Microsoft lance Docs.com : encore de belles ressources gâchées

Donnez votre avis !
Share

La semaine dernière, Microsoft a lancé sa suite Office en ligne connectée à Facebook et nommée Docs.com. Docs offre des versions online de Microsoft Word, Excel et PowerPoint. Les utilisateurs peuvent également choisir de partager leurs documents avec leurs amis sur Facebook. Mais par dessus tout, Docs montre qu’il ne souhaite pas remplacer les suites Office desktop : même s’il offre une meilleure interface que Google Docs et Zoho, ses fonctionnalités semblent délibérément rabaissées pour pousser l’utilisateur à utiliser (et acheter) Microsoft Office.

L’application Word en ligne

Parmi les trois outils de Docs, l’application Word en ligne est celle qui parvient le mieux à approcher les promesses qui avaient été faites. Même si elle n’est pas encore assez puissante pour éditer des documents très complexes, elle est largement suffisante pour éditer des documents standards et faire de la collaboration.

L’application Word en ligne inclut toutes les fonctionnalités d’édition de base que chacun pourrait attendre, mais, par exemple, on ne peut pas ajouter de note de bas de page, ou insérer des tableaux depuis ses fichiers Excel. Heureusement, par contre, si vous uploadez un document ayant déjà ces fonctionnalités non-supportées (par exemple les notes de pied de page ou les tableaux Excel intégrés), l’application en ligne ne les enlèvera pas. Cela dit, la possibilité pour l’application en ligne de conserver le formattage du document montre que Microsoft a fait le choix délibéré de ne pas supporter ces fonctionnalités dans l’application en ligne, au moins dans sa version actuelle. Pour autant, cela ne signifie pas que ces fonctionnalités ne sortiront pas dans le futur.

L’application Excel en ligne

Parmi toutes les applications portées en ligne, Excel est la plus basique de la suite. Elle ne peut que lire les documents dans le format Microsoft Office 2007, par exemple, alors que les deux autres applications de la suite supportent les autres formats. Cela pourrait être un point bloquant pour beaucoup d’utilisateurs, mais le plus grand vide reste qu’il n’y ait pas d’interface pour entrer une formule. Cela oblige donc à taper toutes les formules à la main, ce qui rend très probable l’insertion d’erreur(s).

La bonne nouvelle, cependant, c’est que l’application web en ligne d’Excel peut lire toutes les formules dans les fichiers importés. Il est clair, cependant, que l’application est d’abord faite pour éditer des documents déjà créés que pour en créer de nouveaux.

L’application PowerPoint en ligne

L’application PowerPoint a correctement réussi à ouvrir les différents fichiers que l’on lui a envoyé. Par contre, en terme d’édition, beaucoup de fonctionnalités ne sont pas présentes. Vous pouvez simplement utiliser l’application pour créer une mise en forme basique ou réordonner l’ordre des slides, mais vous ne pouvez pas ajouter d’images où vous voulez sur la diapositive (images flottantes), par exemple, ajouter un fond, changer la taille du texte et des champs image. Par contre, vous pouvez ajouter et éditer les clips SmartArt.

Verdict

Microsoft veut clairement que les utilisateurs voient en Docs un produit additionnel à la suite Office Desktop traditionnelle, mais surtout pas un produit de remplacement. Après avoir utilisé Docs pendant quelques temps, il devient rapidement évidement que les multiples limitations ne sont pas dues au fait que Docs fonctionne dans un navigateur, mais au fait que Microsoft ne veut pas les inclure dans le produit.

Alors que Microsoft fait un partenariat avec Facebook sur ce projet, Docs donne l’impression d’être entre deux mondes : la nouvelle réalité (celle dans laquelle les gens collaborent dans leur travail et partagent leur contenu en ligne) et l’intention de Microsoft de préserver son business model aussi longtemps que possible.

Cet article est une traduction partielle et libre d’un billet paru sur ReadWriteWeb.

Édit de Louis : Pour moi, Docs est un exemple de plus qui montre que Microsoft n’est plus de ce monde ; il n’est plus dans un mouvement d’innovation volontaire : au contraire l’entreprise innove au minimum pour faire revenir les clients vers l’ancien modèle (et donc pour ne pas innover). Pourtant, dans la qualité de la finition de Docs, on sent que Microsoft a encore le pouvoir technologique et financier de réaliser de belles choses, mais c’est vraiment un manque caractérisé de volonté qui le fait lourdement pécher une fois de plus.

Édit de Louis : Je reviens là-dessus, mais on voit dans Docs beaucoup de choses très intéressantes : l’intégration à Facebook (quel meilleur moyen pour faire la promo du service ?), qui montre qu’ils ont compris l’intérêt de se servir de la plateforme, ainsi que l’intégration native de la même ergonomie que dans la version Desktop. Toutefois : j’ai vu pas mal d’écrans où un clic droit me révélait que l’interface fonctionnait en Silverlight (donc avec un plugin propriétaire et pas forcément compatible avec tous les systèmes d’exploitation ni tous les navigateurs, ce qui est une faute grave quand on voit les parcs informatiques des entreprises), alors que Zoho et GOogle Docs sont en Javascript et HTML ; et l’intégration de Facebook n’est pas une si bonne chose : on n’a pas DU TOUT les même contacts sur Facebook (sphère privée) que sur d’autres réseaux sociaux (comme LinkedIn, par exemple, beaucoup plus orienté vers la sphère professionnelle). Donc même si l’intégration de Silverlight et Facebook permet d’arriver rapidement à un résultat correct, quand on creuse un peu, on se rend compte que ces choix sont en fait assez mauvais, et sont davantage des gros défauts que des bonnes idées.

Vous serez peut-être intéressé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *