (en 1950 une machine a laver de bonne qualité équivalait à quatre mois de salaire « moyen »), ils seront 24% en 1960. Côté réfrigérateur en 1954 7.5% des ménages en sont équipés, ils seront 17,4 % en 1957 et 24.8% en 1960.

Les années 1950 voient l’entrée en scène de la télévision, en dépit de son coût elle suscite l’engouement populaire, conçue comme une télévision de service public, selon la devise « informer, éduquer, distraire, sa diffusion reste restreinte socialement et géographiquement. […] Cependant en 1954 à peine 60 000 foyers en sont équipés, il faudra attendre la fin des années 50 pour voir le phénomène prendre de l’ampleur : en 1958 680 000 postes sont installés. […]

La consommation des années 50 et 60 reflète l’optimisme, la confiance en l’avenir et la croyance en une ascension sociale collective et continue. […] Il faudra attendre la fin des années 60 pour voir un mode de consommation dépassant la logique des classes et l’appartenance familial.

De la même façon que pour la TV, les voitures et l’électroménager, on remarque un mouvement d’adoption des produits Apple qui est à mon avis sans commune mesure avec l’adoption de Windows sur tous les postes informatiques : Windows n’avait pas vraiment de concurrent (en nombre), alors que si on regarde des produits comme l’iPod ou l’iPhone (bientôt l’iPad, mais celui-ci n’avait pas de vrai concurrents non plus), on se rend compte qu’Apple aura réussi à arriver sur un marché et à en prendre le contrôle en terme d’innovation : quel est le modèle de player mp3 le plus connu en France ? L’iPod. Le modèle de smartphone tactile dont tout le monde a entendu parler à la TV ? L’iPhone. La tablette tactile sur laquelle tous les journaux télévisés ont fait des reportage ? l’iPad.

Il y a donc un mouvement d’achat (frénétique pour certains, avec les Apple Fanboys), d’adoption des produits Apple qui entraîne, comme on l’avait vu précédemment avec l’affaire des écrans AMOLED pour l’iPhone 4, un regain de vie pour le secteur de la production matérielle, à un tel niveau que les usines ne peuvent pas suivre le rythme de production imposé par les quantité d’achats ! Combien de fois, récemment, Apple s’est plaint/venté de devoir repousser les envois de produits à cause d’une trop forte demande de ses clients ? Si mes souvenirs sont bons, il y aura au moins eu l’iPhone 4 et l’iPad. C’est plutôt rare, en ce moment, d’entendre que la consommation est telle que les usines ne peuvent pas suivre (même les plus importantes : Foxconn qui produit les iPhone 4 est, d’après Wikipédia, le plus important producteur de composants électronique au monde).

Même si l’engouement créé par Apple fait beaucoup d’heureux, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne chose en terme écologique, mais il est certain qu’en terme de recherche et développement, pour l’instant Apple réussi sur pas mal d’aspects là où d’autres avaient un peu freiné leurs efforts.

[Photo]

Vous serez peut-être intéressé :

3 commentaires sur ce billet

  1. Louis dit :

    Tiens tiens, HTC a le même problème qu’Apple pour les écrans OLED/AMOLED : ils ne peuvent pas soutenir les cadences de production ! Ils remplacent donc par du LCD : HTC remplace l’OLED par du LCD pour satisfaire la demande

    RépondreRépondre
  2. PatatoOor dit :

    Je ne sais pas si je suis complètement d’accord avec toi.
    Apple sort beaucoup moins de modèle différents chaque année que les constructeurs de PC, ils ont moins de modèles différents dans leur gamme et je pense que les acheteurs de Mac gardent plus longtemps leur machines que leurs homologues PC (qui eut peuvent plus facilement les faire évoluer certes).
    Mais globalement il se vends tout de même beaucoup moins de Macs que de PCs, ils n’ont que quelques modèles d’iPhones dont une grande partie composées des anciennes générations contrairement à Nokia par exemple ou Blackberry qui vendent beaucoup plus d’unités et ont une gamme bien plus élargie.
    Reste l’iPad qui arrive sur un marché vierge ou peu mature et qui d’après tous les avis est vraiment une utilisation à part plus qu’additionnelle. Beaucoup de gens lisent leurs mails/RSS, Facebook, Twitter sur leur iPad plutôt que sur leur fixe.

    Mais il est vrai qu’Apple avec leur produits homogènes, techniquement et esthétiquement, un packaging classe, un marketing bien rodé suscite l’envie che l’acheteur, un peu comme l’ont toujours fait les consoles déjà à l’époque SEGA et Nintendo il y a 20 ans.

    Ce qui manque au monde PC c’est une vraie marque, un produit bien fini.
    Pour moi le modèle PC est mort.
    Les gens d’un coté achètent un DELL qui tourne sous intel et NVidia avec Windows quand de l’autre ils achètent un… Mac (et se contrefichent plus ou moins des composants)

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *