iPad : Les readers viennent sonner le glas de l’espoir qu’avait la presse traditionnelle

Donnez votre avis !
Share

Netvibes a annoncé hier le lancement d’une version mobile de son Reader (encore en version Alpha), optimisée pour l’iPad, et utilisable via l’adresse ipad.netvibes.com. L’avantage étant bien évidemment que l’application est gratuite, ne nécéssite aucune installation (car elle est en fait un site web), et que tout ce qui y est fait (par exemple : les billet lus, les billets mis en favoris), sont instantanément visibles sur la version classique du site web. Là où cela commence à être intéressant, c’est dans le fait que Netvibes n’est pas seul. En effet, un grand nombre d’applications de Reader arrivent, et certaines valent largement Google Reader en ligne. L’utilité des applications payantes de presse traditionnelle s’en trouve remise en question…  

Netvibes a certes l’énorme avantage d’être gratuit, mais pour l’instant je ne suis pas sûr que le site ait intégré assez de HTML5 pour gérer l’état hors-connection, pour par exemple « synchroniser » son Reader une fois rentré chez soit et télécharger un maximum de lecture pour un voyage, et ensuite gérer la mise à jour des flux lus ou non-lus à la synchronisation suivante.

De surcroît, si l’arrivée de Netvibes a fait du bruit, n’oublions pas que d’autres applications sont déjà très abouties, parmi lesquelles on peut trouver :

Reeder à 4,99$ (une review ici) :

NewsRack à 4,99$ (une review ici) :

NetNewsWire à 9,99$ (une review ici) :

Headline à 4,99$ (une review ici) :

Du payant qui apporte du gratuit

L’avantage des applications citées ci-dessus, c’est qu’elles apportent l’information gratuite (celle disponible via flux RSS), même s’il faut payer une somme non nulle pour les installer. 5 dollars de moyenne, voire 10$ pour NetNewsWire, cela reste toujours moins que les 15 euros annoncés d’abonnement par mois pour un seul titre, comme annoncé par les grands patrons de la presse traditionnelle française lors de la sortie de l’iPad en France ! C’est d’ailleurs amusant de voir que d’un côté, payer une application de Reader sur l’AppStore permet d’obtenir du gratuit (les flux RSS), alors qu’en face, on veut nous offrir des applications gratuites, qui vont nous permettre de consommer du payant (les applications de Presse).

Ce que je pense, c’est que ces applications, dans leur ensemble, ont beaucoup de soucis à se faire. La voie la plus sûre est celle de Netvibes (et je pense que Google bosse actuellement pour sortir une application Reader sur iPad digne de l’application Gmail), car aujourd’hui les standards du web permettent d’implémenter des fonctionnalités de persistance hors-ligne, tout en paramétrant la resynchronisation des données dès qu’une connection est retrouvée. Je pense donc que pour ce genre d’utilisation, les applications « lourdes » n’ont que peu d’avenir (mais je peux me tromper : on peut trouver des voies de développement en lien avec la connectivité interne aux applications de l’iPad à laquelle n’auraient pas accès les applications en ligne). Pire, je pense que ce genre de Reader va permettre au grand public d’accéder tout à fait gratuitement à l’information de leurs journaux classiques (ou au moins au flux rss gratuit), ce qui suffira amplement à une énorme majorité des utilisateurs francophones de l’iPad. Enfin, je ne suis pas sûr que l’achat d’un numéro de journal « en entier » soit justifié sur un iPad, où le confort de lecture n’est peut-être pas aussi bon que sur des Kindle-like à encre électronique, ce qui fait que l’achat d’informations en grande quantité (comme lorsque l’on achète un numéro de journal) n’est pas du tout rentable pour le client.

Ce qui aurait pu être indispensable si les Reader avaient été inexistant (mais il fallait vraiment être idiot pour le croire) devient dès lors un luxe, et les applications permettant « seulement » d’accéder à des contenus payants n’ont donc que très peu de chance d’avoir un quelconque retour sur investissement.

Vous serez peut-être intéressé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *