Google acquiert Plink, moteur de recherche visuel pour les oeuvres d’art

[ 2 ] Commentaires
Share

La toute dernière acquisition de Google est Plink, cette startup est à l’origine d’un moteur de recherche pour téléphones portables bien particulier. PlinkArt permet en effet d’identifier presque toutes les œuvres picturales en les prenant simplement en photo.

En plus de cette capacité pour le moins impressionnante, les utilisateurs de Plink ont aussi la possibilité d’échanger autour des œuvres.

Vu comme ça, Plink donne l’impression que son moteur de recherche va révolutionner notre façon d’apprendre et d’échanger. Ceci dit, il est fort probable qu’il se cantonne aux seules limites des musées. Mais ce n’est pas pour ces applications artistiques que Google a racheté Plink, qui n’avait que 4 mois d’existence, mais bien pour cette étonnante capacité à identifier une image. Ainsi par ce rachat Google s’est offert un excellent algorithme et des têtes bien faites.

D’après le post publié sur le blog de Plink, les développeurs Mark Cummins et James Philbin, qui sortent tous les deux d’Oxford avec doctorat en poche, vont rejoindre les équipes de Google et participer au projet « Goggles ». Cette ambitieuse application est déjà en place sur l’Android Market, même si elle reste encore limitée dans son usage. Pour l’instant les utilisateurs d’Android peuvent prendre des photos d’objets réels comme des paysages, logos, livres, vins entre autre mais aussi des objets d’art. L’application reconnaît ensuite les images et les objets qui y sont inclus, pour vous proposer les résultats que le moteur de recherche Google correspondant aux objets identifiés.

D’un côté, il est donc vraiment excitant de se dire qu’une simple photo vous apportera bien plus que la satisfaction d’avoir pris en photo quelque chose de beau. En effet au moyen de cette application pourra nous faire réellement « voir » le monde avec toutes les dimensions historiques et sociales d’une œuvre, ou d’un lieu.

Mais d’un autre côté, cela nécessitera encore beaucoup de temps et d’heure de travail, car pour le moment, l’identification reste plus qu’aléatoire. Pour peu que la photo soit un peu mal cadrée, un peu sombre ou que la mise au point ne soit pas parfaite, et l’application ne pourra reconnaître l’objet et donc vous renseigner à son sujet.

Plink vient donc gonfler les connaissances de Google en matière d’identification picturale, ce qui fera certainement progresser ses avancées dans ce domaine, d’autant plus que comme à chaque fois, Google a l’intelligence (et sûrement les moyens) de conserver les cerveaux à l’origine des technologies qu’ils rachètent.

Ce billet est une traduction personnelle d’un billet de ReadWriteWeb.

Vous serez peut-être intéressé :

2 commentaires sur ce billet

  1. AUDE dit :

    Information très intéressante cependant seriez vous comment se faire référencer sur le moteur de recherche afin de pouvoir faire identifier ses propres oeuvres? Merci d’avance

    RépondreRépondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *