Avec Dedibox V3, Illiad ouvre la brèche des serveurs low-cost

[ 24 ] Commentaires
Share

Sur Clubic, on apprend aujourd’hui plusieurs choses très intéressantes : Illiad aurait décidé de lancer un pavé aussi gros dans la mare que celui lancé sur le terrain de l’offre triple-play en France avec Free. Cette fois-ci, c’est sur le segment des serveurs qu’Illiad vient chatouiller la concurrence, en sortant l’offre Dedibox V3, basée sur un serveur dédié, à seulement 14,99 euros HT par mois (17,93 euros TTC), soit environ la moitié des prix habituels (30 euros par mois HT).

Cette offre a moitié prix est permise par l’utilisation de technologies différentes de celles habituellement employées. Sachant qu’un serveur occupe habituellement au moins 1U (une Unité), là Illiad a décidé d’innover en utilisant des nouveaux serveurs Dell XS11-VX8 « Fortuna », qui tiennent sur le volume d’un disque dur 3,5 pouces, et donc permettent de mettre 6 fois plus de serveurs sur le même volume qu’utilisé précédemment. Ce serveur utilise un processeur basse-consommation simple coeur VIA Nano U2250 (1,6 Ghz, 64 bits), 2 Go de RAM DDR2 et un disque dur de 160Go, tout ça pour une consommation de 15W.

Quelques photos du serveur Dell XS11-VX8 « Fortuna » :

Le nouveau marché des serveurs low-cost

Ce que je pense intéressant dans cette annonce, c’est que c’est une des premières communications pour l’utilisation de tels serveurs chez un hébergeur. En effet, jusqu’ici, les hébergeurs misaient plutôt sur des offres hybrides pour proposer en même temps des prix faibles et des possibilités comparables à celles d’un serveur dédié. Par exemple, chez OVH, Gandi et 1and1, ce sont les offres de Serveurs Privés Virtuels, de location de « Parts » ou de « serveurs Cloud » qui permettaient à l’utilisateur d’avoir la main totale sur un serveur tout en ne payant pas le prix de celui-ci (et en ayant des possibilités accrues en terme d’évolution de l’offre). Mais il faut reconnaitre que ces serveurs privés/parts/cloud ne sont pas forcément aussi bons (en performances) que des dédiés, comme l’a montré @mrboo dans deux benchmarks : Benchmark Disque RPS OVH vs Kimsufi OVH vs GANDI et Benchmark MySQL RPS OVH vs Kimsufi OVH vs GANDI.

De surcroît, et c’est un atout supplémentaire de ces serveurs low-costs : ils fonctionnent sur un matériel réellement pensé pour de faibles consommations énergétiques, et cela permettra à l’hébergeur de communiquer à ce niveau (ou bien de tenir ses engagements en terme de réduction des consommations moyennes, ce qui est déjà important).

Pensons un peu plus loin

Viens là la partie la plus intéressante du billet (à mes yeux). En effet :

Ces serveurs coûtant moins chers et rapportant davantage (on en met 6 fois plus, mais en les facturant moitié moins : on augmente donc les gains par un facteur de 3), il y a fort à parier que les hébergeurs s’en équipent. De surcroît, si la concurrence réagit de la même façon qu’elle a réagit avec l’offre triple-play de Free, on peut penser qu’elle va s’aligner sur Illiad, et donc adopter tout ou partie de ses méthodes (et donc les même types de serveurs). Bilan : ces serveurs 3,5 pouces ont de l’avenir. Avantage : ils consomment moins. Problème : ils sont moins puissants.

On va donc assister à une baisse moyenne de la puissance des serveurs, car la proportion de serveurs basse-consommation (et basse fréquence) va augmenter parmi le total. La puissance moyenne dédiée pour les sites internet risque de donc de baisser (ce mouvement a pu être observé également avec l’augmentation des ventes de Netbooks dans le total des ordinateurs portables vendus, et ce même si la puissance respective des processeurs low-cost de type Intel Atom a augmenté).

Avec la baisse de la puissance moyenne constatée, associée à la pression au moins constante des grandes entreprises du web (telles que Google), militant pour une grande rapidité et une haute disponibilité des sites, on risque d’obtenir un mouvement d’optimisation en terme de configuration et/ou de logiciels, ce afin de tenir les engagements des deux côtés.

Si je résume : dans les années qui vont venir, les sites internet vont devoir aller de plus en plus vite, tout en ayant de moins en moins de puissance allouée (à cause des serveurs moins puissants, car low-cost), donc il faudra inventer des techniques permettant cela (SPDY pourrait être une solution, mais je doute que ce soit la seule).

Edit : OVH vient de réagir en proposant les serveurs Kimsufi à 14,99 euros HT par mois (pour l’offre série KS 250G, et avec des frais de mise en service de 49,99 euros HT, offerts dans le cas d’un engagement de 12 mois). Ce serveur est équipé, au choix, d’un Intel Celeron D (1,2 Ghz) ou d’un Intel Atom (1,6 Ghz), avec 2 Go de DDR2 et 250 Go de disque dur. Comme le note Silicon.fr, cette offre offre davantage d’espace de stockage que la Dedibox V3, mais un peu moins de puissance de calcul.

Vous serez peut-être intéressé :

24 commentaires sur ce billet

  1. Clément dit :

    Ça permettra surtout de mieux partitionner les services (il sera moins couteux de séparer le serveur SQL, etc)

    RépondreRépondre
  2. nerach dit :

    Free aurait mieux fait d’inclure dans le freebox un système pour pouvoir s’auto héberger ça serait plus interessant !

    RépondreRépondre
  3. JB dit :

    Ce qui est surtout intéressant, c’est que 2 logiques s’affrontent:
    – La survivance de serveurs dédiés, low-cost et low power-profile
    – L’émergence de serveurs plus costauds, mais utilisés sous forme de machines virtuelles.

    Reste à savoir laquelle aura le dernier mot.

    De mon point de vue, continuer à faire du serveur dédié est une erreur: l’avenir est dans la mutualisation des ressources matérielles (y compris réseau) avec la virtualisation. Ceci permet une plus grande indépendance vis-à-vis du matériel et, en théorie, de migrer de manière transparente une VM entre 2 plate-formes de 2 fournisseurs différents.

    Évidemment, cela attendra encore un peu, le temps que les standards de gestion du cloud arrivent à maturité. Il faudra encore sans doute quelques progrès de la part des hyperviseurs en ce qui concerne la gestion des changements de contextes.
    De ce point de vue, les processeurs aussi auront leur mot à dire.

    RépondreRépondre
  4. JB dit :

    @nerach: en ADSL, c’est pas gagné; Les débits nécessaires à l’hébergement sont exactement à l’opposé de ceux nécessaires à l’accès internet. Reste la fibre optique pour être à l’aise (mais toujours en asymétrique)… depuis le temps qu’on l’attend celle-là.

    RépondreRépondre
  5. nerach dit :

    On est d’accord c’est pas évident avec l’ADSL, avec la fibre ce sera un peu mieux,

    L’Europe a donner un petit coup de pouce pour le symétrique avec le paquet télécome reste a voir comment cela sera traduit en droit français etc…

    RépondreRépondre
  6. H4mm3r dit :

    Ce serveur est issu de la tendance aux US de la physicalisation en contradiction avec la virtualisation.

    Ces deux méthodes répondent à des objectifs clairement distincts. La première permet d’allouer un jeu de ressources dédiées et étanches sans surcoût logiciel et avec une architecture répartie et simple. La seconde permet de dynamiquement répondre aux besoins utilisateurs dans le temps en y ajoutant des fonctionnalités comme la haute disponibilité. C’est complexe et lourd à administrer mais efficace en terme de gain de place et d’énergie. Par contre, la croissance se fait par marche d’escalier.

    Bref, il y a de l’avenir dans les deux.

    RépondreRépondre
  7. N. dit :

    Oula !
    Le fait que le débit en upload des lignes ADSL soit FAIBLE, n’est qu’une volontée de la part des FAI. Techniquement, les lignes ADSL sont totalement capable de supporter des débits supérieurs.
    À voir la vidéo « Internet ou Minitel 2.0 »:
    http://www.fdn.fr/internet-libre-ou-minitel-2.html

    RépondreRépondre
  8. Louis dit :

    @Clément: Partitionner oui, mais il faut prendre en compte les temps de transferts/connexions entre deux serveurs physiquement différents, qui sont forcément supérieurs au temps requis pour un transfert au sein d’un même serveur.

    @nerach: Il y a déjà un truc pour faire de sa Freebox un « HomeServer », si mes souvenirs sont bons.

    @JB: Je suis entièrement d’accord avec toi sur l’évolution du marché (et sa division en deux).

    @H4mm3r: Je ne suis pas sûr que l’architecture physique simple a de l’avenir, tant je pense que les évolution logicielles permettront à l’architecture répartie de prendre une énorme avance à moyen ou long terme.

    @N.: Attention : oui les « lignes ADSL » sont équipés pour faire du débit symétriques, tout simplement parce que la ligne n’est pas ADSL en elle-même. C’est la box qui est ADSL (ou la carte au niveau du répartiteur pour être plus exact). Donc il y a une limitation physique à un endroit (électronique), et je pense également économique : les opérateurs ont fait le pari que les gens consommeraient plus qu’ils ne produiraient le contenu. Je pense qu’ils ont eu raison, au moins dans un premier temps.

    RépondreRépondre
  9. N. dit :

    @louis: La raison économique est bien là, la bande passante que les ISP payent, est l’upload. Limiter les usagers en upload permet de ne pas trop excéder les coûts. Cependant, ça n’a fait qu’accentuer le fait que les gens ne vont avoir un ordinateur que pour s’en servir comme terminal de consultation, et non comme node du réseau, ce qui est conceptuellement aberrant.

    RépondreRépondre
  10. JB dit :

    @N.: on partait de l’idée que Free aurait dû ajouter des fonctionnalités d’auto-hébergement dans sa box.
    Le pré-requis est donc que tu sois abonné chez Free. Donc, tu es bien en ADSL.

    Que le câble soit ou non capable de débit symétrique n’est pas le problème: tu n’as pas la main sur la conf physique de ton accès internet, donc tu es bien obligé de subir l’asymétrie de ta connexion, asymétrie qui n’est pas du tout adaptée à de l’hébergement.

    Maintenant, peut-être qu’il y a une volonté commerciale derrière, je n’en sais rien. De toute façon, Free n’a aucun intérêt à s’auto concurrencer. Donc aucune chance qu’ils passent en symétrique.

    Maintenant, tu peux louer une LS, ou devenir ton propre FAI 😉

    RépondreRépondre
  11. Louis dit :

    @N.: Je comprend ce que tu penses, mais je crois que ce n’est vrai qu’à partir d’un certain stade. En effet, produire/uploader du contenu sur le web demande un certain niveau de connaissances (même si nous, nous pensons que ce niveau est très faible), que peu de gens ont encore aujourd’hui.

    Ma conviction est que, pour les rendre capable de produire du contenu, il faut d’abord leur montrer ce que cela peut leur apporter, et donc les faire consommer avant de les faire produire. J’en conclu que le mouvement de consommation « ADSL » de ces dernières années a permis à énormément de gens de comprendre (à peu près) ce qu’était l’internet, et donc va maintenant leur faire comprendre ce qu’il peuvent en faire. En d’autres termes, c’est un mal nécessaire.

    RépondreRépondre
  12. Louis dit :

    @JB: Pas d’accord avec toi : les débits ADSL suffisent largement pour la bande passante (l’upload) nécessaire à l’hébergement d’un site (par ex : un site de contenu avec moins de 3000PV/jour). Après, il faut regarder la latence, mais c’est un autre paramètre.

    Pour le reste, sur le fond tu as raison, l’ADSL n’est pas faite pour de l’hébergement, même si elle peut suffire.

    RépondreRépondre
  13. H4mm3r dit :

    @Louis: Répartie ne veut pas dire virtuelle ! Imagine un cluster d’Android v3.0 pour faire du Seti ou bien des choses vraiment utiles comme indiquer l’état du trafic quand on est en voiture.

    La physicalisation est inévitable et elle n’aura pas lieu dans les data center, je te l’accorde.

    Si on veut avoir une conscience globale du monde qui nous entoure, il nous faudra beaucoup de points de calcul. Imagine tous les réseaux que l’homme a mis en place et qui sont pour le moment peu surveillé…

    Là encore, je vous rejoins sur la proposition d’avoir une box qui puisse offrir les services de base comme le web, mail etc… mais ça en contradiction avec l’offre présentée d’Illiad.

    RépondreRépondre
  14. dat dit :

    DEDIBOX V3 vs V1

    Franchement DECU
    Je pensais que le CPU dépassait celui de la dedibox v1. Donc j’en ai pris une persuadé d’avoir de meilleurs perfs! Bhen non j’ai paumé 90euros (frais d’install + résilation avec préavis 40j=>2mois d’abonnement min )

    J’ai une dedibox v1 et v3, je fait tourner juste mon site en v3 (seul connecté pas de serveur smtp etc….)
    je compare le temps de chargement des pages avec la v1 (serveur en ligne avec des membres qui surfent…) et
    le verdict est fatal
    temps de chargement de la page / de la dedibox en v1 ~:500ms
    temps de chargement de la page / de la dedibox en v2 ~:800ms
    Et pour une grosse page avec des form:
    dedibox V1 : 1.2s
    dedibox V3 : 1.9s

    RépondreRépondre
  15. Louis dit :

    @dat : Merci beaucoup pour ce retour ! C’est très intéressant parce que tu donnes en plus des temps.

    Par contre, est-ce que tu peux donner les caractéristiques de la Dedibox V1, car je ne les retrouves plus sur http://www.online.net/serveur-dedie/comparatif-des-offres-de-location.xhtml .

    Merci d’avance !

    PS : attention, le processeur n’est pas forcément le seul en cause : je pense que le problème peux venir de pas mal d’autres facteurs.

    RépondreRépondre
  16. JB dit :

    @Louis: Dedibox V1:
    Intel Celeron 1.2GHz
    2 Go de RAM
    DD de 160Go

    RépondreRépondre
  17. Louis dit :

    @JB: Très honnêtement, cela m’étonne que tu aies une telle différence. En fait, je me dis que même avec un processeur un peu plus puissant, ça ne peut pas expliquer 300ms de différence. Donc à mon avis, il y a autre chose (changement dans la configuration matérielle/reseau à un ou plusieurs autre(s) niveau(x)).

    RépondreRépondre
  18. bobleponge dit :

    @JB : Ma dedibox v1 n’a que 1GB de RAM… Je crois que c’est les v2 avec 2GB.

    @dat : Payer moins cher pour avoir mieux… A ma connaissance les GHz n’ont JAMAIS été un élément probant de comparaison de performances entre machines… D’ou ma recherche pour trouver des posts comme celui-ci…

    Je vois je vois, mini serveurs, mini conso… probablement mini perfs ^^, mais plaquette commerciale et prix très attrayants.
    Je me tate quand meme a lacher ma dedi v1, 1GB de RAM c’est trop peu.
    J’hésite entre OVH (j’ai un kimsufi a 30€ dont je suis très content) ou cette v3…

    Par ailleurs le support d’online laisse à désirer (impossible d’upgrader une v1 vers une v2 pro depuis la console, un magnifique « contactez le support » qui pointe dans le vent… des restes de dedibox.fr (plus la résiliation 2mois par courrier histoire qu’on ai la flemme de le faire…)

    RépondreRépondre
  19. bobleponge dit :

    @JB ah et le processeur serait un C7 2GHz… Pas très clair chez dedibox ce qu’il y a dans la boite…

    ca sent la lettre de résiliation ^

    RépondreRépondre
  20. dat dit :

    Je suis d’accord le processeur n’es pas tout.
    J’ajoute au mesure ci dessus:
    J’ai un process java qui tourne, quand je fait un top sur mon serveur en v1 je ne le vois pas
    et quand je fait un top en dedibox v3 je le vois régulièrement passé à cout de 1% de CPU
    (essayé en ubuntu 32 et 64 bits)

    RépondreRépondre
  21. Louis dit :

    @dat: C’est méga bizarre que tu ne le vois pas sur la dédibox v1. T’es sûr que la distro est pas modifiée (optimisée ? bridée ?) par Dedibox ? Je sais qu’OVH fait des trucs dans le genre : ils te mettent jamais une distro niquel, mais ils changent pas mal de trucs dessus…

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *